Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Cette fois la machination du lobby « antiraciste » a échoué en demandant la mise hors commerce de l'album justement célèbre du dessinateur Hergé Tintin au Congo, publié pour la première fois en 1929.

Tous les hommes de bon sens, et d'humour, se réjouissent de cet arrêt de justice ( Belge ) qui a su résister aux sirènes de l'intimidation. LS

phpThumb_generated_thumbnailjpg.jpg  ( Le plaignant fait la gueule. Sa supercherie a été éventée ). 

 

http://www.lefigaro.fr/bd/2012/12/05/03014-20121205ARTFIG00713--tintin-au-congo-n-est-pas-raciste-selon-la-justice-belge.php

La bande dessinée de Hergé n'est pas une œuvre «méchante» et reste autorisée à la vente, a jugé la cour d'appel de Bruxelles, mettant un terme à une affaire vieille de cinq ans.

 

Non, Tintin au Congo ne contient pas de propos racistes, a estimé la cour d'appel de Bruxelles ce mercredi 5 décembre. La bande dessinée n'est pas une œuvre «méchante», a précisé la justice belge. Dans son jugement, elle déclare que «Hergé s'est borné à réaliser une œuvre de fiction dans le seul but de divertir ses lecteurs. Il y pratique un humour candide et gentil.» La cour confirme ainsi le jugement de première instance rendu en 2011. La BD peut désormais se vendre et être diffusée librement.

L'affaire commence en 2007, lorsque la Commission pour l'égalité des races, une association anglaise, assure que la BD de Hergé contient des «préjugés raciaux hideux». Elle demande alors aux librairies britanniques de retirer de leurs rayons l'album Tintin au Congo. La même année, un citoyen congolais et résidant belge, Bienvenu Mbutu Mondondo, porte plainte en Belgique contre la société Moulinsart. Il accuse la bande dessinée de porter un message raciste.

«Li missié blanc, très malin»

À l'appui de sa plainte, Bienvenu Mbutu Mondondo cite plusieurs passages de l'album, notamment celui où Tintin ordonne aux passagers d'un train qu'il vient de percuter de le redresser sur-le-champ. «Allez, au travail, vite!» hurle le reporter aux Congolais. Dans son coin, Milou ajoute: «Allons, tas de paresseux, à l'ouvrage!» Les Congolais, qui s'expriment toujours en français incorrect, remercient Tintin: «Li missié blanc, très malin.» Mondondo sera suivi dans sa plainte par l'association française Le Cran (Conseil représentatif des associations noires). Les deux plaignants demandent l'interdiction de vendreTintin au Congo.

La société Moulinsart, visée par la plainte, s'est étonnée à l'époque de voir une telle polémique ressurgir, alors que Hergé, maintes fois attaqué dans les années 1960 sur sa vision du Congo, s'était publiquement justifié. «Il a toujours dit que Tintin au Congo était une œuvre de jeunesse et qu'il fallait tenir compte du contexte historique», explique Marcel Wilmet, porte-parole de Moulinsart. «À l'époque, disait Hergé, 99% des Européens voyaient la colonisation comme un moyen d'aider les Noirs et de sauver leurs âmes», poursuit-il.

En février 2011, soit quatre ans après la plainte du résident belge, la cour de justice de Bruxelles rend son verdict : «Vu le contexte de l'époque, Hergé ne pouvait pas être animé d'une telle volonté» de tenir des propos racistes, juge le tribunal. Finalement, en décembre 2012, Tintin au Congo est lavé de toute accusation et reste autorisé à la vente.

Boycotté par certaines bibliothèques suédoises

D'autres pays ont décidé de ne pas laisser la bande dessinée à la portée des enfants. En octobre 2012, des bibliothèques municipales de petites villes de Suède ont refusé d'avoir Tintin au Congo dans leurs stocks. «Il a été retiré, et nous avons choisi de ne pas renouveler le stock, en raison de son contenu raciste», avait affirmé à un journal suédois la bibliothèque d'Arboga, une ville du centre de la Suède. «Nous avons enlevé Tintin au Congo de notre catalogue actuel, principalement à cause des images racistes. Cependant, l'album peut être prêté dans certains contextes à des adultes, des enseignants par exemple», a expliqué celle d'Askersund.

LIRE AUSSI:

» Tintin au Congo n'est pas raciste

» Tintin au Congo menacé d'interdiction

» Belgique: Tintin au Congo reste autorisé

» L'éditeur de Tintin au Congo réaffirme son antiracisme

Tintin-en-France-jpg  ( Cet album là n'a pas encore été publié. Il montre la capacité visionnaire d'Hergé ). 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Albert Gator 10/01/2013 12:07


Sans doute faudrait-il plaindre ces malheureux torturés de l'histoire qui se voient systématiquement méprisés dans le regard des autres dès lors qu'ils ne sont pas grossièrement flattés. Le
problème, c'est qu'ils ne sont pas si innocents que cela, ces "justiciers" de l'histoire et de la représentation des choses : il sont même volontiers falsificateurs, et en général plutôt
méchants. C'est la haine qui les anime généralement. La haine de soi, surtout. Celle dont les psy disent que c'est la pire. On a envie de leur dire : "Faites d'abord la paix avec vous-mêmes,
apprenez à vous aimer et à aimer votre prohain". Mais un tel message ne passe pas. La lutte des classes, la quête du pouvoir pour le pouvoir, le besoin de contraindre et d'asservir les autres, le
pouvoir laxatif, quoi ! a définitivement pris le dessus sur la recherche du bien commun. Contre la quête du pouvoir laxatif, il n'y a rien à faire. Et pendant qu'une poignée de tricheurs encombre
les tribunaux, la justice n'est pas rendue faute de temps pour traiter les affaires dites en souffrance. Enfin ! félicitons le juge qui, comme Monsieur Jourdain s'extasiant devant les prodiges de
la prononciation, a confirmé que Tintin au Congo était un ouvrage bienveillant et aucunement raciste. Peut-être les poursuivants ne coprennent-ils pas ce qu'ils lisent, disent ou même croient
observer du monde qui les entoure ? Cette explication, probablement juste n'est malheureusement pas très flatteuse pour eux. Mais qui pourra le leur dire sans encourir, comme Copé, les foudres de
poursuites judiciaires idiotes, qui - ne serait-ce que pour avoir la paix - débouchent sur tous les renoncements, jusqu'au... déni-oui-oui ? Bref ! Tintin au Congo, il n'y a vraiment pas de qoi
en faire un pain au chocolat.