Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

N'oublions pas......Lénine! 

 

200px-Lenin_1920.jpg

 

 

( Je m'aperçois que c'est aujourd'hui l'anniversaire de la naissance de Lénine, le 22 avril 1870.  Il ne faut pas oublier cet homme, l'un des grands criminels de l'histoire. Parce que ses dévôts demeurent encore nombreux dans le monde. Certes il n'y a plus beaucoup de partis ouvertement communistes dans le monde. La plupart, quoique toujours imbus des principes de Vladimir Oulianov dit Lénine, ont supprimé la référence communiste de leurs statuts mais n'en demeurent pas moins dangereux. Et certains plus cyniques, ou plus imbéciles sont restés des partis communistes. Ainsi en Chine, en France, et dans notre département français de la Guadeloupe!!!!!

Oui, "faisons mémoire", en souvenir des dizaines de millions de victimes de l'utopie rouge. C'est pourquoi  je publie ici la notice que je lui ai consacrée dans mon livre Libres paroles, un abécédaire politique.

E.Boulogne, ce 22 avril 2010, à 22heures. ).

 

 

 

LENINE. (1870-1924).

 

 212

 

 

« Le mensonge n’est pas seulement un moyen qu’il est permis d’employer, c’est le moyen le plus éprouvé de la lutte bolchevique ».Lénine.

 

 

 

Comme le disait, en Sorbonne, vers 1965, Raymond Aron, « la malchance d’Auguste Comte, c’est de n’avoir pas trouvé son Lénine ». Pour Aron, Auguste Comte était lui aussi un de ces penseurs systématiques « énormes » qu’enfanta à profusion le 19è siècle, et il ne cédait en rien sur le plan du génie à Marx. Mais Marx à partir de 1917, sortit des petits cénacles universitaires, et des officines révolutionnaires pour entrer dans la grande Histoire. Grâce à Lénine : Vladimir Illitch Oulianov, dit Lénine.

De l’avis des connaisseurs de son œuvre, (Nicolas Berdiaev par exemple) Lénine n’est pas un grand philosophe. Là où il est génial c’est sur le plan de l’action révolutionnaire, de la stratégie et de la tactique révolutionnaire. Il dément en quelque sorte les dires d’un Hegel sur le rôle secondaire qu’auraient les individualités sur le cours de l’histoire. Sans Lénine, la révolution de 1917 en Russie eut vraisemblablement avorté, le cours de l’histoire eut été tout autre. Nous ne saurons jamais quel il aurait été.

C’est Lénine qui créa le parti bolchevique, un outil incomparable pour s’emparer du pouvoir et le conserver, malgré une position ultra minoritaire en Russie.

C’est Lénine qui, refusant tout patriotisme, refusa l’Union sacrée avec le pouvoir politique russe contre l’Allemagne pendant la 1ère guerre mondiale, contrairement aux autres partis de gauche.

C’est Lénine qui, en 1917, refusa toute alliance, après la mise à l’écart du Tsar, avec le parti socialiste modéré de Kerinski.

C’est lui, encore, qui déclencha l’insurrection armée de novembre 1917, et institua sa méthode de gouvernement par la terreur.

C’est lui encore qui devant la gravité de la situation de la Russie en 1921, lança la Nouvelle Politique Economique, qui consistait à faire appel à l’aide des pays capitalistes, sans renoncer à rien des projets révolutionnaires. On connaît son mot « Ils (les capitalistes) nous vendront même la corde avec laquelle nous les pendrons ».

La chance de Lénine est d’être mort en 1924. Ses partisans en ont fait une idole, dont le cadavre embaumé fut exposé au public jusqu’en 1991, et même après.

Quand il ne fut plus possible, au cours des années 50, après la mort de Staline de cacher les crimes du communisme, on tenta de faire porter le chapeau au seul Staline. Mais Lénine ne lui céda en rien en cruauté, seul le temps lui manqua. C’est lui qui écrivit au Commissaire du peuple Koursky en 1921 : « Camarade Koursky, d’après moi il faut étendre l’application de la fusillade… Pour compléter notre conversation je vous envoie une esquisse d’un paragraphe supplémentaire du Code pénal….La pensée de base, j’espère, est claire, malgré tous les défauts du brouillon : il faut exposer ouvertement une position véridique du point de vue des principes et de la politique (et non pas étroitement juridique), de façon à motiver l’essence et la justification de la terreur, sa nécessité, ses limites. La Justice ne doit pas supprimer la terreur (promettre cela serait tromper ou se tromper) mais la fonder et la légitimer en principe, clairement, sans faux-fuyants ni ornements. La formulation doit être la plus large possible.

Salutations communistes » : Lénine.

C’est Lénine encore qui organisa la famine, systématiquement pour mieux contrôler les masses et les soumettre à la politique du Parti. Ses instructions, à cet égard, sont parfaitement claires et effrayantes : « Le monopole du pain, les tickets de pain, la corvée généralisée, voilà ce qui dans les mains des Soviets tout-puissants, est le meilleur moyen de contrôler et de compter… Ce moyen de contrôler et de forcer à travailler est bien plus fort que les lois de la Convention et sa guillotine. La guillotine ne faisait qu’effrayer, que briser les résistances actives. Nous voulons plus.

Nous voulons plus. Nous ne devons pas seulement effrayer les capitalistes de manière qu’ils sentent la toute-puissance du gouvernement prolétarien et ne songent même plus à lui opposer une résistance active. Nous devons aussi briser la résistance passive, qui est indéniablement encore plus redoutable et nuisible. Et nous en avons le moyen… Ce moyen, c’est le monopole du pain, les tickets de pain, la corvée généralisée ».

Dans les années 60 du siècle dernier, les marxistes tentèrent de dédouaner le communisme aux yeux du grand public qui commençait, timidement, à ouvrir les yeux. On se paya le luxe de dire une partie de la vérité pour tenter d’occulter l’essentiel. C’est ainsi que Kosta Gravas réalisa le film l’Aveu sur les procès truqués du communisme. Tous les péchés furent attribués à la « déviation » stalinienne. L’une des dernières images du film montre des jeunes, écrivant, la nuit, sur les murs des slogans ; « Lénine, réveille toi, ils sont devenus fous ».

Mais Lénine savait tout. Il était l’inspirateur. C’est lui qui institua le Goulag.

Il ne faut pas non plus en faire un bouc émissaire. Il n’était lui-même qu’un continuateur, continuateur de Marx dont maintenant certains voudraient faire une sorte de Saint, et qui déjà en 1871, se réjouissait de l’écrasement de la commune de Paris par le gouvernement bourgeois de M. Thiers, pour la raison que l’écrasement des socialistes français de tendance proudhonienne allait donner la primauté aux marxistes dans la première internationale. Alors les « camarades » couraient. Le « Nouveau Monde » était devant eux. Les survivants pleurent ! Pas tous, hélas ! Le ventre est encore fécond dont est sorti la bête immonde!

 

 Pour approfondir.

 

Gérard Walter : Lénine ( Marabout Université).

Hélène Carrère d’Encausse : Lénine ( Fayard).

Vladimir Volkoff : La trinité du mal (Editions de Fallois / L’Age d’homme).

 

 212.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
tout ça pue l'anticommunisme primaire ! navrant ...
Répondre
E
Il y a donc des nostalgiques? PUANT !
H


Oui la vérité remonte meme si c'est bien longtemps apres les massacres , la vérité de Katyn , celle de Staline également ont été evoquées la semaine derniere sur la chaine Paris Première , sa
cruauté son inhumanité , la monstruosité de ces hommes ne peut plus etre ignorée et les 100 millions de morts du communisme ne seront peut etre pas morts en vain , la plus grande honte du siecle
dernier est révélée , mais peu de personnes de notre gauche ne la commentent ,cela risquerait de diminuer le pouvoir de la haine de classe qui reste encore le levier de leur pouvoir



Répondre
M


Pour couronner la vie de Lénine (qui a incontestablement infecté la planète en essaimant sa conception de "l'amour de l'humanité"), celui-ci est mort de la... syphilis. Comme quoi,
charité bien ordonnée...


Bon anniversaire, Vladimir Ilitch ! Comme l'enfer doit te paraître proche du monde que tu as voulu donner en héritage aux Russes, tes compatriotes. Hélas ! ta charogne embaumée est muette,
et tu ne peux rien raconter. Dommage ! Pour une fois que tu aurais pu nous faire rigoler. Quoique, ayant fait du mensonge la colonne vertébrale de ta parole, tu aurais été capable de nous inviter
à partager avec toi les délices du paradis soviétique auquel accèdent tous les grands criminels de l'Histoire après leur mort. Tu as tant haï l'humanité, que tu trouverais encore le moyen
d'attirer encore quelques jobards à leur perte.


Si j'étais un bon chrétien, à l'occasion de ton anniversaire, je t'offrirais une prière pour le rachat de ta vie immonde. Je prierais même tous les jours pour arracher ton âme menteuse et
répugnante à la compagnie de celui que tu as servi avec tant de zèle. Mais, être un bon chrétien, c'est si difficile... Tu le sais, toi, qui as fabriqué tant de martyrs à la chaîne, non ?



Répondre