Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

Tintin au pays des philosophes.

 

img047.jpg

 

 

 

C'était un matin de la fin août 1951, dans la commune du Moule, - Guadeloupe -, au sortir de la messe.

Sur le parvis surélevé, face à la place centrale du bourg, se dressaient des tables surchargées de livres. Il devait y avoir une de ces journées du livre chrétien, ou, en tout cas, de tenue intellectuelle et morale « convenable », qui offraient, parfois, aux fidèles une pâture sortant de l'ordinaire.

Parmi ces livres, nombre d'albums de bandes dessinées, un genre alors assez peu répandu en Guadeloupe, et de journaux pour enfants : Tarzan, Coeurs-Vaillants, Bayard, le journal de Mickey, et même, l'un des grands ancêtres du genre : Bibi Fricotin, dont j'ai hélas perdu l'unique album que j'ai possédé, et qui est aujourd'hui recherché des collectionneurs.

Il y avait aussi les aventures d'une certaine "Zoé Plouf, femme à poigne" dont j'ai gardé le souvenir d'autant plus nostalgique que l'album s'est perdu entre les mains d'un copain négligent.

Ce jour-là, j'étais accompagné d'un cousin, et nous reçûmes de mes grands parents deux albums de Tintin, au Congo, pour l'un, en Amériquepour l'autre.

Nous les avalâmes goulûment, et les échangeâmes aussitôt.

La foudre avait frappé. J'étais devenu un fan du petit journaliste belge, et jamais la flamme ne devait s'éteindre.

img049-copie-1.jpg


Je ne fis jamais mystère de cette passion, même à l'époque, pas si lointaine, où la bande dessinée n'avait pas conquis ses lettres de noblesse.

Philosophe? Peut-être l'étais-je (un peu). Tintinophile? Assurément, et tant pis pour les snobs aux culs-serrés, et les pisse-vinaigre!.

 

img048.jpg


D'où ma satisfaction intime, nullement dissimulée, au constat que j'avais eu raison.

Le très à la mode (trop?) Philosophie Magazine, vient de publier un numéro spécial consacré au fils d'Hergé : Tintin au pays des philosophes.

L'ayant abordé d'abord avec quelque suspicion je dois avouer être revenu de toutes mes préventions.

Ce numéro spécial du magazine, présenté comme un album de BD, très joliment illustré, et qui pourrait constituer un excellent cadeau de Noël, est original en ce qu'il demande à quelques-unes des meilleurs têtes philosophiques de l'heure en France, de parler de leur rapport à Tintin, et de l'éventuel intérêt philosophique de la vie du petit journaliste.

Bien évidemment, il convient de prendre cette initiative avec humour. Nul d'entre les intervenants ne songe à faire d'Hergé un rival de Platon, de Saint Thomas d'Aquin, de Leibniz, de Bergson ou de Heidegger.

Mais, à petits pas légers, et paroles primesautières, le grand Michel Serres, Pascal Bruckner, Clément Rosset, Elizabeth de Fontenay, et quelques autres nous conduisent, avec quelle joie, sensible en chacun de leurs propos, sur les chemins de notre jeunesse ( et de la leur ) dans le grand voyage initiatique qui est celui de Tintin.

Hergé, nous dit Michel Serres fut, le plus grand génie que j'ai rencontré. Dans une telle déclaration, il faut faire la part, évidemment, de l'ironie polémique à l'égard d'une certaine lourde pédanterie à prétention universitaire, celle qui détourne tant d'esprits juvéniles de la réflexion philosophique authentique que Nietzsche apparentait à l'art du chant et de la danse.

Mais le choix des auteurs de ce numéro de Philosophie Magazine, est des plus heureux. Car ils savent conjuguer parfaitement, l'érudition, le sérieux, l'humour, et la simplicité

L'édito conclut : « Pourquoi ces intellectuels si avares de leur temps deviennent-ils donc si généreux lorsqu'il s'agit du reporter du Petit XXè? Parce qu'ils s'y ( re) trouvent, pardi! Ethnologue ou philosophe, essayiste ou romancier, chacun selon sa mesure, sa vocation et ses rêves de jeunesse qui, eux, n'ont pas pris une ride. Comme Tintin, en somme ».

Comme dirait Dupont- Dupond : « c'est mon avis. Et.. je le partage ».

 

Edouard Boulogne.

 

 

A chaque intervenant cinq questions sont posées en fin d'article ou d'interview. Elles constituent son Passeport Tintin.

 

Tel eut été le mien si j'avais eu le bonheur de participer à ce joyeux festival tintinophile.

 

Passeport Tintindu Scrutateur :

 

1er contact: Tintin en Amérique

 

Album préféré : ( choix déchirant! ) Les sept boules de cristal.

 

Personnage favori: Le capitaine Haddock ( eh oui!).

 

Scène marquante: La grande colère du professeur Tournesol dans Objectif Lune.

 

Phrase culte : «  Une larme, un soupçon! ». medium_haddock3.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

clovis simard 11/10/2011 13:05



Blog(fermaton.over-blog.com).No-23, THÉORÈME DE TINTIN. Traits de Génie.



CH.FFRENC 03/11/2010 20:37



Sans Archibald HADDOCK : Bianca ne chanterait plus


Tintin aurait du mal à survivre et les Dupont-Dupond n'auraient plus de "Denise"!



renaudgwada 03/11/2010 00:08



autre phrase culte : je dirai même plus Botus et mouche cousue (les Dupond(t)


le dessin illustrant votre article vient-il de Philosophie Magazine ? car jamis au grand jamais Nestor ne se permettrait dans les oeuvres d' Hergé de s'assoir dans le fauteuil du capitaine
Haddock



Edouard Boulogne 03/11/2010 02:43



Je reconnais en vous un tintinolgue averti.


Le dessin représentantNestot laissant pérorer Séraphin Lampion est en effet du Magazine, et non d'Hergé lui-même!


LS