Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

img146.jpg

 

 

 

 

Samedi 24 décembre, rien, si j'avais été chez moi, ne m'aurait convaincu de suivre l'émission de Guadeloupe 1ère. On y diffusait la messe présidée par Jean (Hamot ).

Moi, j'ai préféré une autre église, je parle du monument. Il faut préciser, car l'individu dans une assignation digne des plaideurs de Jean ( Racine. ..C'est autre chose!) me soupçonne d'avoir perdu la foi catholique, du fait que je n'obéis pas, aux moines ligueurs, mécaniquement, à la façon des grenouilles de bénitiers.

Lisant la chose, je n'ai pu me retenir de penser que la séparation de l'Eglise et de l'Etat, ( en France, loi de 1905 ), avait en définitive été une excellente chose. Car la passion inquisitrice n'est visiblement pas éteinte en certaines âmes "épiscopales", et en d'autres temps, que certains regrettent, j'eusse, assurément, goûté, à défaut des geôles de Carcassonne, de celles de Basse Terre.

Que les temps sont changés. Quand « monseigneur » oint Domota d'huiles saintes, et le rebaptise, en 2009, du prénom de « Bon Samaritain », j'ai pu pourfendre ces décisions de frocard ivre, sans encourir d'autres foudres que celles de la calomnie, qui, il est vrai, si l'on se laisse faire, en notre temps d'omnipotence médiatique, peuvent tuer, socialement, tout autant que les tenailles, et brodequins de la très sainte inquisition .

Le 24, « monseigneur », en l'église St Luc de Baimbridge, parlait de la violence en Guadeloupe, pour la déplorer, bien sûr, comme tout le monde d'ailleurs, et avec cette onction toute cléricale qu'illustre fort bien le cliché ci-contre. img089-copie-1 ( "Monseigneur" Jean Hamot ) 

 

 

Mais cette fois, pas d'allusion à Elie, ni le prophète, ni...le nôtre!

« Monseigneur » a-t-il pris conscience que les Guadeloupéens ont rejoint le Scrutateur contre les menteurs et calomniateurs? Plus probablement, a-t-il médité sur les causes profondes de la baisse ultra sensible des rentrées de l'argent du denier de l'Eglise, que les fidèles veulent bien verser à l'Eglise, mais non à n'importe quels hommes d'église à l'égard desquels leur confiance s'évapore comme encens sous les voutes des cathédrales. Car le temps de l'obéissance aveugle est caduque. Oui, comme chantait le trouvère des sixties, «  le monde et les temps changent ! »

Ou bien encore, peut-être lui avait on parlé de l'article du journal Le Monde, de la semaine dernière qui, au sujet de la montée inquiétante de la violence chez nous, posait la possibilité de l'influence sur nos jeunes délinquants, des évènements de février 2009, des exactions de l'UGTG, ( pseudo LKP ) et son « bon Samaritain" de leader, l'Elu de nôtre « monseigneur ». Le quotidien vespéral ne voit-il pas dans l'attitude complaisante des autorités étatiques de l'époque à l'égard des fauteurs de trouble, et l'absence de sanctions à l'encontre de ces auteurs d'exactions, la cause du « sentiment d'impunité de ce petits messieurs » qui s'en trouvent décontenancés, sans repères d'aucune sorte.

Toujours la vérité finit par triompher, les yeux des « responsables » par s'ouvrir.

Le « Castelnaudary de « monseigneur » approche. Il sera moins sanglant, c'est mon voeu le plus sincère.

Qu'il soit seulement administratif et disciplinaire, ce sera déjà très bien, et c'est ce que souhaitent les catholiques de ce diocèse de Guadeloupe en déshérence, et leur scrutateur patient.

Car les temps sont proches.

 

E.Boulogne.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article