Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Remarques sur le deuxième tour des cantonales.

 

Conseil-general-Gpe.jpg  ( Palais du Conseil Général de la Guadeloupe, à Basse Terre ).

 

 

 

 

J'habite un quartier populaire. Depuis trois semaines, de 20h à 23h30, comme mes voisins de misère, j'ai subi le martyre.  Si nous avions eu des informateurs de la chose politique concrète, telle qu'elle se présente dans notre canton nous aurions pu louer " la démocratie" qui est le régime dans lequel nous avons "la chance de vivre". Précision, sobriété, auraient dû être les vertus cardinales des candidats à nos suffrages.

Hélas! il n'en a rien été. Messieurs les candidats nous ont saoulé de leurs slogans infantiles, et de leurs fantasmes d'hystériques.

Cela commençait invariablement par la déclaration liminaire : " je suis né dans ce canton, n° tant de la rue telle", pour les plus simples ( pas nécessairement les plus nuls), et, pour les "zintellektuels" : "j'ai pris naissance dans ce canton,", etc, etc.

Et un développement monotone, toujours le même, en deux parties, repris invariablement par tous les orateurs, le candidat s'exprimant en dernier : " je suis le meilleur, je connais vos problèmes, si vous m'élisez,.... "etc. Puis : mon adversaire est nul, c'est un pourri, etc. Le tout ponctué de véritables glapissements démesurément répercutés par des sonos du diable. 

Mais les choses ont évolué, les gens ne sont pas si bêtes.

Le résultat est connu : l'abstention, quoiqu'en léger recul dépasse assez largement les 50%, et à Pointe-à-Pitre la participation atteint péniblement les 38%.

En ce deuxième tour, je me suis purement et simplement abstenu, aucun des deux candidats restants ne donnant la moindre garantie sur leur engagement concernant l'avenir statutaire de la Guadeloupe, tel que je le conçois et le désire.( Respect du statut quo, refus du passage à l'article soixante quatorze de la constitution qui est un statut d'autonomie, préalable à la rupture avec la France ). 

Aussi bien, hier soir, contrairement à mes habitudes, écoeuré, j'ai renoncé, en pleine nuit, à rédiger le plus petit commentaire de ce non évènement.

Trop, c'était trop!

Je suis sûr, lecteurs, que vous m'accorderez votre absolution.

 

En métropole, ce qui frappe également c'est le taux élevé d'abstention.

Le PS, et son armée de commentateurs amis, font semblant de croire que le Parti de Martine Aubry est vainqueur. Ils insistent sur le marasme où végète l'UMP, du fait de ses indécisions, de son incapacité à se démarquer  des exhortations du PS à se rallier à ses propres positions. Ce matin, l'intervention de Martine Aubry était particulièrement comique, incitant la " droite" à redevenir "républicaine", casaque rose et rose au poing.

Et la brave dame aurait tort de se géner puisqu'il se trouve des gens " à droite" des Bayrou, des Villepin, des Baroin, et même Fillon, parait-il, pour aller en son sens, et courir au suicide politique.

On peut souligner aussi, la continuation de la percée du Front National, sous la direction nouvelle et plus intelligente de Marine Le Pen. Le FN est désormais considéré par les Français comme un parti politique digne du débat, et il bouleverse la donne électorale, car il ne capte pas seulement des voix du peuple de droite ( qui avait voté pour Sarkozy en 2007 ) mais aussi, nombre d'électeurs qui se portaient naguère sur des partis tels que le PCF, le parti de Besancenot, ou celui de Mélanchon, ( d'où la hargne grossière de ce dernier).

Mais ici encore le trait le plus frappant du scrutin d'hier, c'est l'abstention, considérable au deuxième tour, malgré le chantage au soi-disant péril antirépublicain auquel nous avons été soumis.

Car quand on a défalqué du chiffre abstentionniste, les 20% habituels des indécrotables pécheurs à la ligne, il reste que près de 30%de personnes, habituées à voter ne l'ont pas fait.

Ce qui signifie : "messieurs les candidats, nous en avons assez de vos impérities, assez de votre chantage à un pseudo fascisme raciste qui monterait, assez d'être pris pour des imbéciles, et pour les otages de votre lutte pour vos caprices, et vos intérêts. Aujourd'hui, nous ne voterons pas FN, parce que son programme économique et social n'est pas encore au point. Mais nous ne voterons pas pour vous, parce que nous voulons du changement".

Ce qui signifie aussi, que pour la présidentielle, rien n'est joué.

Marine Le Pen est trop intelligente pour ne pas constater que le marasme de l'établissement de gauche, et la dédiabolisation du FN n'ont pas suffi hier pour faire se déplacer 30%, et plus de l'électorat.

Constat qui n'a pas pu ne pas être fait par l'autre homme intelligent de l'échiquier ( malgré des erreurs, et un caractère qu'il ne maîtrise pas encore suffisamment) c'est à dire Nicolas Sarkozy.

 

C'est dans les mois qui viennent que les choix nécessaires s'imposeront.

Si Sarkozy, fait le bilan de certaines erreurs qui l'ont coupé d'une part de son électorat, mais qui demeure le candidat le plus crédible à droite, pour 2012, si Marine Le Pen arrive à se libérer de l'emprise existant encore partiellement sur le FN des vieux schnock de naguère, et aspire vraiment à jouer un rôle efficace et dirigeant ( ce que n'avait jamais voulu son père, amateur de provocations douteuses ), on pourrait se diriger en France vers un gouvernement où les notables traditionnels, type UMP, et leur expérience, fécondés par un courant plus jeune, et plus national, moins annihilé que les pourris de la gauche et de leurs agents dormants en UMP, pourrait constituer un gouvernemnt capable de reprendre en main une France qui, actuellement, se délite.

Quelque chose commence qui a failli se faire en Italie avec l'alliance du parti de  la droite traditionnelle et des militants de la Ligue du nord.

Alliance qui dépérit actuellement, du fait des frasques de Berlusconi.

 

Il me semble que si à droite en France on cesse de se laisser intimider par l'idéologie de gauche molle et bobo, poisseuse et malodorante, cela est parfaitement possible, malgré tous les DSK du Monde.

 

Marc Décap.

 

 

Gauche-la-plus-bete-du-monde.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article