Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Sarkozy / Domota, le Roi et son Fou …


 

 ( Les passages de cet article de Philipp, soulignés en rouge, l'ont été par la rédaction du Scrutateur ). 




D’habitude soyons francs, il n’est pas impératif d’écouter ou de lire les discours du Prince Président de la République. Il y en a un par jour (autant que de réformes …), ils sont mal ficelés, ne veulent pas dire grand-chose et ne sont que de la communication médiatique creuse, rien de plus.
Depuis son élection, notre Président nous noie littéralement sous  un flot de paroles, d’agitations, de poudre aux yeux. Lui et sa cour de petits ministres courtisans pitoyables passent beaucoup plus de temps devant les micros et caméras des médias à nous raconter n’importe quoi qu’à réfléchir et à agir posément pour le bien public.
Nous sommes dans une République du Vent et de l’Image et chaque semaine, des médias serviles et bien médiocres acceptent de nous agiter les hochets de petites affaires sans aucun intérêt pour nous dissuader de nous intéresser à la terrible vacance du Pouvoir. C’est la République des petites phrases imbéciles et inutiles. On fait monter la mayonnaise autour du doigt vulgaire d’un ministre de l’Immigration peu fréquentable mais sans se préoccuper au fond de ses actions. On nous fait tout un cirque du népotisme du Prince Président au sujet de son fiston post pubère alors que cela fait des dizaines de postes clés que N Sarkozy remplit de la même façon dans tous les domaines sans que personne ne s’en inquiète et la liste est longue des mensonges et des dissimulations dont personne ne parle.
Nous sommes en présence d’un pouvoir factice, basé sur l’esbroufe. On a l’impression qu’il n’y a aucune réflexion de fond et qu’aucune politique à long terme ne dirige le pays. Le matin notre Prince Président se lève et se demande qu’elle réforme mal pensée il va nous agiter devant des caméras toujours prêtes à relayer ses discours confus et décousus.
Notre République est mise à mal par le pouvoir actuel car notre pays mérite mieux que cette vulgarité, cette vaine agitation, ces effets d’annonces purement médiatiques et sans lendemain.
Nous sommes ridicules sur le plan international et notre image pâtit des positions loufoques de nos représentants bouffons.
Dommage !

Une grande République comme la nôtre a besoin d’un peu de respect et certaines fonctions devraient absolument exiger de ceux qui les occupent un peu de grandeur et de noblesse.
Comment peut-on demander aux citoyens ordinaires qu’ils se conduisent correctement quand les dirigeants surmédiatisés donnent une impression de vulgarité absolue, d’irrespect, d’incompétence et de « je m’en foutisme » complet ?

Comment espérer que la Justice sera respectable par tous quand on la voit se compromettre sous la coupe d’un pouvoir sans partage en Lettres de Cachet (ClearStream) en règlements de compte à OK Coral (Affaire Chirac et ….). Il sera difficile de dire à un jeune qu’il n’est pas bien de voler un booster quand les médias nous exposent comme un feuilleton people, les sombres et peu ragoutantes méthodes de nos « politiques » ?

Et il ne s’agit pas ici d’exposer des opinions politiques personnelles! Non il s’agit juste de poser un regard sans complaisance sur un système qui épuise et déboussole les Français. Si notre pays est si morose et inquiet, ce n’est pas tant à cause de la Crise économique (arrivée à point nommé pour cacher une totale incompétence gouvernementale en économie et un gouffre abyssal de notre dette nationale …) que parce qu’il n’en peut plus de voir ses dirigeants raconter n’importe quoi chaque jour à la télé. N Sarkozy n’a pas encore compris qu’il parle trop et pour ne rien dire. Que sa politique qui consiste à être omniprésent sur les médias et de s’y agiter sans cesse perturbe les Français qui ne savent absolument pas où il veut en venir et qui n’en peuvent plus de ses foucades puériles. (Que penser d’un Président qui ment sur sa présence à Berlin le 9 Novembre 89 ? Un Gamin ?)

Le Pouvoir, Le Vrai, celui des Grands Présidents doit savoir choisir le Bon Moment pour prendre la Parole. Il a l’obligation de savoir respecter un certain décorum, une distance et une hauteur de vue qui en impose au peuple.

Le Pouvoir doit être respectable pour être respecté.
Aujourd’hui notre République s’expose et s’avilit dans les journaux peoples. Elle ne dirige plus dans les bureaux officiels mais sur les plateaux de télévision… Notre Gouvernement s’agite désespérément pour donner le change et cacher sa totale incapacité. C’est fatiguant, stressant, pour nous autres Les Français, qui devons supporter ces bouffons tragiques qui nous prennent vraiment pour des imbéciles.

Il y  a de quoi s’inquiéter et s’en émouvoir !

Enfin bref, vendredi dernier le discours du Prince Président avait pour thème les Dom et leur avenir, alors force fut bien d’y prêter une oreille attentive.

Finalement rien de bien neuf, des aides, des aides et peu de grandes orientations à long terme car  il y a fort à parier que la volonté Présidentielle n’a pas été réellement annoncée dans ce discours de circonstance.

Sauf peut-être dans des petites phrases lâchées par inadvertance…
Par exemple lorsque N Sarkozy nous dit qu’il trouve légitime le mouvement qui a agité les Antilles au début 2009 ???
Légitime une prise d’otage de toute une population pendant 44 jours ? Vous êtes sérieux M Le Président ?
Légitimes les méthodes employées par les nazillons tropicaux de l’UGTG ?

Légitimes les discours racistes et xénophobes de Domota ?

La lecture par le pouvoir des événements est tellement perverse et tronquée que Sarkozy en arrive à légitimer les actions les plus odieuses d’une extrême gauche qui lui crache à la figure.
A-t-on déjà entendu M Sarkozy trouver « légitimes » les interventions  de Besancenot et depuis quand la Droite trouve-t-elle « sympa » les actions de la gauche Marxiste - Léniniste ?

On se fout de nous !

En fait tout ce blabla présidentiel n’a qu’une seule et unique raison d’être.
N Sarkozy  ne supporte plus les agitations stériles des deux îles ingérables Guadeloupe et Martinique et il a sauté à pieds joints et avec enthousiasme sur cette tragique crise de 2009 pour mettre au point une stratégie très vicieuse d’éviction  des troublions insupportables.
Sarkozy sait qu’il peut sans soucis se lancer dans cette politique de largage car en cette affaire précise, il sera soutenu par une grande majorité des Français hexagonaux qui ne nous supportent plus non plus.

« Gwadloup sé tan nou sé pa ta yo » fut la phrase de trop qui a scellé notre sort sur le plan national !

Car Sarkozy a sur place un allié de poids qui lui rend depuis des mois de grands et loyaux services et qui le sert à la botte sans réfléchir une seconde.
L’allié de Sarkozy s’appelle E DOMOTA, ce petit agitateur local à la tête grosse comme un melon qui n’a aucune vision intelligente et stratégie à long terme fournit à Sarkozy tous les éléments dont il a besoin pour imposer sa politique de largage.

Depuis des décennies L’UGTG de Domota n’a d’autres méthodes et objectifs que la mise à sac et en coupe réglée des îles, aux seuls profits de ses dirigeants indépendantistes.

Il n’y a jamais rien de « syndical » dans les actions de l’UGTG mais bien au contraire la volonté permanente de rendre la vie ici invivable, d’abrutir une partie de la population totalement servile à des idées rétrogrades et fossilisées, de spolier ceux qui travaillent et produisent du fruit de leurs efforts aux bénéfices d’assistés incapables et parasites.
Les chefs de l’UGTG bénéficient tous de fortunes personnelles acquises par le vol et le détournement sans le moindre effort ni travail; fortunes bien souvent très supérieures à celles des chefs d’entreprises qui eux travaillent pour  faire avancer le pays et que l’on conspue tous les jours en les traitant de profiteurs !

L’UGTG de Domota avec ses discours imbéciles, simplistes, rétrogrades a facilité la montée d’une colère métropolitaine « anti Antilles » très forte et notre image sur le plan national se redresse d’autant moins que systématiquement tous les mois Domota relayé par des médias serviles et ineptes fait encore parler de Lui en menaçant et agitant le spectre d’une énième grande mobilisation.
Qui voulez-vous qui vienne investir dans un pays pareil ?

La décision présidentielle a besoin pour être crédible que les Antilles soient en permanente insurrection, qu’elles paraissent ingérables, insupportables, racistes, xénophobes, bornées et mauvaises citoyennes. Et en cela Sarkozy peut compter sur le fidèle et servile Domota. Ce dernier n’ayant qu’un vocabulaire assez réduit ne connait plus que les mots « grèves » « mobilisations », « haine », « colère » … du pain béni pour Sarkozy qui veut nous imposer une sortie par la grande ou la petite porte.
Il vient même de nous « honorer » d’une Ministre des Dom. Mais n’est-ce pas une terrible reculade ça ? Nous revoilà remisés comme il ya 30 ans avec un ministère distinct qui nous indique clairement que NON, décidemment nous ne sommes des bons citoyens comme les autres. Et puis un ministre qui 8 jours après sa surprenante nomination vient nous dire de ne pas avoir peur de la piqure qui nous attend  n’y-t-il pas de quoi s’inquiéter terriblement ?

Les dés sont pipés et tout ça sent la terrible arnaque, le jeu de dupes, le piège dans lequel sont tombés tous les politiques locaux trop imbus d’eux-mêmes et assoiffés de pouvoir personnel pour comprendre l’affaire.

Le piège Sarkoziste va se jouer en deux étapes et il y a fort à craindre qu’il fonctionne.

Le but réel du président est de faire sortir les Antilles du Droit Commun  national afin de pouvoir choisir tranquillement de Paris quels seront les pouvoirs que l’on voudra bien accepter ou distribuer aux Antillais et surtout d’alléger considérablement les financements de deux départements trop gourmands, très peu productifs et surtout fort peu reconnaissants.

La méthode est simple.

Sarkozy sait bien que l’art 74 en l’état aura du mal à passer. Encore qu’il faille se méfier des abstentions et de la très moyenne implication sérieuse de certains antillais très facilement manipulables ...

Même si le Ministre, donnant le La de la pensée présidentielle, été envoyée en mission pour chanter les avantages du 74 (fidèle à la ligne familiale …) le Président sait qu’il y a fort à craindre (pour Lui) que le 73 ne s’impose le 10 janvier prochain. Il a donc ourdi un fabuleux piège qui se trouve dans la seconde partie du référendum.

Nos deux chambres de gouvernance locale n’ont pas bonne presse et à juste titre, beaucoup pensent que les effectifs pléthoriques des assemblées Régionales et Départementales coûtent chers et ne servent à rien. De plus les tergiversations confuses de leurs Présidents pendant la crise de janvier n’arrangent pas leur crédibilité ni leur crédit.
Il y a donc un énorme risque d’un vote sanction contre les politiques locaux et une volonté de faire des économies qui pourrait se solder par un OUI au deuxième vote du 24 janvier.
Notez bien que personne, PERSONNE, n’aborde cette hypothèse pourtant tout à fait envisageable. Or la modification de notre structure politique interne même si elle se fait dans le cadre de l’Art 73 aura pour effet immédiat et automatique de nous faire sortir du Droit Commun du schéma national. Qu’on le veuille ou non à partir de là nous ne serons plus des Français comme les autres déjà que notre statut était un peu complexe et bancal, là c’est la porte ouverte à toutes les interprétations surtout les pires.
Tout sera alors permis au pouvoir central qui sera maître des orientations à donner à la politique des DOM récalcitrants et indésirables.
Le piège de Sarkozy se trouve dans le vote dissimulé et opaque du 24 janvier prochain.

Et puis les Antillais devraient se souvenir de cette affaire de Référendum sur la Constitution Européenne largement refusée par les Français et qu’on leur a refilé en douce mais par la force avec l’aide des députés aux ordres du Roi Président qui n’a que faire de la volonté populaire.


Pour espérer s’en sortir il faudrait que les Antilles changent totalement de visages et de discours. Tant que des gugusses imbéciles comme Domota serviront la soupe d’un Pouvoir qui ne nous aime pas, il ne sera pas possible d’espérer retrouver la paix dans le giron national. Nous devons reconstruire notre société et en finir avec ces discours stériles et revanchards qui ont coupé les ponts entre les hexagonaux et nous. Nous devons virer et ne plus donner la parole à tous les extrémistes qui roulent pour eux et nous mènent dans le mur. Nous devons dire NON aux DEUX votes de janvier prochain et de façon très massive et large car le piège tendu est pervers mais efficace.

La Société Antillaise n’a pas voulu voir l’énormité des événements du début 2009. Personne n’a fait l’effort de comprendre que la donne nationale avait changé et qu’il fallait tout de suite condamner fermement et collectivement certaines positions, certaines dérives, certains discours qui nous ont coupés du reste du pays. Les élites locales ont continué à se croire en 1970 et ont refusé de monter au créneau pour afficher des positions fermes et citoyennes. Beaucoup ont pactisé avec le Diable pour en tirer les marrons du feu à leur avantage. Ils se sont fait avoir comme des bleus ! Nous allons le payer cher, très cher car beaucoup ici n’ont toujours pas ouverts les yeux ou les oreilles.

Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir ….

PHILIPP.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dissident 17/11/2009 21:15


La masse énorme d'argent sale qui a été déversée en février d'abord, le matraquages médiatique xenophobe ensuite, les dizaines de millers de licenciés et les centaines de faillis enfin, avaient
déjà fait vaciller l'opinion et le bon sens commun en provoquant une gigantesque vague d'émigration, une fuite des capitaux encore jamais observée, et un retrait massif des consommateurs qui se
sont assis sur leur argent ou l'ont planqué.

Mais ce sont les paroles mielleuses du gouvernement et sa pommade a gogo qui sont en train de faire basculer l'opinion vers un NON & NON vindicatif et réprobateur.

On ne trompe pas impunément des gens de bon sens comme les antillais, ils n'aiment pas ca, mais pas du tout.

De plus, facteur sans doute aussi très important - qui rappelle le proverbe de la sagesse africaine du singe qui plus il monte dans le cocotier plus il montre bien son cul - les
langues se sont déliées completement, donc les turpitudes et autres petits secrets soi disant bien gardés sont maintenant racontés ouvertement en public et en détail
très menus.

Alors l'opinion est en train de se dire : CA SUFFIT.



 


l'archipélien 17/11/2009 18:02


Comme la nèpe, je déploie mon syphon sous la vase qui cherche à asphixsier ma liberté de penser, à la recherche de la goutte d'oxygène de liberté...Retrouvée ici chez le Scrutateur, merci
à lui. 

Parabole de la censure qui sévit sur Domactu ou il m'est devenu  impossible d'évoquer de maniere critiquele nom de sarkozy...J'invite tout un chacun a verifier par lui meme.

La métastase de la démocrature s'étend


rené Marc Danteuil 17/11/2009 17:11


Encore une excellente analyse de Philipp proche du Pamphlet acide et vitriolant mais tellement necessaire pour secouer notre île qui me semble au bord du gouffre.
oui il a raison le stress généré par toutes ses pressions devient insupportable.
bientôt la Guadeloupe va devenir irrespirable quel dommage!
autre problème le site TATUN sur lequel Philipp intervient avec beaucoup de talent et de courage a été piraté et ne fonctionne plus depuis hier soir.
ce n'est pas la première fois mais là cela a l'air sérieux!
L'UGTG ne supporte pas la contestation
Attention M Boulogne le Scrutateur aussi dérange ....