Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

hollande_pingouin_carla_bruni_lobo_lobofakes.jpg

 

Bizarrement, Cahuzac est l'un de ceux qui devraient dégoûter le moins dans le concert de tartufferie auquel ont droit les Français en ce moment.

 

Après Strauss-Kahn et ses exploits - parfaitement connus de tous et de tout temps -, après Hollande, ses impostures et ses mensonges - parfaitement connus de tous et de tout temps -, les petites turpitudes de Cahuzac ne sont que roupie de sansonnet devant tant de fausse-monnaie.

 

Le crime de Cahuzac ? Rien d'autre qu'une de ces vieilles coutumes républicaines où la vieille jurisprudence du pas-vu-pas-pris est la règle de droit suprême. La déclaration de patrimoine de François Mitterrand à son élection en 1981 était aussi comique que ses fameux bulletins de santé - très socialistes.

 

Mentir à la nation en jurant sur l'autel de la République que le mensonge est vérité ?

 

Vieille pratique, maintenant enseignée à l'ENA.

 

Tricher en se soustrayant aux règles absurdes que l'on à soi-même imposées à la valetaille électorale ?

 

Vieille coutume inscrite dans les principes mêmes de cette fameuse souveraineté populaire issue des grandes avancées lumineuses de 1792.

 

De l'avis de bon nombre d'observateurs avisés, l'affaire Cahuzac arrange tous ces messieurs de la socialerie, tant c'est l'arbre qui cache la forêt : elle arrive pile au bon moment pour soustraire aux feux de l'actualité le cas Guérini, infiniment plus caractéristique et infiniment plus révélateur de l'âme du socialisme, en tout cas de notre parti socialiste national, qui en termes d'amoralité et de méthodes n'a rien à envier à celles d'un certain parti national-socialiste - cf. la périphérie politico-républicaine, c'est-à-dire institutionnelle, de la loi sur le mariage "pour tous", pas plus qu'aux pratiques soviétiques, en d'autres temps, qui firent de Staline "l'homme que nous aimons le plus"

 

C'est le moment de se souvenir des animaux malades de la peste, du grand La Fontaine...

 

Quant au discours de François Hollande dénonçant l'outrage à la République ?

 

A-t-on jamais vu tartufferie plus ignoble que ce fromage que tient maître Pingouin en son bec ?

 

Peut-être certains "indignés" devraient-ils se ressourcer auprès de La Fontaine. En lisant La Besace (Fables, I, 7), par exemple.

 

Commençons donc par nous informer auprès de Caton, puis, après tant de saleté allons vite nous laver à La Fontaine.

 


http://www.nationspresse.info/francois-hollande-limposteur/

 

 

 

LA BESACE 

Jupiter dit un jour : Que tout ce qui respire
S'en vienne comparaître aux pieds de ma grandeur.
Si dans son composé quelqu'un trouve à redire,
            Il peut le déclarer sans peur :
            Je mettrai remède à la chose.
Venez, Singe ; parlez le premier, et pour cause.
Voyez ces animaux, faites comparaison
            De leurs beautés avec les vôtres :
Êtes-vous satisfait ? Moi ? dit-il, pourquoi non ?
N'ai-je pas quatre pieds aussi bien que les autres ?
Mon portrait jusqu'ici ne m'a rien reproché ;
Mais pour mon frère l'Ours, on ne l'a qu'ébauché :
Jamais, s'il me veut croire, il ne se fera peindre.
L'Ours venant là-dessus, on crut qu'il s'allait plaindre.
Tant s'en faut : de sa forme il se loua très fort ;
Glosa (1) sur l' Éléphant, dit qu'on pourrait encor
Ajouter à sa queue, ôter à ses oreilles ;
Que c'était une masse informe et sans beauté.
            L' Éléphant étant écouté,
Tout sage qu'il était, dit des choses pareilles :
            Il jugea qu'à son appétit (2)
            Dame Baleine était trop grosse.
Dame Fourmi trouva le Ciron (3) trop petit,
            Se croyant, pour elle, un colosse.
Jupin (4) les renvoya s'étant censurés tous,
Du reste , contents d'eux ; mais parmi les plus fous
Notre espèce excella ; car tout ce que (5) nous sommes,
Lynx (6) envers nos pareils, et taupes (7) envers nous,
Nous nous pardonnons tout, et rien aux autres hommes :
On se voit d'un autre œil qu'on ne voit son prochain.
            Le Fabricateur souverain
Nous créa Besaciers (8) tous de même manière,
Tant ceux du temps passé que du temps d'aujourd'hui :
Il fit pour nos défauts la poche de derrière,
Et celle de devant pour les défauts d'autrui.

 


(*) L.F. a pu s'inspirer de l'apologue d'Aviénus
"La guenon et Jupiter" (cité dans Névelet) ou de
"La besace" de Phèdre (Sacy)
Dans " La guenon et Jupiter", un concours des plus beaux
enfants a été institué par Jupiter. Une guenon prétend que
son nourrisson informe est le plus beau. L'idée du défilé
d'animaux de la fable a peut-être été suggéré par l'illustration
dans Névelet où l'on voit Jupiter recevoir toutes sortes d'animaux.

 

illustration de J.J. Grandville (éd. 1857)
illustration : J.J. Grandville

Cliquer pour agrandir

(1) fit des critiques.
(2) à son goût
(3) insecte qui se développe dans le fromage et la farine et
qui est le plus petit des animaux, visible à l'œil nu
(4) Jupiter
(5) tous tant que
(6) le lynx passe pour avoir une vue très perçante
(7) la taupe a des yeux si petits que longtemps, on l'a crue aveugle
(8) porteurs d'une besace

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article