Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Mufflerie à géométrie variable.

 ( Dessin de Patrick, tiré des archives de Guadeloupe 2000. Sous le personnage principal, on reconnait le bras droit, comme dit Yves Jego, de l'amateur de fleurs, Elie Domota ).





Dans son "livre" qui défraye la chronique Le pauvre sous-ministre Yves Jégo rapporte des anecdotes, qui, à son corps défendant, sont révélatrices de l'état d'esprit  de certaines personnes, et aussi de l'évolution négative de nos moeurs antillaises. 
Ainsi, à propos des relations d'Elie Domota et de Lucette Michaux-Chevry, en février 2009, pendant la crise : « J'ai aussi découvert, dit-il, qu'à côté de la Guadeloupe visible où chacun jouait son rôle, jusqu'à en être caricatural, il existait une Guadeloupe plus souterraine, où les alliances pouvaient se révéler étonnantes. Comment comprendre que Lucette Michaux-Chevry, grande figure de la droite chiraquienne locale et mère de celle qui m'a succédé, se vante d'avoir reçu Élie Domota chez elle, il y a quelques semaines, porteur d'un bouquet de fleurs le jour de ses quatre-vingts ans ? »

 Que M. Jego n'a-t-il compris alors la véritable nature de ces gens qu'il rencontrait quotidiennement?
C'est huit mois après l'évèvement qu'il en rend compte. Un peu tard, et sans aucun doute parce qu'il a été exclu du "jeu".

Mais les Guadeloupéens se souviennent qu'aux dernières élections régionales où elle avait été durement ( et justement ) sanctionnée par la population guadeloupéenne, le vainqueur de l'élection, Victorin Lurel, avec beaucoup de galanterie, lui avait offert un bouquet de fleurs ...que Lucette avait refusé, publiquement, avec une grande violence de vocabulaire et de mimique, et avec ce qu'il faut bien appeler de la mufflerie.

Mais les vieux Guadeloupéens se souviennet des propos tenus jadis, en 1936 dans son texte célèbre "Jouer le jeu", par le gouverneur Félix EBOUE qui nous invitait à décrypter la signification de l'offrande de modestes fleurs des champs par une paysanne guadeloupéenne....
 
"  c'est, disait-il,  attribuer la même valeur spirituelle au protocole officiel, à l'académisme, qu' au geste si touchant par quoi la paysanne guadeloupéenne vous offre, accompagnée du plus exquis des sourires, l'humble fleur des champs, son seul bien, qu'elle est allée cueillir à votre intention... ".
 
Dans cet esprit comment interpréter et quelle est la symbolique de l'acceptation par Lucette Michaux-Chevry des fleurs offertes par Domota et son refus du bouquet de Lurel ?

Ô tempora! Ô mores! Quo non descendat?

Marc Decap.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article