Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

segolene_royal_en_colere_reference.jpg

 

 

 

Ségolène Royal était aujourd'hui en campagne dans le département de l'Hérault. Elle y a été assez méchamment chahutée par des gens issus de la diversité et dans les circonstances relatées ci-dessous.

La candidate, connue pour son irascibilité ( « je suis très en colèèère » déjà quatre ans! ) était blême de rage. Certains membres du PS redoutent, ( mais François Hollande espère ! ) qu'elle ne quitte le parti et ne se lance dans une aventure « populiste ».Mais la place est déjà prise.

 

 

 

« La salle avait été chauffée par le leader associatif des quartiers, Brahim Abbou, organisateur de la visite, qui vante cette "France métissée", et le député Guillaume Garot, qui a lancé: "Elle a une expérience parmi tous les socialistes, c'est celle d'une campagne présidentielle, où rien ne nous sera épargné". M. Garot allait le constater rapidement...

Après avoir lancé "Moi, je suis la candidate du peuple et demain je veux être la présidente du peuple français", Mme Royal décline ses "nouvelles règles de la République". Soudain, dans l'assistance, des femmes voilées et une poignée de manifestants crient "Ségolène casse-toi! La Paillade n'est pas à toi!" et tentent de se rapprocher de la scène, le service d'ordre essayant de les neutraliser.

La salle hurle "Ségolène! Ségolène!" pour couvrir les cris des manifestants. Peine perdue. L'ex-candidate à l'Elysée s'interrompt, puis reprend la parole, dans un brouhaha énorme pour parler de "liberté d'expression", disant calmement qu'il ne fallait "pas céder à la provocation" et rappelant les "principes de la République française", le "respect de la démocratie".

 

Martine Aubry en Hourri ( Ce n'est pas à Martine Aubry qu'une telle mésaventure arriverait. La "mère" de Lille adepte des méthodes des Dupont-Dupond, tente de se fondre dans le paysage où elle parle. Ici, par exemple, lors d'une exposition sur l'Islam dans la capitale des Chtis, elle est habillée en Houri ).

 

A l'issue du meeting, devant les journalistes, Mme Royal assure ne pas vouloir "laisser le champ libre à des intégristes qui n'ont pas leur place dans la République française s'ils se comportent comme cela. La République française, c'est la liberté, la fraternité, l'égalité".

"Ce qui les embête en effet, c'est que je puisse venir dans les quartiers pouplaires, y être bien accueillie par les associations parce qu'ils voudraient que la République laisse à l'abandon ces quartiers et qu'ils puissent y faire la loi", a ajouté l'ex-candidate à l'Elysée. »

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ces propos ont été tenue par la cheftaine de la ségolitude, et non par une autre dame, tout aussi souriante.



LS.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article