Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

Pauvre, pauvre Haïti!

residence-presidentielle_galleryphoto_paysage_std.jpg

 

Ainsi Haïti, deux siècles après la catastrophe politique qui lui valut de devenir la première République noire, selon la phraséologie consacrée, ( et sans cette « indépendance » elle serait aujourd'hui une splendide province française de trois ou quatre départements, avec des problèmes de pays développé ), après deux siècles d'aventures politiciennes, et durant les cinquante dernières années, trois dictatures parmi les plus sanguinaires qui soient, après, l'an dernier, une catastrophe sismique effroyable, bientôt suivie d'une épidémie, non enrayée, de choléra, se voit, dérision suprême, en but aux ambitions toujours effervescentes de ses anciens exploiteurs. Le jeune Duvalier ( bébé doc ), débarque dans l'île, à l'improviste, soucieux , sans doute, de faire don de sa personne à l'île martyre, pour atténuer son malheur. Et il est bruit de la présence, dans une île voisine, les Bahamas, du criminel Aristide, trafiquant de drogue notoire, et prédateur inassouvi.

Duvalier aurait été arrêté aujourd'hui, et devrait être jugé pour ses crimes, selon certaines « autorités » haïtiennes.

Drôles d'autorités d'ailleurs, puisque l'un des drames de ce pays est 'absence d'Etat, au point qu'une part importante des moyens dégagés, depuis janvier 2010 par les pays émus de tant de malheurs, est inemployée faute de structures locales fiables, selon les représentants sur place des ONG condamnés à piétiner, et à contempler le chaos, où meurent en quantité, des milliers de pauvres gens.

Que faire? Oui que faire pour débloquer cette situation tragique?

Hier soir, sur RFO, autour d'un journaliste de RFO ( ancien de Radio tambour ), plusieurs « intellectuels » haïtiens qui déploient leurs activités en « pays colonial » ( c'est-à-dire vous l'avez deviné, en Guadeloupe ) pour reprendre le vocabulaire de leurs hôtes de la station du morne Bernard, n'ont rien fait d'autre que de pérorer avec volubilité autour des crimes de bébé Doc. Comme si bébé

Doc avait la moindre importance, autre que celle que lui accordent les bavards stériles.

Oui, que; faire?

Beaucoup le savent, parmi ceux qui réfléchissent un peu. Mais ils ne le diront pas.

En Haïti deux catégories d'habitants cohabitent. Une immense majorité de misérables, qui soufrent, et notamment, principalement, d'une immaturité politique effroyable qui ne saurait être évacuée d'un coup de baguette magique. Et, d'autre part une infime minorité de prédateurs, qui leur pompent le sang, par tous les moyens, la force militaire, et la superstition vaudouiste. Les Duvalier, Aristide, et autres Cédras n'en sont que la partie visible, non la plus représentative.

La solution serait de faire d'Haïti pour cinquante ans, au moins, le protectorat d'une grande puissance, qui reconstruirait ce pays, tracerait des routes, des ponts, des hôpitaux, des écoles, des infrastructures administratives et économiques dignes d'un pays moderne, qui poseraient, enfin, les bases d'un Etat véritable.

Mais quelle pourrait être cette puissance? La France n'a pas pour l'instant les moyens financiers d'assumer une telle charge, ni, surtout, la volonté. Les USA? Mais les Etats-Unis d'Amérique sont-ils capables d'assumer de telles responsabilités de façon désintéressée. Car Il n' y a pas de pétrole en Haïti.

Et puis la communauté internationale se dresserait comme un seul homme contre une politique de "néo colonisation", si contraire à l'idéologie de notre époque.

Alors? Haïti, pauvre Haïti!

 Il y a peu de chance de voir prendre une initiative qui pourrait, au moins, commencer à atténuer ses souffrances.
Périssent les hommes, n'est-ce pas, plutôt que le principe.

Les Duvalier, Cédras, Aristide conservent donc toutes leurs chances.

Hélas!

 

Marc Decap.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Disident 19/01/2011 15:40



15 mai 2009 : Interview du pasteur Gregory Toussaint par le Nouvelliste.


Haïti: Jezabel est-elle le mal du pays?

"Mais combien de personnes ont été envoûtées par certains agents du Vodou ? Combien d'hommes et de
femmes ont été zombifiés toujours a travers certains rituels du Vodou. Tandis que nous pensons à l'économie, des milliers d'âmes sont mystérieusement décimées chaque année sans que personne ne
dise un mot".C'est vrai. Mais ce qui pose problème c'est le pourquoi de cette croisade contre un principe féminin qui est la concrétisation matérielle de l'homme et de son histoire. Le pasteur
Grégory Toussaint s'en défend avec intelligence. Il mène une croisade du 14 au 17 mai 2009. Le débat n'est pas clos avec cette entrevu


( …) Quand on regarde les caractéristiques de Jezabel, cette dernière tombe dans la
catégorie des démons. C'est la raison théologique de ma démarche.

Il y a aussi des raisons patriotiques. Cet esprit est, en quelque sorte, responsable des maux de notre pays. Nous savons que Roger Dorsainville rapporte la cérémonie du Bois-Caiman survenue dans
la nuit du 14 au 15 août 1791. Il nous rappelle que c'est un hougan nommé Boukman et une prêtresse appelée Cécile Fatima qui présidaient cette cérémonie. Un auteur américain dans son livre
intitulé « Notre Dame de la Lutte des classes » nous dit que Cécile Fatima était possédée par Erzulie Dantor au moment de la cérémonie. Elle avait pris un cochon noir qu'elle égorgait par la
suite. Puis, elle avait laissé le sang de la bête tomber dans un récipient. Elle en donna à boire aux assistants qui seraient les pionniers de la Nation.

Dans le monde oriental, c'est ce qu'on appelle un « pacte de sang. » Ce pacte a une valeur éternelle. La Bible nous dira : « La vie est dans le sang ». Un pacte de sang est fait pour la vie.

Quand quelqu'un est possédé par un esprit, c'est généralement l'esprit qui le chevauche, qui parle à travers lui. Ce qui veut dire, au moment où Cécile Fatima donna du sang à boire aux ancêtres,
ce ne fut pas avec elle que l'alliance a été conclue. Mais avec l'esprit qui la chevauchait, c'est-à-dire Erzulie Dantor.

Donc, cette nuit-là, la Nation entière, par le truchement des ancêtres, avait conclu un pacte éternel avec Erzulie. Si Jezabel ou Erzulie Dantor est un démon, et si
Haïti avait conclu un pacte avec elle, cela veut dire que notre pays, à l'aube de son histoire, avait fait une alliance avec un démon. Cela explique, en quelque sorte, le mal fondamental
de notre pays. (…)


http://www.lenouvelliste.com/articleforprint.php?PubID=1&ArticleID=70156


 



Adrien Lempereur 19/01/2011 12:30



Et dire qu'il est interdit de formuler l'hypothèse que ce fut pour la Guadeloupe et pour la Martinique une chance de ne pas devenir les 2° et la 3° républiques noires du nouveau monde (c'est
ainsi que se définit Haïti : la ^première république noire du nouveau monde). De tels propos conduiraient immédiatement leur auteur devant les tribunaux et lui vaudraient les foudres de tous les
droits-de-l'hommistes (et faux-jetons notoires) de la planète. Continuons donc à maudire la France qui est la responsable de tous les malheurs d'Haïti... et des nôtres. Heureusement qu'on ne sait
rien du sort des martiens, sinon ce serait encore la France, le système kolonyal, l'arrogance européenne, l'obscurantisme de la religion catholique, l'obscurantisme médiéval, l'absence de kultur
de ceux qu'on a considéré à tort comme de grands esprits en Europe, etc. etc. etc. qui en seraient les fauteurs. Vive Cuba libre, vive le LKP, et vive le progrès dont les forces revendicatrices
des pèps gwradloupéens et mahawrtinquais sont les porteurs glorieux ! Car, ne l'oublions pas : nos chers zindépendantisses ont pour projet d'haïtiser nos départements français (il est, du reste,
assez insolite que François Duvalier (Papa Doc) fût d'origine martiniquaise - hé oui ! son père était natif de Sainte-Marie -, et que ce dernier eût deux supports majeurs dans sa conquête d'un
pourvoir dont l'exercice fut sanglant : le vaudou et... la négritude. Le vaudou, ce "bon médecin des pauvres" (ce qu'il avait effectivement été lorsqu'il exerçait la médecine) en était un
spécialiste. Pour ce qui est de la négritude, il en était, avec certains cercles intellectuels français de son époque, l'un des plus ardents promoteurs : selon les spécialistes d'Haïti, cela se
traduisit, lors de son arrivée au pouvoir, par une sévère épuration ethnique dans les cercles dirigeants haïtiens d'alors.



Dissident 19/01/2011 12:23



[…]


On
s'interroge souvent sur les causes qui pourraient être à la base de la misère chronique du peuple haïtien. Il y en a qui se demandent, perplexes, si le créateur a oublié ce petit coin de sa
création. On constate qu’aujourd’hui Haïti est devenue pour l’Hémisphère Occidentale ce qu'une plaie nauséabonde représenterait pour un corps humain. La grande question que tout le monde se pose
est la suivante: pourquoi ne sommes nous pas parvenus à trouver la route de la paix sociale et du développement économique après près de deux cents ans d'histoire? Plusieurs explications sont
offertes. Quelles qu'elles puissent être, elles doivent être considérées comme des branches qui doivent leur existence à une seule racine pivotante.


En d’autres
termes, il faut retourner aux conditions dans lesquelles cette première république noire du monde avait pris naissance afin de comprendre son histoire tumultueuse, confuse, et
misérable.


 En
effet, pour se libérer des liens infernaux de l'esclavage et proclamer leur indépendance, les esclaves de St‑Domingue avaient dû faire appel à des forces surnaturelles. C'est un fait indéniable
que pour lancer la révolte, les dirigeants indigènes ont tenu une cérémonie vaudouesque au Bois‑Caïman où des forces surnaturelles ont été invoquées. Or, il est un fait notoire que l'univers est
sous l'influence de deux forces: celle du bien sous le contrôle du Dieu créateur, et celle du mal sous le contrôle de l'archennemi de Dieu, Satan. Les deux forces sont réelles. Si l'on admet que
dans la nuit du 14 août 1791 les esclaves avaient fait appel à des forces surnaturelles, on doit aussi admettre qu'ils ne s'adressaient pas à Dieu, la force du Bien. De toute manière, les esprits
qu'ils avaient invoqués n'étaient pas restés indifférents. Car, immédiatement après la cérémonie, nos ancêtres ont lancé une offensive contre les colons esclavagistes, qui a conduit à la cuisante
défaite de la puissante armée de Napoléon.


Les
dirigeants indigènes étaient conscients de l'apport des forces surnaturelles dans la lutte pour l'indépendance. C'est ce qui explique d’ailleurs, que de 1804 à nos jours, nos dirigeants n'ont
jamais cessé de leur témoigner leur gratitude. Ces esprits ont reçu le titre officiel de "dieux tutélaires" de la nation haïtienne.


Si les
esprits qui avaient présidé à la cérémonie du Bois‑Caïman sont les dieux tutélaires d'Haïti, est‑il étonnant que notre histoire soit ce qu'elle est durant les deux derniers siècles? Point du
tout. L'arbre doit produire le fruit qui lui est propre. Car, pourquoi sommes-nous enfermés dans un sous développement si primitif occasionnant une misère insoutenable pour le peuple haïtien? Les
analystes peuvent avancer ce qu'ils veulent. Mais toutes les raisons qu'on aura trouvées pour expliquer les souffrances d'Haïti se résumeront en une seule: la méchanceté dans le coeur des
dirigeants qui se sont succédés au pouvoir chez nous depuis 1804, la méchanceté étant définie comme "l'absence de l'amour pour autrui".


[…]


Par le pasteur Robert Ulysse


http://visionglobale.org/publications_R_Ulysse_1.htm


 



Dissident 19/01/2011 11:50



Les malheurs d'Haiti viennent du Vaudou qui n'est rien d'autre que du satanisme.