Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Non Matinik Pa Lé 74 - Cé Non !




( C'est la voix du peuple. c'est NON! Cliquez sur le lien ) ..



http://evolutionmartinique.unblog.fr/2009/12/06/les-artistes-font-entendre-leur-voix-pour-la-consultation-du-10-janvier-2010/ 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Dissident 08/12/2009 22:31


@ M Dupont

Ce ne sont pas des parasites mais des parasitoides, la difference entre les deux c'est que le parasite ne tue pas toujours son hote, tandis que le parasitoide le tue assuremment à l'eclosion de ses
oeufs qu'il pond dans son hote. C'est leur inconscience qui les a fait passer de l'état de parasite à celui de parasitoide, leur inconscience et leur stupidité.


Curtis 08/12/2009 16:53


http://evolutionmartinique.unblog.fr/2009/12/07/les-artistes-font-entendre-leur-voix-pour-la-consultation-du-10-janvier-2010/


J-Claude Dupont 08/12/2009 04:25


Bonjour Monsieur BOULOGNE.

J'aimerais que vous publiez cette modeste contribution d'un vieux "zoreil" attaché à la Martinique, qui voit avec tristesse ses "leaders" s'enfoncer dans une quête de pouvoir insensée pour les uns
(les Présidents des deux Assemblées) et dans la sottise la plus affligeante pour les autres (les Maires).
 
Depuis quelques temps, nous n'entendons parler que de "responsabilité" et de "compétences" des élus par ... eux-mêmes.
Ils s'en gargarisent même à longueur de journée, croyant qu'ainsi ils nous convaincront de les suivre dans leur fameux 
"rendez-vous avec l'histoire" que constitue leur dérisoire article 74.
Mais il ne suffit pas de prétendre pour être. Et la réalité montre au contraire le vide sidéral de responsabilité et de compétences véritables de ces gens, égarés du verbiage
juridico-institutionnel et ignorants profonds de l'économie réelle et des préoccupations concrètes des citoyens.

Commençons par les Présidents des deux Assemblées :
---------------------------------------------------------------------------------
Les syndicalistes avaient déjà mis l'économie Martiniquaise à genoux en l'asphyxiant avec une rare stupidité pendant des semaines. Mais comme cela ne suffisait pas, pour créer encore davantage de
chômeurs, voilà nos deux plus hauts "responsables politiques" à l' oeuvre. Avec cynisme, ils en "remettent une couche" en décidant de créer l' INCERTITUDE STATUTAIRE.
Leur responsabilité directe dans la crise sociale de février, passée inaperçue d'un grand public ignare et aisément manipulé par quelques leurres racistes bien commodes (ah, ces "békés": s'ils
n'existaient pas, il faudrait les inventer !) était pourtant déjà monumentale. Cela crève les yeux : ce qui explose le budget des ménages à la Martinique, c'est tout simplement le cout exorbitant
des déplacements en voiture (mais comment faire autrement en l'absence de tout transport public?). Or, qui est à blâmer de cette inexistence de tout transport public dans une île où co-existent
deux administrations locales du territoire : un Département ET une Région?. Eux, pardi. Et eux seuls. Ils avaient tout en mains, et depuis des lustres !. Et qu'ils ne nous racontent pas qu'ils ont
été empêché d'agir par notre statut : DANS LE MEME TEMPS, AVEC LA MEME SUPERPOSITION DEPARTEMENT/REGION, LA REUNION A PARFAITEMENT ORGANISE SON TRANSPORT PUBLIC.
Plutôt que de tirer les leçons de la crise du pouvoir d'achat des ménages, plutôt que de se poser les bonnes questions, ils choisissent la fuite en avant et le mensonge. En avant pour l'autonomie
!. Dominés par l' attraît du pouvoir (ah, le goût exquis des "rendez-vous avec l'histoire"!), ils sont prêts à sacrifier le bien-être des populations à leur ambition personnelle. Pire, leur
irresponsabilité va jusqu'à nier un quelconque sacrifice du bien-être de leurs concitoyens, pourtant évident. Ils vont jusqu'à prétendre que nous continuerons à avoir LE MEME ACCES à
l'argent des autres (les transferts de France et d'Europe qui permettent à notre petite île pauvre de vivre au rythme des nations développées) lorsque, avec leur "74", nous serons sortis du
droit commun. 
C'est absurde. N'importe quel citoyen de base comprend que faire de nous des Français "entièrement à part" ne peut aller 
dans le sens d'une légitimité quelconque pour continuer à profiter de l'argent des autres. Si nous avons le "74", c'est une
certitude, nos ressources diminueront considérablement et notre pouvoir d'achat avec. Et il est hautement irresponsable
de ne pas en informer les gens afin qu'ils CONNAISSENT LA VOIE DANS LAQUELLE ILS S'ENGAGENT. Car que feront nos grands responsables, Présidents et Vice-Président de la Communauté
Martinique lorsqu'ils seront confrontés à des revendications de pouvoir d'achat d'une ampleur bien plus considérable encore
que celles de février/mars 2009 ?. Que feront-ils quand ils devront rendre des comptes aux innombrables déçus de cette aventure ?. Gageons qu'ils seront alors, fortune faite, déjà confortablement
installés ... dans le "75". 

Continuons par les Maires :
---------------------------------------
Les Maires de la Martinique, principaux responsables du blocage du pays en février/mars pour avoir fermé les Mairies au lendemain du 5 février (les employés municipaux ultra-syndiqués ont
formé le gros des bataillons bloquant toutes les zones d'activité et plus généralement l'activité économique), pleurent aujourd'hui parce qu'ils n'ont plus de trésorerie. 
Pas un pour faire une auto-critique. Alors que n'importe quel citoyen de base fait immédiatement le rapprochement entre ces deux faits : l'un (plus d'argent) étant évidemment la conséquence
directe de l'autre (interruption du travail).
En effet, faut-il le rappeller, une Mairie, pas plus qu'un Préfecture, un Conseil Général ou un Conseil Régional ou toute autre administration  NE PRODUIT PAS DE RICHESSES mais vit de
ponctions opérées sur l'économie réelle.
Si l'économie réelle plonge, ses parasites (au sens où ils ne peuvent pas vivre sans) plongeront aussi. C'est ainsi.
Mais le symbole de l'irresponsabilité des Maires restera ce député-maire qui voulait faire voter le "74" jusqu'à ce que, secoué par ses militants, il avoue piteusement que c'était seulement
pour ne pas déplaire à Mr. MARIE-JEANNE qui l'avait obligé à voter à main levée !. Et d'appeler aussitôt, désormais, à voter CONTRE LE "74" !. On mesure là le degré de conviction de nos Maires
et leur vision de l'avenir pour nous et pour nos enfants ...