Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

rioufol2.jpg ( Ivan Rioufol ). 

A quelques détails près ( par exemple nous ne nous serions pas référés à cette vieille lavette d'Alain Duhamel ), cette analyse aurait pu être rédigée par Le Scrutateur. Laissons donc parler Ivan Rioufol. LS.

 

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2012/01/il-ne-sert-a-rien.html?

 

Il ne sert à rien de tirer à vue sur les agences de notation, les sondages ou Marine Le Pen : ils ne sont que l'expression de la gravité d'une crise systémique qui annonce la fin d'un monde. Le tsunami des réalités, annoncé ici même, ne fait que commencer avec la dégradation du triple A français par Standard and Poor's, alors même que l'Allemagne conserve sa note d'excellence, tout comme l'Angleterre dont la France moquait la mauvaise santé en décembre dernier. Inutile de tourner autour du pot: il s'agit bien de la sanction d'une politique de désendettement jugée insuffisante. Puisse Nicolas Sarkozy en finir avec ses fanfaronnades, épinglées à juste titre par Alain Duhamel (1), qui lui portent tant préjudice et gâchent ses incontestables talents. Il ne fallait pas être expert en économie pour noter la légèreté des réponses apportées par la France, en regard de la gravité admise de la crise et d'une possible faillite, ce mot prononcé par François Fillon. Reste que Le PS est bien mal inspiré de se féliciter de ce camouflet : il sanctionne plus généralement quarante ans de social-démocratie dispendieuse et de redistributions à crédits. François Hollande n'a plus aucune carte en main, sinon la logique d'une alternance qui accélèrerait le naufrage d'une France épuisée.

Standard ans Poor's et les sondages, qui mettent tous deux du vent dans les voiles des "anti-système", disent d'abord aux dirigeants qu'il leur est urgentissime de redescendre sur terre et de cesser de se payer de mots. C'est ce qui s'écrit ici depuis des semaines. Cela signifie qu'il faut répondre par des actes lisibles et efficaces au surendettement du pays, mais aussi à la crise de la cohésion sociale qui est la prochaine secousse tellurique à attendre. Les incantations ont fait leur temps, y compris celles qui assurent de la solidité d'une zone euro : elle est en train de se briser en morceaux sous nos yeux, laissant à l'Allemagne (mais pour combien de temps ?) la charge de maintenir une harmonie qui se décrète pas. Les politiques doivent admettre avec humilité qu'ils se sont beaucoup trompés sur presque tout depuis des décennies. Il leur sera alors beaucoup pardonné, car les Français savent bien, dans le fond, que ce n'est pas le FN qui sera leur sauveur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

castetsjj 19/01/2012 07:33


Bonjour Mr Boulogne,


Si l'on arrive en courant du passé pour se projeter dans un avenir proche, il faudra bientôt parler du Grand Pardon que les générations à venir devront instaurer
pour survivre !


Du haut de mon petit microcoscope, si la mise au point est bonne, il va falloir ré ouvrir le grand bain de l'humilité et de la honte bue ou restant à boire, car à
lire tous les commentaires sur la Crise, le mal vient de très très loin, et nous en sommes tous co-auteurs, coupables, responsables, acteurs bernés ou béotiens trompés ; tout comme a été
certainement le ressenti du peuple russe après 72 ans de Dictature Communiste, nous commençons à mesurer la hauteur de l'abîme qui nous sépare de la rive opposée, supposée plus verte avec une
bonne overdose d'optimisme !


Notre système, peaufiné au fur et à mesure des hoquets de l'Histoire, semble cumulativement et dorénavant perverti ... A qui la faute ?


-Nos Hommes Politiques bien entendu, élus à des majorités de plus en plus faibles au regard de la montée des abstentionnistes depuis 1958, qui espèrent de la
cohésion en créant la division et qui ne récoltent que mépris et parfois haine viscérale ; qui profitent de prébendes, de rentes de situation, mais surtout de la naïveté de la lassitude des
citoyens et de la montée de l'individualisme. Déguisés en éternels marchands de chansons, ou en magicien au gré des scrutins ; ils ronronnent, de Parlement
assoupi en réunionnite , empilant des textes de lois et des règlements aussi pesants qu'obsolètes, répondant davantage aux slogans des grévistes qu'à la raison d'une réflexion pour le bien commun
général et durable.


-Nos Economistes, nos experts en tout et conseillers de tous ordres, qui ne sont d'accord sur aucun sujet ni sur les mesure à prendre , confirmant ainsi que la
Politique n'est pas une science exacte, vu la disparité des intérêts...


-Nos Enseignants supposés, tant en politique qu'en économie qui nous rebattent les oreilles avec les formules éculées des Théoriciens célèbres du XIX ème siècle qui
avaient tout inventé pour un milieu fermé, alors que nous sommes en économie ouverte et sans vraiment de règles établies !


-Nos Médias qui s'ingénient à brûler aujourd'hui ce qu'ils ont adoré hier, formatés par des écoles plus idéologiques que journalistiques ; qui s'abreuvent de scoop,
de constats, sans pédagogie explicative ni prospective, qui sèment le vent en se réjouissant de récolter la tempête et en revendiquant le droit et la liberté d'informer, alors qu'ils orientent ou
désinforment sciemment au gré de leurs idéaux.


-Nos Syndicats, pléthoriques et de moins en moins représentatifs, toujours pour la lutte des places et des classes et non pour un partenariat harmonieux, qui
profitent du système pour exister. Au nom du Droit du Travail et du "progrès" ... combien de postes perdus et d'entreprises en détresse ou en faillite ?


-Nos Associations de défense de tous poils, qui se jouent du système pour exacerber les haines et les tensions , système pervers autorisé et financé grassement pour
débrider les plaies et entretenir les culpabilités...


-Nous, petits citoyens : suiveurs, aboyeurs, râleurs, envieux, jusqu'au-boutistes, irréfléchis du cour terme, individualistes forcenés, drogués du temps libre et
des loisirs, partisans et amoureux des polémiques et du moindre effort, comment pouvons nous imaginer que notre Société puisse engendrer des génies visionnaires et efficaces alors que nous rêvons
nos vies au lieu de vivre nos rêves !!!


L'examen de conscience est à faire de toute urgence, ou faudra-t-il attendre que les agences de notation se spécialisent aussi en psychologie, dommage que la
cohésion nationale n'apparaissent que pour faire face à des catastrophes, comme l'Histoire l'a déjà démontré, il est temps d'arrêter de jouer les troupeaux d'ovins et d'agir en adultes
responsables à tous les stades de la vie de la Cité.


La bonne marche d'un Pays commence déjà au sein de la cellule familiale, il faudrait revenir vite à ces valeurs basiques !


Bonne journée Cjj