Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

Plate-forme-petroliere.jpg

 

 

La découverte de pétrole au large du département français de la Guyane ouvre de nouvelles perspectives économiques extrêmement intéressantes. Notre collaborateur DOLTO, amorce une réflexion sur ce sujet. L'exploitation en mer de ces importantes réserves d'or noir ne sera possible que pour un pays important, tel que la France, disposant de techniciens de très haute valeur, d'une main d'œuvre hautement qualifiée, et de sociétés d'exploitation puissantes, telle que Total.

Il faut s'attendre dans le même temps à de nouvelles tentatives de destabilisation de l'outre mer français. Sortie de l'ensemble français, que serait une Guyane entre les mains des puissants lobbies internationaux? Une proie facile et dérisoire.

Il faudra rester vigilant à cet égard. Car lesdits lobbies trouveront sans peine des complices en outre mer même. Les uns par stupidité; les autres par intérêt : la fameuse « auri sacra fames », la détestable soif de l'or, qui inspire les sociétés depuis Néandertal ( au moins ! ). Il sera intéressant d'observer les réactions, par exemple de l'UGTG, et les variations de ses moyens financiers au cours des années qui viennent.

 

Le Scrutateur.

 

 

 

Pétrole en Guyane : Nous allons devoir réviser notre jugement sur L'outre - Mer !

Pour le Sunday Times , "les DOM ne produisent rien d’utile"

Alors que la Martinique et la Guyane ont dit "non" à plus d'autonomie, Rosie Millard, journaliste au Sunday Times, à Londres, a rédigé un texte sévère sur l’Outre-mer français, qu’elle qualifie de "fantaisie qui coûte cher".
La presse étrangère a profité du vote qui se déroulait en Martinique et en Guyane pour parler de la spécificité de l'Outre-mer français. C'est en ce sens qu'une certaine Rosie Millard, journaliste du Sunday Times très connue en Grande-Bretagne, a pondu un article pour le moins virulent à ce propos.

C'était le 3 janvier dernier, une semaine avant le scrutin. L'hebdomadaire Courrier international a rapidement publié une synthèse de cet article qui pointe du doigt la gestion de la France, prête à tout pour conserver "ses confettis d'empire".

D'un point de vue britannique, "les Français restent convaincus de leur importance planétaire. Et ils sont prêts à dépenser des millions d’euros pour la consolider", écrit Rosie Millard. Et pour affiner son opinion, juger par elle-même, la journaliste s'est rendue en Guyane, aux Antilles et à la Réunion.

"Les DOM ne produisent pratiquement rien d’utile"

EH BIEN NON ! , depuis ce matin 9 Aout 2011 cette assertion est fausse .

A tous les simplets désireux en FRANCE Métropolitaine de se débarasser
des DOM TOM et autres posséssions extra hexagonales,
à la moindre occasion, sans rien y connaitre ni savoir, comme à leur habitude, voilà qui leur donnera matière
à réflexion, tant notre indépendance énergétique
et autre dans les années à venir, va dépendre
du second domaine maritime mondial, celui de France d'outre - mer , constitué de toute cette poussière d' iles et
territoires, auxquels sont rattachés des eaux territoriales, soit quelques 11 000 000 de km2
si je ne m' abuse, à peine moins,
que celui américain ...

Guyane : du pétrole découvert en mer


Le forage entrepris en mars au large de la Guyane française a permis cette découverte historique.
Les fonds marins français recèlent de l'or noir. Les forages entrepris au large de la Guyane française en mars dernier le confirment. Du pétrole a été découvert en eau profonde , sous 2.000 mètres d'eau, et à environ 150 km au large des cotes, ont annoncé vendredi Total et Shell. Il s'agit de la première découverte de pétrole au large du département français.
Des résultats encourageants
Il est trop tôt à ce stade pour évaluer les réserves, mais que "les premiers résultats sont encourageants", a indiqué Shell, la "major" anglo-néerlandaise, qui détient la principale part du projet. "Nous sommes satisfaits des résultats préliminaires du premier forage exploratoire jamais entrepris au large de la Guyane française", ajoute le groupe pétrolier. Tullow, Total et Shell ont déjà identifiés six puits potentiels sur le champ Guyane Maritime, relève la Bank of America (BofA).
Selon des informations d'Europe1, des estimations parlent d'une réserve de 500 millions à 1 milliard de barils de pétrole. Soit deux à quatre fois plus que les réserves terrestres en Arabie Saoudite, dix à vingt fois plus que celles des États-Unis, mais un millième des réserves mondiales en pétrole.
La production française de pétrole, déjà infime, est tombée ces dernières années sous les 80.000 barils par jour, soit à peine 0,5% de la consommation hexagonale. Cette découverte constitue donc un véritable espoir économique pour la Guyane et offre de nouvelles ambitions énergétique à la France et à Total.


La richesse des côtes guyanaises


Les travaux de forage du puit, baptisé GM-ES-1, vont ainsi se poursuivre. Actuellement, le puit atteint une profondeur de 5.711 mètres sous le niveau de la mer, et devrait arriver jusqu'à 6.000 mètres. Un forage extrême qui alarme les écologistes. "Ce forage est considéré comme à fort risque mais à fort enjeu", reconnaît Total.
"On sait où l'on va mais cela prendra plusieurs mois. Il faut faire de nombreux tests car nous sommes dans de grandes profondeurs", a précisé un porte-parole de Total. Selon Angus McCoss, responsable de l'exploration chez Tullow Oil, qui affirme que "cette découverte marque le début d'une exploration importante et à fort potentiel sur le long terme dans la région".
Les côtes mexicaines et brésiliennes recèlent de pétrole. Les géologues pensent en effet que le sous-sol de la côte nord-est de l'Amérique du Sud est similaire à celui riche en hydrocarbures du Golfe de Guinée en Afrique, car les deux étaient reliées avant que les continents ne se forment et dérivent loin l'un de l'autre.

DOLTO
sources Europe 1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

manu 07/03/2012 19:17


Votre article est pour le moins erroné puisque le champs découvert meme s'il recele 1 milliard de baril, est bien loin des réserves de l'arabie saoudite qui sont évaluées à 267 milliards de
barils. La France consomme un peu moins de 2 millions de barils par jour soit environ 700 millions de barils par an. Le champs decouvert ne convrirait donc au mieux que quelques années de
consommation française...

Tartempion 10/09/2011 17:17



Dollar Akbar ! http://lexpansion.lexpress.fr/economie/le-g8-promet-de-verser-38-milliards-de-dollars-a-des-pays-arabes_262173.html



Oups 09/09/2011 21:08



Très bonnes remarques de Mr Houël.


Inutile de pousser des cocoricos, la France a du pétrole alors qu'elle n'a plus d'idées !



Claude Houël 09/09/2011 17:35



L'avis de l'UGTG et autres indépendentiste est, certes, interessante quoi que leur analyse soit prévisible.


La réflexion que nous devrions avoir est celle concernant l'attitude de notre gouvernement:La présence de pétrole au large de la Guyane est tout sauf un scoop.Il y a cinq ans mes amis guyanais le
savaient déjà car le résultat des recherches allait en ce sens!


Nos gouvernants comme les élus guyanais le savaient déjà quand la question de changement statutaire a été posée et le référendum, que l'on sait, organisé.


On peut donc se poser la question de l'intêret de la France dans cette affaire .Celui de la Guyane est plus évident,Il y a d'autres opérateurs étrangers qui peuvent s'occuper de l'extraction et
les compagnies françaises font leur chiffre d'affaires à l'étranger.


Voir,par exemple les canadiens qui exploitent le nickel en Nouvelle-Calédonie.


Quand on sait que la France ne sait pas protéger le sous sol guyanais contre l'orpaillage clandestin,principalement Brésilien, on peut se poser la question de sa capacité à protéger ses
ressources sous marines.