Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Photoscopie : Electrification de Pointe-à-Pitre.

 

 

 

 En plus de la chronique "La voix des lecteurs" qui est réservée à nos lecteurs désireux de participer à l'élaboration du Scrutateur ( voir parmi les " catégories " en page d'accueil du Scrutateur ), en voici une autre que je baptise "Photoscopie". Elle consistera en la publication commentée plus ou moins brièvement, ( plutôt brièvement ) de photographies actuelles ou anciennes, de la Guadeloupe ou de la Martinique.

Le but de cette publication est à la fois de faire connaître nos îles, par l'image, en évitant autant que possible les clichés, les effets faciles. De les faire connaître touristiquement, certes, mais plus profondément dans leurs âmes. Tels monuments, tels paysages, telles attitudes, tels visages, telles fêtes, sociales ou familiales devront être révélateurs de notre être profond.

Nous tâcherons de ne pas oublier le respect dû aux personnes, et le droit à chacun sur son image ( éviter donc d'envoyer des photos de personnes vivantes qui n'auraient pas donné leur accord écrit pour cela). Le voyeurisme, l'exhibitionnisme, l'ironie malveillante seront donc rigoureusement exclus de notre galerie photoscopique.

E.Boulogne.

 

 

Place-du-general-E.Ruillier--vers-1940.Installation-de-l-.jpg

 

 

Cette vieille photo montre l'électrification de Pointe-à-Pitre. Ici nous sommes à l'intersection de la Place du général Ruillier, derrière l'église St-Pierre et Paul, et de la rue François Arago. On aperçoit à droite l'ancien couvent des religieuses de St Vincent de Paul, et son petit jardinet. De front : la façade de l'école des soeurs de St-Joseph de Cluny, dans les années 1930. Depuis, cette façade s'est prolongée, comme le verront ceux qui connaissent l'état actuel des lieux. Le vieux Sablier a disparu depuis le début des années 50. J'ai assisté, le coeur serré, à son massacre. Pour l'enfant que j'ai été, il était un symbole de durée, de stabilité, et je le saluais tous les matins très tôt, en allant acheter du pain à une boulangerie de la rue de Nozière, toute proche. La place arborée, et gazonnée a été remplacée par le bitume d'un parking.
Comme chanterait Charles Trenet " Que reste-t-il de tout cela....?"

EB.

 

http://www.youtube.com/watch?v=T_uvgm2_hRk

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CH.FFRENCH 02/02/2011 20:55



Ou bien comme chantait notre JHONY national dans les années 60 : "Souvenirs, souvenirs..."