Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Rupture pour l'outre mer, selon Les Echos.



Il n'est nullement besoin de l'autonomie pour ouvrir la Guadeloupe et la Martinque à leur environnement, et régler les problèmes du quotidien. Tel n'est pas l'avis de certains milieux économiques pour qui les antilles seraient les "danseuses de la France", et pour certains milieux politiques qui leur sont liés. Le journal économique Les échos, qui expriment leur point de vue expose, ce jour, cet état d'esprit. Il est vrai que les extrémistes de l'UGTG, pseudo LKP, et quelques apprentis sorciers bien dépourvus en neurones, leur facilitent la tâche..

Ci-dessous l'article des Echos : 


http://www.lesechos.fr/info/analyses/020210453634-rupture-pour-l-outre-mer.htm 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Claude HOUEL 12/11/2009 14:33



LES DANSEUSES DE LA FRANCE


 


Il est blessant et humiliant de toujours s’entendre dire que nous sommes entretenus ou assistés,


Que nous sommes des danseuses,que nous manquons de reconnaissance.


Aussi il ne faut jamais laisser passer ce genre d’accusation gratuite qui terni notre image.


C’est en ce sens que j’ai renvoyé la contribution suivante au forum des ECHOS :


 


Parler de « généreuses exonérations d’impôts » me semble injurieux et faux.
Vous laissez penser à vos lecteurs que ces dispositions sont
indues.
Vous rejoignez certains média, peu informés des réalités de l’Outremer Français, qui mettent en avant le « coût » de ces lointains départements ou territoires.
Il conviendrait d’appliquer
la même analyse au « coût » d’autres départements de la République qui bénéficient plus du budget de l’Etat que leur propre contribution.
Dans un département paralysé par 44 jours de grève
(imaginez vous cela ailleurs) pendant lesquels les libertés
élémentaires ont été bafouées sans que l’Etat intervienne,est-il si « généreux » de la part de ce dernier d’aider l’économie à se
relever ? Ou est-il simplement dans son rôle ?
Comment interprétez vous les surcoûts (estimés à1,4 Milliards d’Euros) des réformes des régimes spéciaux?
Cf Article revue CAPITAL nov 09 p 118,
aides "généreuses"?


 


Cela étant, le temps est peut-être venu de se demander pourquoi notre image est devenue aussi déplorable.


Même si il est indispensable de rappeler que, dans l’histoire, il n’en a pas toujours ainsi et que,


sur le plan économique comme sur le plan humain nous avons largement contribué à la grandeur de la France.


Cela est nécessaire mais pas suffisant.Il faut avoir le courage de se regarder dans la glace et de se demander pourquoi nous en sommes arrivés là et surtout comment changer cette image
détestable.


L’image que nous y voyons est bien entendu celle des LKP et autres apprentis sorciers avides de pouvoirs.


Mais,même si s’est moins facile à regarder,c’est aussi la nôtre, à TOUS.


Qui nous accomodons depuis trop longtemps de petits arrangements et compromissions.


Qui avons accepté la doctrine dévastatrice du « pas du vague » ,qui a conduit au tsunami,à partir du moment  où nous y trouvions quelques
maigres interêts  fiscaux ou commerciaux.


Qui ne savons plus gérer une entreprise si l’Etat ne nous fait pas grâce des impôts et cotisations


Tout en subventionnant nos activités.


Qui considérons que ces aides sont éternelles et méritées.


Qui ne savons même plus reconnaître la solidarité nationale.


Qui sommes persuadés que nous sommes le centre du Monde et spécifiques parmi nos semblables.


Qui ne sommes pas capables d’avoir une vision d’avenir à donner à nos enfants, parce que nous


ne voulons pas mobiliser nos ressources.


Bien entendu il n’appartient qu’à nous, à titre individuel et collectif, de changer les choses, sans


attendre de solutions imposées.


Alors, sûrement,notre image aura changé et nous en serons plus fiers.



Dissident 10/11/2009 14:50



La diversification de l’agriculture.


M Boulogne, je ne peux pas laisser passer les inepties journalistiques de ce « journaliste » des Echos, qui ne connait rien à tout
et qui ne fait que répéter en copiant collant des mensonges humiliants.


Dans les années 1970, sous l’égide de la SICAMA, une SICA Maraichère, un énorme plan de diversification avait été lancé. Il avait abouti
à : 1000 has d’avocatiers, 500 has de limettiers, et des aubergines en quantité, puisque la Martinique a exporté une année 3500 tonnes en France.


 Collatéralement d’autres cultures avaient été lancées et certaines perdurent
encore aujourd’hui.


Alors, il faut arrêter d’insulter les agriculteurs diversifiés qui ont fait plus que leur devoir pour ce pays, d’ailleurs le problème est
aujourd’hui que personne ne voudra plus se lancer dans des aventures d’une telle envergure, imaginez-vous, qui va décider un beau matin d’investir sur deux générations ? personne car plus
personne n’a confiance dans l’avenir de ce pays, et surtout pas les banques qui se défilent hypocritement.


Mais ce qui est intéressant c’est de savoir pourquoi la diversification a échouée et pourquoi elle échouera encore, c’est complexe, difficile
à expliquer, chaque culture a eu des problèmes spécifiques, mais voici quand même et en vrac:


Ø  La mondialisation quand nos produits d’exportation ont été laminés par la
concurrence étrangère.


Ø  L’étroitesse du marché domestique qui ne supporte pas de surplus de
production.


Ø  Des circuits de distribution nationaux inadaptés dans certains cas
précis.


Ø  Il y a quelques années, une concurrence sauvage, destructrice, venant des
pays de la Zone Caraïbes, qui a réduit la valeur au détail à presque rien, l’attaque contre la production locale ayant été menée principalement par les GMS locales.


Ø  Une technologie de conservation – c’est de l’export dont je parle –
complètement loufoque, contre-productive, néfaste pour la conservation des produits.


Ø  Une technologie de production contre-productive car 100% chimique –
c’était la seule qui était divulguée – malgré les avertissements répétés de certains grands scientifiques de la lutte biologique, dont un est retraité en Guadeloupe en ce moment même. Il avait
tout dit, en temps utile, mais personne ne l’a jamais écouté, au contraire il fut combattu avec acharnement, et cet entomologiste est cependant mondialement connu !


Voici en résumé les facteurs qui ont fait capoter les tentatives de diversification, j’en ai peut-être oublié certains, mais ce qui est exposé
plus haut c’est l’essentiel.


Alors je vais vous dire encore plus : Il y a aujourd’hui des gens qui savent mieux et qui font encore, ils agissent, mais ils se heurtent
à une quantité d’obstacles inimaginables qui les retardent.


Il faut rétablir la vérité quand le mensonge devient propagande et une seconde nature chez certains.


 


 



Dissident 10/11/2009 01:26



« ce qui passe notamment par une agriculture plus diversifiée, la valorisation de leurs ressources et, surtout, l'essor de relations commerciales avec leur
environnement immédiat plutôt qu'avec la métropole »


Une agriculture diversifiée !
mais personne n’a attendu quiconque pour diversifier l’agriculture ! même chose pour les relations avec l’environnement immédiat avec lequel le commerce fonctionne depuis belle lurette, mais
d’ailleurs avec n’importe quelle origine et même directement de Chine.


« Il s'agit, pour le dire crûment, de sortir
l'outre-mer de l'assistanat, dans le cadre de l'autonomie, non de l'indépendance. Ce doit être une rupture pour l'outre-mer, en aucun cas une rupture avec l'outre-mer »


Assistanat ? quel
assistanat ? ce mot clé nous est jeté à la figure dès qu’il s’agit de l’outre-mer, c’est de la foutaise et une insulte pour les français de l’outre-mer qui ont droit – en tant que français –
à la même chose qu’en France.


« Cette ambition est cependant suspendue à une condition, exigeante : que les ultramarins en voient vite les bénéfices immédiats au travers d'une baisse des prix
et d'un meilleur jeu de la concurrence. Faute de quoi, la réalité de l'inégalité l'emporterait sur la culture de la responsabilité »


N’importe quoi encore, une baisse des
prix  à présent, la propagande LKP quoi, au moment précis où personne ne veut reprendre les Hypers Cora, justement à cause du fait qu’ils sont
déficitaires et gangrénés jusqu’à la moelle par des gangs endogènes qui les pillent.


Qu’est-ce qu’il attend le Zorro
Leclerc pour venir distribuer à perte des marchandises aux ultramarins ? que les poules aient des dents ? pas fou le mec, n’est pas venu reprendre les hypers pas vrai, parce que, pour
les reprendre dans des conditions acceptables, il faut virer tout le personnel et repartir à zéro.


Cet article est ridicule et absurde,
il ne fait que retransmettre la propagande de ceux qui conduisent ce pays à la mort économique.