Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Therese-d-Avila.jpg( Sainte Thérèse d'Avila, en extase mystique, par Le Bernin. Fragment ). 

 

Chers amis,

Avez-vous fait, comme moi, ce rêve d'une humanité réconciliée, unie, ardente, fraternelle?

Ce n'est pas à la portée de tous, je le dis, sans stupide fausse humilité. Il y faut de la fraîcheur d'âme, quelque chose de l'esprit d'enfance, de cet enfant dont il est question dans l'Evangile ( message trop oublié ), et qui nous est proposé en modèle.

Mais il ne faut pas se cabrer devant le principe de réalité, car le prince de ce monde, se rappelle à nous, et en nous-mêmes, aussi, et même, sur le Golgotha, au seul Envoyé. « Mon royaume n'est pas de ce monde », « Elie, Elie! lama sabachtani »!

Il y a, hélas! au coeur des choses, un principe de division, de décomposition. Et nous ne saurions l'oublier, et de le combattre, même si nous devons être traités de jeunes ou vieux fous (ou folles ), faute de quoi nous nous immergerions dans le marécage moite de la médiocrité.

Ne pas oublier, en nous, les chemins de la Source. Je me souviens, il y a plus d'un demi siècle avoir acheté le beau livre de Lanza del Vasto, au vu de son seul titre : Le pèlerinage aux sources.

Et il en est pour les civilisations comme pour les personnes individuelles.

Notre civilisation occidentale est ainsi menacée d'un péril qui pourrait être mortel.

Individuellement, chacun de nous, même les meilleurs, et les plus remarquables, ont commis dans leur vie, des actes regrettables, parfois méprisables.

Ils ne se sont relevés que par le repentir, ( pas cette mode redoutable de la repentance que nous insufflent ceux qui ne nous veulent aucun bien ) et dans la problématique d'une théologie ou d'une philosophie de la miséricorde qui ne vient jamais de la société, ou d'une idéologie politique.

«  Va, et ne pèche plus » dit l'Evangile.

Ce n'est pas le « ce qui est fait ne peut être défait » du personnage de Shakespeare. Ou alors on se tue comme lady Macbeth, ou l'on se pétrifie dans l'univers lugubre et stérile de la femme de Lot.

C'est le «  va! et répare ta faute » « va! désormais comme neuf », comme Benassis, Le médecin de village, de Balzac.

Idem! Pour notre civilisation. Dans son long parcours, elle s'est parfois, souvent même, mal conduite. Mais pourquoi oublier sa grandeur, sa hauteur, ses vertus, son génie?

J'imagine que le prêtre, au pénitent qui lui vient confesser ses misères et ses fautes, que le psychologue qui reçoit le client, malade et déprimé, ne vont pas les traiter en coupables et en irrécupérables. Ou alors...!

J'en reviens à mon propos du début. S'il faut sans doute renoncer au rêve terrestre de la perfection, il ne faut pas oublier l'idéal, l'aspiration, le devoir être.

Dans sa pleine maturité Beethoven lut l'Ode à la joie du poète Schiller.

Il décida d'en bâtir l'homologue musical. Ce fut l'objectif de la neuvième symphonie. Et dans celle-ci, le final du quatrième mouvement. 

Est-il excessif de dire qu'il s'agit d'un joyau, musical, et civilisationnel? 

C'est un lecteur guadeloupéen, résidant en métropole, qui m'a inspiré l'article de ce soir ( 25/09/2012 ), en m'envoyant le premier lien.

Heureuse Europe occidentale, si menacée qu'elle soit, de pouvoir encore, au hasard d'une promenade vespérale, offrir, au amoureux, jeunes ou moins jeunes, aux curieux, aux rêveurs, aux flaneurs, aux tristes, le spectacle et l'harmonie joyeuse, juvénile de concertants exultant de joie.

J'ai voulu compléter cette « improvisation » par une interprétation de la même oeuvre de Beethoven, en une partie de son final, aux chorégies d'Orange ( 2005 ), avec l'Orchestre National de France sous la direction du grand chef d'orchestre Kurt Mazür. Une interprétation plus classique, extrêmement rigoureuse, mise au service du génie d'un homme et d'une civilisation en ce qu'elle a de plus achevé, même si, sur le podium se bouscule une pléïade de pairs ( ô mânes de Mozart, JS.Bach, Marc-Antoine Charpentier, François Couperin......). 

E.Boulogne.

 

D'abord le texte en allemand, avec sa traduction, du poème de Schiller :l'Ode à la joie. .

 

Mes amis, cessons nos plaintes !
Qu'un cri joyeux élève aux cieux nos chants
de fêtes et nos accords pieux !
Joie !
 
Freude, schöner Götterfunken
Tochter aus Elysium,
Wir betreten feuertrunken,
Himmlische, dein Heiligtum!
Deine Zauber binden wieder
Was die Mode streng geteilt;
Alle Menschen werden Brüder,4
Wo dein sanfter Flügel weilt.
Joie ! Belle étincelle des dieux
Fille de l'Élysée,
Nous entrons l'âme enivrée
Dans ton temple glorieux.
Tes charmes lient à nouveau
Ce que la mode en vain détruit ;
Tous les hommes deviennent frères
Là où tes douces ailes reposent.
Wem der große Wurf gelungen,
Eines Freundes Freund zu sein;
Wer ein holdes Weib errungen,
Mische seinen Jubel ein!
Ja, wer auch nur eine Seele
Sein nennt auf dem Erdenrund!
Und wer's nie gekonnt, der stehle
Weinend sich aus diesem Bund!
Que celui qui a le bonheur
D'être l'ami d'un ami ;
Que celui qui a conquis une douce femme,
Partage son allégresse !
Oui, et aussi celui qui n'a qu'une âme
À nommer sienne sur la terre !
Et que celui qui n'a jamais connu cela s'éloigne
En pleurant de notre cercle !
Freude trinken alle Wesen
An den Brüsten der Natur;
Alle Guten, alle Bösen
Folgen ihrer Rosenspur.
Küsse gab sie uns und Reben,
Einen Freund, geprüft im Tod;
Wollust ward dem Wurm gegeben,
und der Cherub steht vor Gott.
Tous les êtres boivent la joie
Aux seins de la nature,
Tous les bons, tous les méchants,
Suivent ses traces de rose.
Elle nous donne les baisers et la vigne,
L'ami, fidèle dans la mort,
La volupté est donnée au ver,
Et le chérubin est devant Dieu.
Froh, wie seine Sonnen fliegen
Durch des Himmels prächt'gen Plan,
Laufet, Brüder, eure Bahn,
Freudig, wie ein Held zum Siegen.
Heureux, alors que Ses soleils volent
Sur le glorieux système céleste,
Courez, frères, sur votre voie,
Joyeux, comme un héros vers la victoire.
Seid umschlungen, Millionen!
Diesen Kuß der ganzen Welt!
Brüder, über'm Sternenzelt
Muß ein lieber Vater wohnen.
Ihr stürzt nieder, Millionen?
Ahnest du den Schöpfer, Welt?
Such' ihn über'm Sternenzelt!
Über Sternen muß er wohnen.
Qu'ils s'enlacent, tous les êtres !
Ce baiser au monde entier !
Frères, au plus haut des cieux
Doit habiter un père aimé.
Tous les êtres se prosternent ?
Pressens-tu le créateur, Monde ?
Cherche-le au-dessus des cieux d'étoiles !
Au-dessus des étoiles il doit habiter.
Freude, schöner Götterfunken
Tochter aus Elysium,
Seid umschlungen, Millionen!
Diesen Kuß der ganzen Welt!
Joie ! Belle étincelle des dieux
Fille de l'Élysée,
Soyez unis êtres par millions !
Qu'un seul baiser enlace l'univers !

 

( I ) Beethoven , le grand Ludwig Van... Juste au coin d'une rue. Quelle chance, unique.

 

http://www.youtube.com/watch_popup?v=GBaHPND2QJg&feature=youtu.be

 

 

( II ) Finale de la Neuvième Symphonie de Ludwig Van Beethoven ( Hymne à la joie ). Orchestre National de France. Sous la direction du grand Kurt Masür.

 

 

Si ces interprétations vous ont plû, vous pourrez encore, à la fin de celle de K. Mazür, quand le panel de Youtube apparaîtra, cliquer sur l'interprétation donnée de l'hymne à la joie, par des Japonais. Le choeur esr composé de 10000 ( dix mille ) personnes, sous la direction d'un chef exalté. Interprétation étonnante, au sens classique de l'adjectif ( c'est dire stupéfiante ). Un véritable orgasme musical. 

http://www.youtube.com/watch?v=BNiHPVNsosI&feature=relmfu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CH.FFRENCH 26/09/2012 19:42


Cet article est magnifique!


Et la tête de Sainte Thérèse est une splendeur comme savait le faire Michel Ange.


Et Beethoven est mon musicien préféré, pour moi c'est le : Divin Beesthoven!


Heureusement nous avons André et moi réussi à donner le goût du beau à nos enfants... Alors tant mieux, et avec les parents nous essayons d'inculquer cela à nos petits enfants... Là! C'est un peu
plus ardu... Enfin Espérons que nous y arriverons!

Carène 26/09/2012 15:29


Les poils au garde à vous !!! ;)


L'art a cela de magique qu'il peut unir les coeurs l'espace d'un instant... c'est d'autant plus flagrant sur la vidéo de cet orchestre dans la rue... Les passants qui s'arretent timidement dans
un premier temps pour les voir ensuite s'égosiller en choeur avec joie. Pas de doute, "l'Ode a la joie" a fait son oeuvre...

Michel Vassilieff 26/09/2012 04:17


Votre texte est excellent texte, Monsieur Boulogne. Vous avez parfaitement décrit ce qu'est notre civilisation occidentale. Merci!