Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Imitation-de-Jesus-Christ.-.jpg ( Couverture de L'imitation... dans la petite édition de la collection Nelson, si sympathique et poétique, hélas disparue, dont je fis l'acquisition un mercredi 5 mai 1965, chez un petit bouquiniste des bords de Seine, aux pieds de la Place St-Michel, en un Paris qui n'avait pas tant changé depuis celui de Brasillach, dans Notre avant-guerre ).

 

 

 

 

J'ai passionément lu Paul Valéry il y a ....très longtemps.

Je le relis, non moins goulûment, depuis quelques mois.

Au hasard des pages je tombe sur un passage consacré à Corneille et à sa traduction, par celui-ci, de l'Imitation de Jésus-Christ, de Thomas a Kempis.

L'auteur de l'Imitation évoque, au chapître XXIV du Livre I de son chef d'oeuvre, les tourments des grands pécheurs relégués en Enfer.

Des luxurieux il écrit, dans la traduction "fidèle", et souvent belle, de Félicité de Lamennais : " Là, les voluptueux et les impudiques seront plongés dans une poix brulante et dans un souffre fétide; comme des chiens furieux, les envieux hurleront dans leur douleur".

Pas trop vilain, n'est-ce pas ?


Mais Corneille en poête propose :

 

" Ils verront, dévorés par de cruels tourments,

Les lieux les plus flattés de leurs chatouillements".

 

Là je dis : superlatif absolu !

 

On connaît l'adage italien fameux sur les traducteurs  : "traduttore, traditore" "toute traduction est trahison".

Mais qui, ici, est le plus proche de la pensée de l'auteur ( en latin ) de l'Imitation ? Le sage Lamennais? Ou le poète Corneille, très conscient de sa liberté de créateur?

Je vous laisse la liberté de répondre, Ô lecteur !


Mais pourquoi, en ce début de matinée ensoleillée du 05 septembre 2011, l'image de Domique Strauss-Kahn, maintenant réfugié en son modeste F 15 de Sarcelles ( oh pardon ! de la Place des Vosges ) se superpose-t-elle en mon esprit hagard à celle du beau texte cornéliano-christique?

Manque de charité peut-être ?

Est-ce me racheter que de lui dédier ces quelques lignes ?

Selon le modèle de l'auteur de l'Imitation, rien n'est jamais perdu pour le sujet d'un repentir sincère.

Le désespoir fut le péché mortel de Judas. Et l'adage est bien vrai : " Errare humanum est. Persevare diabolicum"!

Allons, Dominique : Sursum corda"!

 

Edouard Boulogne

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CH.FFRENCH 06/09/2011 15:09



C'est ce que disent les médias...


Mais allez savoir si c'est vrai!



CH.FFRENCH 05/09/2011 23:45



Hélas! Dominique est arrivé avec son Anne, en cette belle terre de France!


Ils sont rentrés, il est vrai en catimini... Et pour le moment! Motus et bouche cousue. Pour combien de temps , C'est là que le bât blesse. Ils auront pourtant tant à dire sur ces vilains
Américains, qui juste pour un jeu ont jetés Dominique en prison!


Ce n'est vraiment pas juste!


Mais les copains PS, n'ont rien dit non plus. Ce retour doit les chiffonner dans les entournures...



Edouard Boulogne 06/09/2011 00:08



En catimini? Vraiment? !!!