Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

Régionales en Guadeloupe : Lurel élu dès le premier tour.


V-Lurel.jpg


A l'heure où je commence à jeter sur l'écran ces quelques lignes, ( 23 h), les résultats globaux, définitifs et officiels ne sont pas encore connus en Guadeloupe. Mais la tendance ne peut plus être inversée, et l'on peut assurer que la liste « Tous pour la Guadeloupe » , conduite par Victorin Lurel sera élue dès le premier tour de l'élection régionale, avec près de 58% des suffrages exprimés ( Les chiffres complets seront donnés ici, dès demain matin).

Cette victoire est nette et sans appel.

Elle ne laisse guère place à la discussion, tant les listes concurrentes sont largement distancées. Tant celle conduite par « la droite », ( avec un Blaise Aldo, qui a eu tort selon moi, d'accepter le rôle de kamikaze que lui avait assigné la direction parisienne de l'UMP), que les autres, et notamment celle du lamentable Eric Jalton, dont nul n'a oublié le comportement scandaleux pendant la « crise sociale » (comme ils disent!) de l'an dernier.


Je voudrais que Victorien Lurel comprenne bien ( à défaut de le dire trop fort, politique oblige) : Cette victoire est la sienne, plus que celle de la gauche en Guadeloupe.

Elle est la sienne, mais aussi, celle de tant et tant de Guadeloupéens de toutes tendances, et notamment de droite, qui ont, pour un temps (qui pourrait être très bref si on les décevait) mis de côté leurs préférences partisannes, et voté pour l'homme dont, en cet instant précis de l'histoire de notre île, il leur est apparu qu'après les débordements hystériques de l'an dernier, il était le plus apte à rétablir la confiance, en refusant toute évolution statutaire allant dans le sens des séparatistes Guadeloupéens ( qui ce jour, ont pu considérer leur véritable poids dans ce pays).

Soyons clairs! S'il doit y avoir à l'horizon 2014, une réforme des collectivités territoriales en France, M. Lurel!  nous ne voulons pas qu'elle ait lieu en Guadeloupe avant qu'elle ne se produise en métropole, parce que nous tenons au principe de l'identité  législative.

Nous voulons, nous vos électeurs de ce jour, de gauche de droite, du centre et de tous les horizons possibles, que soit rétablie la confiance en Guadeloupe. Et cela ne peut venir, entre autre, que de l'élimination de toute équivoque sur l'avenir intégralement français de notre pays.

Il ne faudrait pas que dans l'ivresse de votre présente victoire, vous perdiez de vue que l'humiliation (électorale) de M.Blaise Aldo ( qui est par ailleurs un homme de valeur) est due au fait qu'il a été contraint par une fausse conception de la discipline de parti à défendre une politique ambigüe qui est celle du gouvernement français depuis quelques années, et que nous avons sanctionnée à plusieurs reprises depuis 2003.

M.Aldo, n'a pas pu faire oublier les contorsions, et les pas de danses ridicules d'une vedette de la classe politique guadeloupéenne qui acheva de se décondidérer en février 2009, en dansant « kon on vié matado »au rythme des tambours du LKP dans les rues de Basse Terre.

Ce n'est pas pour son seul bilan, ni pour son seul programme que M.Lurel a été si magnifiquement réélu, mais aussi, pour une question qui n'était pas ouvertement posée, mais qui était présente à tous moment, et partout, en filigranne : le projet d'une évolution statutaire dont les Guadeloupéens ne veulent pas. Ils l'avaient dit, ils le redisent.

Je crois Victorien Lurel trop intelligent pour l'oublier.

Qu'il compte en tout cas sur nous, le cas échéant, pour rafraîchir sa mémoire.

Le cas échéant, nous ne serions pas seuls.

D'autres listes, sans grands moyens, sans puissante logistique électorale, et qui ont ont obtenus, quand on additionne leurs suffrages des résultats non négligeables s'étaient clairement positionnées contre ce changement statutaire.

Et notamment cette liste « pou Gwadloup an nou ay » et son leader emblématique Cédric Cornet.

Cette liste dont le Scrutateur a parlé à plusieurs reprises ces jours derniers obtient un résultat spectaculaire. Elle se place en quatrième ( ou cinquième) position sur les neuf listes engagées avec un pourcentage de voix de plus de 6%.

Sa caractéristique première est sa jeunesse ( 28 ans de moyenne d'âge). Et son leader Cédric Cornet ( 29 ans) était encore un inconnu il y a deux mois.

c2DRIC-cORNET.jpg Cédric Cornet.

Sans doute, cette jeunesse a-t-elle été le handicap qui l'a empêché de faire mieux, et, en même temps, l'atout qui l'a conduit à cette très belle entrée en matière sur le chantier de la politique.

M.Cornet et ses amis, doivent maintenant se mettre au travail et préparer la prochaine échéance. Après tout, dans six ans, ils n'auront jamais que 34 ans. Bien des choses leur seront possibles s'ils ont conservé leur idéal, et acquis l'expérience, et le minimum de « bouteille » qui sont requis pour les responsabilités importantes auxquelles ils aspirent légitimement.


Quoiqu'il en soit, voici une campagne électorale qui s'achève, moins mal qu'on aurait plus le craindre, et pour la plus grande satisfaction des Guadeloupéens qui vont pouvoir entendre à la radio, par la ville et par la campagne, et jusque tard dans la nuit, autre chose que le caquètement sur les défauts et vices supposés, des adversaires, en tout cas allégués, proférés à l'envi.

Cet aspect cancanier de la « démocratie », est si ancien qu'on a peine à penser qu'il ne lui est pas consubstantiel.

Pour l'instant c'est la pause.

Cela tombe bien puisque nous entrons dans la période de la montée vers Pâques.


Edouard Boulogne.


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gérard CHINETTI 15/03/2010 23:44




Aux dernières nouvelles, nous apprenons de source sûre que Victorin Lurel aurait proposé à Nicolas Sarkozy, dont il est intellectuellement proche, de citer Elie Domota à l'ordre de la Fonction
publique avec la citation suivante:

"Fonctionnaire incomparablement zélé, a su, en déclenchant, en Guadeloupe, une massive offensive de diversion sur les fausses solutions à de vrais problèmes mal posés, consolider pour longtemps les
privilèges matériels de la fonction publique outremer;"

"Corrélativement, en liaison tacite avec Victorin Lurel, a su mettre en valeur les timides protestations de celui-ci face au délire agressif dont il a su faire preuve pendant le premier trimestre
2009;"

"De la sorte, il a été le principal contributeur à la victoire définitivement historique remportée par Victorin Lurel sur ses ennemis en lui ouvrant ainsi un indéfini et radieux avenir politique
dans les sphères gouvernementales où qu'elles se situent"

Rendu ampliataire de cette proposition, Monsieur Eric Woerth, ministre de la Fonction publique, aurait décidé d'attribuer à tous les fonctionnaires membres des instances dirigeantes du LKP un
avancement exceptionnel de deux échelons.

Enfin Madame Martine Aubry, Premier secrétaire du Parti de Victorin Lurel qui, gourmande comme l'ont montré ses cadeaux à Georges Frêche, a fort apprécié la cerise guadeloupéenne sur le gâteau
métropolitain, aurait décidé de décerner, au lendemain du second tour des élections régionales, la médaille d'or du Parti socialiste à Monsieur Elie Domota et aurait proposé que soit émise une
pièce commémorative de UN euro aux effigies jumelées d'Elie Domota et de Victorin Lurel.

Pour copie certifiée conforme


Moimême 15/03/2010 12:33


Voilà, Les enseignements de ce scrutin sont clairs : ne pas confondre mouvement social et légitimité des urnes. C'est ça la démocratie et certains l'avaient visiblement oubliée.
Jalton et consors sont renvoyés à leurs chères études en espérant qu'ils auront compris le message même si, après les propos que ce dernier a tenu en fin de soirée électorale, on peut en douter.
Mais nous avons là le personnage dans toute sa splendeur.