Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Guadeloupéens, restons vigilants.

sarkomegasourire.jpg ( Ne lui donnerait-on pas le Bon Dieu sans confession? )

 

( Alors que nos élus, partagés entre la crainte d'un électorat plus que jamais attaché au principe de l'identité législative, et leur désir acharné de garder le beurre et l'argent du beurre, tout en accoissant leur pouvoir sous le masque d'un "nécessaire" respect des "spécificités" locales, se font manipuler par un maître en la matière, le président Nicolas Sarkozy, il est utile de lire cet article de notre confrère Evolution Martinique. Restons vigilants, et apprenons à vivre aux petits maîtres du chaos. E.Boulogne ).

 

“Faire entrer Césaire au Panthéon sans le sortir de sa terre natale est une initiative qu’il faut saluer sans en être dupe.

Il n’y a pas de politique chimiquement pure mais la politique ne saurait durablement s’accommoder de la morale de l’ambiguïté sans susciter d’étranges retours de bâton C’est à quoi nous exposent les positions alambiquées mi figue-mi raisin, qui ne veulent déplaire à personne, sur des questions qui exigent des réponses précises. Aussi bien y a-t-il quelque chose de déconcertant dans le « zéro faute » accordé au président Sarkozy à l’occasion de sa récente visite dans notre pays (Antilla-13 janvier) comme semble y encourager l’accueil réservé au Chef de l’État par les uns et par les autres. Sauf, bien entendu, à vouloir, sous ce zéro faute à Sarkozy, lire un zéro pointé à nos élus.

Car ce n’est pas le peuple Martiniquais qui a accueilli à bras ouverts, mains tendues, sourires aux lèvres, l’œil humide, un Président rigoureusement muet sur les conditions du passage de la Martinique de son statut actuel à celui de collectivité unique régie par une assemblée unique, mais intarissable sur l’aide qu’il se dit prêt à porter aux « batisseurs de paradis ». Incroyable image et encore plus incroyable pari dans un pays où près de 80.000 personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté, avec un taux de chômage inacceptable de 21 à 23%, une prolifération insoutenable de logements indignes, bref une situation catastrophique plus propice à la quête qui s’amplifie chaque jour de paradis artificiels qu’au combat pour des conditions de vie décentes au profit du plus grand nombre".....

 

Lire la suite ici : http://evolutionmartinique.unblog.fr/2011/02/13/comment-nicolas-a-charme-nos-elus/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article