Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Réponse à M.Dahomay.

( Hier, j'ai dit, sans ambages, mon approbation à certaines analyses récentes de Jacquy Dahomay, sur l'actualité politique locale. Aujourd'hui, le Chroniqueur  Philiip considérant un article plus ancien de Dahomay, adresse à ce dernier des critiques, qui il faut le reconnaître ne manquent pas de pertinence. E.Boulogne). 




Publiée sur le Blog de M Vidal sous le lien suivant :
http://indiscretions.over-blog.fr/article-tribune-libre-dahomay---guadeloupe-encayee-03-12-09-40471033-comments.html#comment52283195

M Boulogne sur son excellent site du Scrutateur revient sur cette intervention. Je me permets à mon tour d’y faire référence.

 

( Un vieux peuple comme le peuple allemand fut séduit dans les années 30 par un LKP assez spécial, le parti nazi, aux thèmes récurents avec le nôtre. Le grand philosophe heidegger lui-même, au début, donna sa caution! Hélas! désabusé, il ne fit jamais amende honorable de son erreur. Philosophe, certes! Mais humain!).

M Dahomay produit une belle analyse, fort bien argumentée, qu’on ne peut manquer de lire avec intérêt. La volonté de l’auteur est manifestement de tirer des conclusions constructives des récents événements qui ont bouleversé nos îles depuis le début 2009.
Le but est donc louable et parfaitement respectable.
Cependant il y a quelque chose de bien ennuyeux dans le texte de M Dahomay qu’à titre personnel, je rejette de façon claire et précise.
M Dahomay qui est « installé » sur la scène locale depuis bien longtemps a fait partie de ceux qui aux premiers jours du LKP ont suivi gentiment et un peu aveuglément ce mouvement manipulateur et pervers. Il ne fut pas le seul, puisque grâce à une habile dissimulation et à la fabrication de toute pièce de ce LKP d’opérette, les leaders extrémistes historiques de nos îles ont réussi à jeter le trouble et à faire croire à l’émergence d’un nouveau mouvement largement populaire.
Le LKP n’a tenu que quelques semaines et bien vite les groupuscules extrémistes qui pourrissent la vie de la Guadeloupe depuis 30 ans sont revenus sur le devant de la scène.

Le LKP n’existe plus sous sa forme originelle, il n’y a donc pas lieu de le considérer aujourd’hui comme une force de négociation ou de représentation légitime.

Or voila dans son texte M Dahomay continue à considérer que cet ex LKP est toujours fréquentable et représentatif d’une émergence populaire large. Ce qui est faux !

Domota n’est représentatif que de son organisation mafieuse et des quelques ahuris qu’il arrive à manipuler à coup de financements occultes et de manipulations honteuses.
Il n’y a donc aucune raison de concevoir que l’avenir de la Guadeloupe pourra se construire en invitant les leaders de l’ex LKP autour d’une table de négociations.

Tout d’abord, ces individus n’ont aucun projet, ne savent que détruire en utilisant des techniques de rues perverses et nauséabondes et surtout ils ne représentent absolument aucune force de progrès et très peu de citoyens guadeloupéens.
Il n’y a donc aucune raison de les considérer comme des interlocuteurs valables, représentant l’avenir de qui ou quoi que ce soit pour nos îles.
Il y a toujours grand danger à inviter le Loup à sa table lorsque l’on tient à sa Bergerie !

Les leaders qui se sont cachés derrière l’ex LKP sont tous de dangereux mafieux, racistes, xénophobes, menteurs, manipulateurs, assoiffés de pouvoir, de gloire et d’argent. Il ne faut absolument pas leur serrer la main ou les inviter à quoi que ce soit. Il faut se battre jusqu’au bout pour les mettre sur la touche et les empêcher de nuire.
M Dahomay commet donc une très grave erreur en leur offrant un rôle dans notre future société. Mais c’est qu’on sent que M Dahomay ne sait pas trop de quel coté pencher. Si on donne demain une place légitime aux hurluberlus du LKP, cela revient à dire qu’ils ont quelque part réussi leur coup d’état sur notre société et qu’après nous avoir pris en otage de la plus immonde des manières, nous serions assez bêtes pour leur donner un siège honorable et représentatif. IL N’EN EST PAS QUESTION !

Enfin M Dahomay revient encore et encore sur cette insupportable histoire que véhiculent à loisir bien trop « d’intellectuels » locaux, à savoir ce faux et mauvais débat de l’ « identité » du Peuple Guadeloupéen ». Cela fait des décennies que certains ici se noient dans cette affaire sans aucun sens ni intérêt. Les Guadeloupéens sont des gens comme les autres qui n’ont pas de spécificité particulière (sauf à s’en créer artificiellement pour d’inavouables chantages …) et à qui Personne ne donnera d’identité car personne ne s’en préoccupe !

Et puis encore et encore ces références à l’esclavage qui démontrent une totale incapacité à avancer et à dépasser ce fond de commerce trop facile que beaucoup trop « d’intellectuels » exploitent ici. La référence à l’esclavage est devenue aux Antilles un chantage lamentable qui devrait à en croire certains tout justifier, tout expliquer et qui en fait n’explique que la totale fossilisation de certains esprits et une volonté peu honnête d’exploiter sans limite un passé que l’on torture pour s’en servir à loisir.

C’est un faux débat que l’on agite ici, c’est une manipulation de l’Histoire et des esprits que beaucoup trop « d’intellectuels » exploitent sans vergogne !

Assez de cette histoire de l’identité, assez de l’esclavage. Cela fait trop longtemps que certains ici manipulent à loisir les esprits en les faisant régresser sur des sujets pernicieux et dévastateurs.

Et puis encore M Dahomay « oublie » complètement d’aborder le problème des médias qui sont directement à l’origine de la « crise « et du « pouvoir » que prennent certains sur la société locale.
Si les médias n’avaient pas scandaleusement servis la cause du LKP en occultant volontairement la majorité des citoyens guadeloupéens, cette année aurait été bien plus tranquille et nous ne vivrions pas dans un état de stress permanent dans une société dont les lendemains semblent terriblement confus.

Tout fait que décidemment NON, je ne suis pas d’accord avec M Dahomay, je trouve même qu’il fait trop partie de ces « intellectuels » qui se trompent d’analyse et de bord.
Comme beaucoup ici, il n’a jamais ouvertement condamné la tentative de prise de pouvoir anti-démocratique et anti-liberté de Domota. Comme beaucoup trop de gens influents ici, il n’a jamais condamné ouvertement le Gwadloup sé tan nou…et cela n’est pas acceptable !

Il est clair que pour s’en sortir, il faudra faire un grand ménage ici. Mais on ne pourra pas le faire sans changer magistralement de discours ou d’attitude. On ne pourra pas non plus le faire en acceptant des compromissions avec des terroristes du genre Nomertin, Clavier, Domota et consorts.
Ces individus sont la lèpre qui pourrit notre société en profondeur. Il faut les éliminer et les empêcher définitivement de nuire. Nous ne voulons pas d’une société ou Domota sera représentant de qui ou quoi que ce soit et que l’on ne vienne pas nous dire que ce type est actuellement l’émergence d’une quête intelligente de notre société. C’est tout le contraire. La liste des problèmes graves et profonds que la tentative de prise de pouvoir du LKP a déclenchés ici est trop catastrophique pour que l’on pardonne quoi que ce soit à ces gugusses tragiques.

La situation est bien trop grave pour que l’on puisse se contenter de positions ambigües qui cherchent à protéger la chèvre et le chou ! Il ne peut y avoir aucun compromis avec l’ex LKP et nos positions doivent être claires, nettes et sans bavure sur ce point.

Il faut une véritable catharsis dans notre société et non pas du replâtrage sans courage.

Il faut bien réaliser qui est notre ennemi pour le circonscrire efficacement, sans jamais lui offrir la moindre opportunité de nuire à nouveau.

M Dahomay, j’entends bien votre discours et je le respecte, il marque de votre part une évolution certaine que l’on ne peut qu’encourager, mais ce n’est pas suffisanti S vous voulez tendre la main à Domota, vous vous ferez manger tout cru. Si vous voulez vous positionner dans une Guadeloupe du futur, il va vous falloir modifier certaines postures qui sont trop confuses et floues.

On ne pactise pas avec le Diable !



PHILIPP.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Antoine Garrouste 08/12/2009 13:52


Bonjour M Boulogne,
Vous avez raison tous les deux je crois. Votre commentaire sur l'intervention de J Dahomay était juste mais fraternelle car vous avez on le sent une estime réciproque. Philipp qui est plus
tranchant a tout de même raison de remettre certaines choses en place. Il est juste que l'on ne doit pas pactiser avec l'UGTG et surtout il a totalement raison en précisant qu'il ne faut pas
accepter d'offrir la moindre place à ces voyoux dans la Guadeloupe de demain.
Philipp est plein d'une juste fougue et il atteint son but en maniant vitriol et intelligence. Vous M Boulogne vous avez la sagesse du philosophe. Je trouve que vous vous complétez merveilleusement
bien et que le Scrutateur gagne en efficacité dans votre collaboration. Merci à Vous.


Dissident 08/12/2009 13:28


"Le mérite du collectif est d’avoir fait ressortir au grand jour le système global d’exploitation qui sévit dans notre pays"

Par cette seule phrase M Dahomay démontre qu'il n'est plus crédible en quoi que ce soit.

Car, à analyser le sens de chaque mot de cette phrase, on découvrira rapidement qu'il ne fait que reproduire là la propagande grotesque de l'UGTG et sa profession de foi, qui affirme qu'il existe
un "semi-esclavage" en Guadeloupe.

Et qu'il faut par conséquent que les "paysans pauvres" prennent le pouvoir.

C'est ca, et donc les professeurs iront couper la canne le dimanche, en chantant des hymnes à la gloire du Che.




André Katzié 08/12/2009 13:14


Ah ! M. Philipp ! que de sagesse par votre bouche, ou plutôt par votre plume !
Le bon sens aurait trouvé en vous son ambassadeur, si la mission n'était quasi impossible. Impossible, oui, parce que la fascination exercée par les pervers sur les jobards est automatique et rend
la représentation inégale. Le diable est de la partie, et je crains même que votre parallèle entre un certain LPK "assez spécial" ne suffise pas à convaincre les... égarés. Dommage. En tout cas,
vous aurez essayé. Mais le combat entre les zintélektuels et vous est trop inégal : ils vous ont déjà classé dans la catégorie des ignorants, or les foudres de l'Olympe sont terribles... et
définitives.
Au sujet du parallèle évoqué plus haut, permettez-moi de souligner ceci : le LKP assez spécial auquel vous faites allusion n'était, en réalité, pas du tout assez spécial. Il était même très
conforme à l'original (l'original étant le nôtre, la proximité de celui-ci avec l'Olympe l'emportant sur la chronologie). Eh oui, l'autre, avec son "Reich", son peuple et son guide, et même avec
ses cibles raciales (pardon ! il serait plus politiquement correct de dire ethniques, cela fait plus "scientifique") ressemble au nôtre jusque dans le poids donné à la propagande. En cherchant où
sont les différences, on peut en recenser au moins trois : la première, dans le financement de l'action subversive (vous y faites allusion)  ; une autre dans la partie alimentaire des choses
(les Allemands crevaient de faim et l'inflation était alors de type zimbabwéen) ; et la troisième dans la partie "intellectuelle de la chose" : vous citez Heidegger, mais il n'était certes pas
aussi splendide que nos zintélektuels. Lui, au moins, avait une excuse : il avait peu de références en termes de précédents récents. Nos zintélektuels, eux, ne peuvent ignorer les Khmers rouges, le
bloc soviétique, la Chine de Mao, la Corée du Nord, l'ancienne Albanie, la démocratie à la cubaine, l'Haïti du Docteur Duvallier, l'Haïti du "Père" Aristide (ce dernier incarnant la charité se
moquant de l'hôpital), le délices de la dictature de Mugabe, etc. etc. Toutes ces "douceurs" de l'Histoire se sont prétendues porteuses d'espoir de libération des peuples. On a vu le résultat.

Et le le soi-disant État fwancé kolonial raciste et esclavagiste garantit aux Guadeloupéens une liberté d'expression, d'aspiration, et de soutien matériel aux plus démunis qui n'existe nulle-part
ailleurs et qui explique l'immigration haïtienne et dominiquaise...