Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Eric E.G. NOGARD

Chemin Nogard,

24, rue Osman Nadeau, Voie 3 Ravine-Vilaine, 97200 Fort-de-France, MARTINIQUE

Tél./Fax./Rép. : 0596798102    Port. : 0696856708   E-mail : eric.nogard@orange.fr

 

MARTINIQUE

PROVINCE

FRANÇAISE

                                                                                     Amie du Canada

Photo-Eric-EG-NOGARD-copie-1.jpg 

Fort-de-France, le 22 Août 2012

 

Pourquoi nous as-tu Abandonné.

 

====

 

Tellement les mentalités sont putrescentes, certains terrains sont difficiles à ameublir.

 

Difficiles à ameublir, disons-nous, tellement on prétend que le mot impossible n’est pas français.

 

Si impossible n’est pas français, qu’est-ce qui peut expliquer qu’au lieu d’évoluer dans le sens de l’ouverture au monde, nous sporulions chaque jour davantage dans la coque de plus en plus hermétique de notre mentalité ethnique.

 

Péi nou, Kilti nou, zaffè nou, Trempaj nou.

 

Sans même nous rendre compte de ce que nous prenons aux autres, de ce que nous devons aux autres, de ce que nous avons perdu.

 

 

Quelle personne intelligente se laisserait prendre à une telle putrescence mentale, à moins qu’au lieu de putrescence culturelle il s’agisse d’une pratique bien éprouvée par les voraces,  cracher dans la soupe pour que personne n’en veuille et on a tout pour soi.

 

N’est-ce pas astucieux, même si c’est répugnant.

 

Car en effet, c’est répugnant.

 

 

Arriver en Martinique, donc en France croit-on, et constater tant de crachat craché contre le vent à l’encontre de la France.

 

C’est à faire demi-tour sans avoir débouclé sa valise.

 

Pratiquement pas une enseigne qui soit française, qui soit intelligible, qui soit compréhensible, dans quel pays sommes-nous.

 

Bientôt plus un orchestre pas plus qu’une fanfare qui soit formé d’autre chose que de quatre tambours et chachas, cogne bouteilles et Ti-bois.

 

Est-ce pour ça qu’on envoie ses enfants à l’école, à l’université.

 

Même si le phénomène suscite quelque curiosité vu son caractère surprenant, combien de temps suscitera-t-il le moindre intérêt, autrement que pour ceux qu’auront pris la contagion.

 

 

Sans compter le vandalisme.

 

Un Monument National est Décapité, personne ne s’en émeut, surtout pas la presse.

 

-         Qui a rendu le verdict, personne.

 

-         Qui a tenu la Hache, personne.

 

-         Quel tribunal en a décidé, aucun.

 

-         Quelle autorité exige réparation, aucune.

 

-         Quelle honorable société pour intervenir, aucune.

 

N’est-ce pas vrai que ça s’appelle être dans un pays de droit.

 

 

Aussi, attendu que le savoir-vivre a ses exigences – et la prudence aussi – surtout quand on est sous le toit de son hôte :

 

-         Qui dira aux Martiniquais l’impression que lui fait la Martinique d’aujourd’hui.

 

-         Quel étudiant de valeur ne cherchera au plus tôt, à mettre à la voile pour d’autres horizons.

 

-         Que restera-t-il au pays qui vaille la peine.

 

 

Si c’est ça le Progrès Promis aux Martiniquais, si c’est ça l’Ambition de la Négritude en matière de Culture, si c’est ça la voie offerte par les mouvements autonomistes et indépendantistes pour une nouvelle dignité martiniquaise dans la prospérité, n’est-il pas temps pour nous de nous agenouiller et de dire, levant les mains au ciel pour cette Special Prayer :

 

« Dieu ! Pourquoi nous as-tu abandonné ».

 

 

En tout état de cause, « Martinique Province Française » ne voit qu’une solution à l’antagonisme multiforme et tenace si préjudiciable à la Martinique : la Partition du Territoire.

 

Chaque partie se disant ou se faisant Française à sa façon l’éventail des choix possibles pouvant aller de l’article 72 à l’article 74 + x de la Constitution.

 

Après tout, une moitié de la Martinique relevant déjà du gigantisme en comparaison de tant de Territoires plus que Lilliputiens mais tellement plus réalistes, comparés à nous : Saint-Barthélemy a bien opéré en ce sens et bien lui en a pris.

 

Après tout, Saint-Martin comprend bien une moitié Française et l’autre Hollandaise, tout comme l’île de Chypres qui se partage entre Grecs et Turcs.

 

La chose paraît absurde pourtant nous y croyons.

 

Et ainsi nous aurions en Martinique :

 

-         Une partie Franco-Africaine par-ci.

 

-         Une partie Franco-Américaine par-là.

 

 

-         Plus de haine de quelque sorte que ce soit nulle part.

 

Peut-être absurde mais tellement moins stupide.

 

Remarque : Nos chroniques expriment l’opinion de « Martinique Province Française », un Mouvement Français dont la consistance se confirme de jour en jour.

 

Pour « Martinique Province Française »,

 

Éric E.G. NOGARD

Chroniqueur Libre.

 

Note :

 

         Trempage :

 

Le Trempage est certainement une tradition des boulangers donc des faiseurs de pain qui, comme on le sait vient du travail du blé.

 

Il consiste en une manière de pizza dont la pâte n’est pas cuite, mais juste du pain trempé et expurgé manuellement de son eau.

 

Ce pain trempé, étalé et recouvert d’une sauce très épicée et toute chaude se mange avec les doigts.

 

En famille, chacun a sa part de trempage dans une assiette et la mange à la fourchette et au couteau.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article