Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

DSC00434.JPG (Emmanuel Gombaud).

 

RFO : Qu'est-ce qu'un Guadeloupéen? 

 

 

 

 

Le sujet de l'émission d'Emmanuel Gombaud ce soir sur RFO-Guadeloupe portait sur la Guadeloupéanité.

On pouvait craindre, compte tenu d'un passé très récent, une émission de propagande, anti française.

Ceux qui l'espéraient auront été décus. Il faut féliciter E.Gombaud, quelles que soient ses opinions personnelles à ce sujet, d'avoir su respecter un équilibre, et d'avoir correctement dirigé un débat où il avait invité des personnalités de bords différents, qui elles-mêmes, sauf exceptions, ont su garder le sens de la mesure, et manifestement voulu s'élever au dessus des exaltations habituelles sur le sujet du jour.

 

DSC00447.JPG ( M.Jean-Philippe Courtois).

 

Des invités d'âges variés, dont plusieurs jeunes gens qui ont montré que l'avenir de la Guadeloupe n'est pas aussi totalement bouché que le donnent à penser les glapissements syndicaux ugétégistes qui constitent le menu habituel de trop de nos médias.

Des gens représentatifs des classes d'âge, mais aussi des milieux humains constitutifs de notre île. Il y avait même un blanc créole, M.Bernard Dormois, qui a su s'exprimer en propos simples, non dépourvus de l'humour qui le caractérise, et qui rejoignent l'opinion de beaucoup d'entre nous.

Nous avons retenu aussi les paroles claires, précises, ( en créole, comme toute l'émission ) du jeune biologiste Jean-Philippe Courtois, de madame Dunoyer et d'une autre jeune femme dont je m'excuse de n'avoir pas retenu le nom, de messieurs Nabis et Garain. 

 

DSC00442.JPG ( Mme Dunoyer).

 

Même les "indépendantistes", mesdames Minatchi, et  Baffran-Troflo, se sont efforcées à la mesure, sans dissimuler pour autant leurs convictions.

La Guadeloupe est-elle un peuple, une nation sans Etat (pour l'instant)?

Certains l'ont dit.

Un peuple, certainement, selon moi. La France est un Etat, une nation faite d'une variété de peuples, et ceci bien avant la révolution française. Les Alsaciens, les Bretons, etc, comme les Guadeloupéens, forment des peuples, avec leurs langues, comme nous avons notre créole. Ils n'en sont pas moins français.  Certains ont su, ont osé le dire, bravant les interdits qui frappent sur tant de médias, et si souvent sur RFO. Bravo!

 

DSC00445.JPG ( M.Bernard Dormoy ).

 

Nous avons, Guadeloupéens, une originalité, une culture, une histoire, et nous ne progresserons qu'en apprenant à mieux les connaître. Mieux les connaître, c'est à dire sans nous laisser subjuguer par la funeste idéologie séparatiste qui paralyse notre pays depuis trop d'années. Et s'il ne faut évidemment pas faire l'impasse sur la période de l'esclavage, il ne faut pas non plus nous laisser emprisonner par une mentalité afflictive, uniquement focalisée sur l'esclavage, comme a dit, je crois, M.Franck Garain.

Pour une fois donc, une soirée intéressante et utile.

Je sais bien qu'en formulant de tels propos je risque de nuire à l'animateur de l'émission.

Qu'il sache que ce n'était pas mon intention.

 

Gérard Vergé-Lauriat.

 

PS : Une petite correction au propos de l'intervenante dont j'ai oublié le nom, (ce qui me rend particulièrement confus), et dont je partage le témoignage central ; " Les Guadeloupéens se sentent à 100% Français".

Il n'y a pas en guadeloupe 95 à 96 pour cent de nègres, et 3% de blancs, dont le tiers de blancs créoles. Que fait-elle donc des indiens qui sont une communauté importante. Et où place-t-elle les métis qui comportent une dose souvent importante de sang blanc, mélangé à du sang noir ou indien? Mais on comprend ce qu'elle a voulu dire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Oupédisa 19/05/2010 18:04



Bonjour, je n'ai pas regardé non plus parce que j'en avais déjà eu marre d'entendre parler de l'identité nationale.... Bien content que cela se soit déroulé convenablement.


Par ailleurs (mais tout près) je me demande ce qu'il faut penser des guadeloupéens fanatiques qui veulent forcer la France à régulariser les Haïtiens se trouvant clandestinement en Guadeloupe
alors même que ces bons samaritains locaux (et bolokos) refusent de se sentir français. Je me demande aussi comment les manifestants du 18 mai (anniversaire du drapeau Haïtien) peuvent fêter leur
drapeau en même temps qu'ils exigent que leurs clandestins redeviennent français en Guadeloupe. Concernant ces deux paradoxes il y a indéniablement de quoi débattre longuement...



Edouard Boulogne 19/05/2010 19:09



"Bons Samaritains" entre guillemets, bien sûr, et tous les lecteurs fidèles du Scrutateur auront compris.



Claude HOUEL 19/05/2010 01:23



Pas simple de définir un Guadeloupéen.


Domota, faisant la démonstration au préfet, lors d'un célèbre débat télévisé,invoquait la pyramide avec les blancs en haut et les noirs et indiens à la base: drôle de géométrie qui


oubliait,déjà, les métis.


Au delà de ce petit rappel,il est dommage que la parole n'ait pas été donnée aux autres


composantes du peuple créole,libanais,syriens,métros installés de longue date,chinois et créoles de l'hexagone,toutes couleurs confondues.


Cette émission me conforte dans l'idée que les clivages ne sont pas là où l'on croit.


Métro installés depuis bientôt un demi-siécle,je me suis longtemps posé la question de ma


place au sein du peuple de Guadeloupe.La réponse m'a été donnée ,à ma grande surprise,


lors d'une réunion avec les représentants du personnel de l'entreprise que je dirigeais.


A l'exigence,récurente d'une embauche locale,j'ai posé la question de savoir ce qui se passerait si l'un de mes enfants postulait.La réponse,spontannée a été qu'il n'y avait aucun probléme
parcequ'ils étaient nés en Guadeloupe et donc Guadeloupéens.


J'ai compris ce jour là que le problème n'était pas aussi tranché que certains le disaient.


Pour la petite histoire,le délégué,syndicaliste,qui m'a fait cette réponse,étaient affilié à...


l'UGTG.


Comme quoi il faut rester positif dans notre vision de notre monde si compliqué.



l'archipélien 18/05/2010 18:56



J'ai pas regardé l'émission tout simplement parceque je n'etais pas représenté en tant que Saintois...La guadeloupe "cé ta yo" ne suisje dis, en pensant fortement aux désiradiens et aux marie
galantais.


Une remarque:L'émission aurait pu etre intitulée "C'est quoi ne pas etre guadeloupéen ?"...On aurait sans doute appris davantage de la bouche de certains ethnocentripètes  made in Gwada



renaudgwada 18/05/2010 12:05



pour annoncer le débat, laura senné a cru bon de commencer le journal de 19h30 en parlant plusieurs minutes uniquement en créole. les touristes, métros et non créolophones en général ont du
apprécier