Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Melanchon.png

La vie est un combat toujours à recommencer. La liberté est un idéal toujours menacé. Le communisme est tombé en URSS, et en Europe de l'est en 1991. Cela fait 21 ans. Une éternité pour ceux qui sont nés cette année là. Et même pour bien des gens plus âgés. Le communisme ( marxiste-léniniste ) a été pire que le nazisme. Hitler a reconnu sa dette à son égard ( cf le livre d'entretiens accordé à Hermann Bruschning en 1939, réédité en 1979, sous le titre Hitler m'a dit. ( Editions Le livre de poche, collection Pluriel ).

Hitler-m-a-dit-.jpg

Lénine et Staline, servirent de modèle aux nazis pour la construction d'un parti totalitaire. En 1939, communisme et nazisme étaient d'ailleurs alliés, et se partagèrent la Pologne, tout en se promettant d'en découdre tôt ou tard pour avaler l'autre. Hitler en 1941, commit l'erreur de rompre l'alliance, et, contrairement aux objections des chefs de la Wermacth, d'ouvrir le second front, à l'est, qui devait lui être fatal, les USA volant au secours de l'URSS, et la fournissant abondamment en matériel de guerre.

En 1945, sans rien avoir perdu de son caractère totalitaire, et tyrannique, l'URSS se trouvait auréolée de son caractère de vainqueur, et de « libérateur ». Toute l'Europe centrale se trouva sous la botte des rouges, jusqu'en 1991.

Dans le monde libre, comme on disait alors, les partis communistes « nationaux » travaillaient au triomphe du totalitarisme rouge.

Dans Le livre noir du communisme ( Robert Lafont ) publié en 1997, par une équipe d'historiens spécialistes, sous la direction de Stéphane Courtois, les crimes du monstre étaient détaillés, à la grande fureur des Georges Marchais, et des Mélenchon de tous poils.

Je reproduis ci dessous la photographie de la page 14 de ce livre indispensale à tout homme soucieux de liberté.

Bilan-du-communisme-.jpg

 

 

Hélas! Combien de gens ont lu cet ouvrage de 840 pages. Et combien de jeunes auront seulement la velléité de le lire, à l'heure des mails hâtifs, et des messages twitter, ultra simplifiés.

Ce n'est pas une raison pour se décourager. Il faut qu'il y ait, en 2012, comme en 1940, et dans les années sombres de l'entreprise totalitaire communiste, des hommes et des femmes qui, comme je le fais présentement, à la lumière blême d'un abat-jour, s'escriment, et s'acharnent, sur le clavier de leur ordinateur, et par toutes sortes d'autres moyens, à alerter, à avertir, à rassembler les consciences susceptibles de s'émouvoir.

Rien n'est jamais gagné, rien n'est jamais perdu.

En France aujourd'hui, bien des choses menacent la liberté, et les valeurs humaines fondamentales, et pas seulement, il faut le dire les mouvements politiques d'extrême gauche.

Aujourd'hui, comme hier, des affamés de pouvoir absolu, doublés de démagogues enfiévrés, parfois habiles, partant d'injustices parfois réelles, mais corrigibles par des moyens politiques classiques, se proposent pour les corriger selon les mêmes principes, au moyen des mêmes méthodes qui ont tuées, massacrées, exterminés naguère.

Sans vouloir dramatiser outre mesure, je vous propose la lecture d'un article d'Eric Branca paru dans le dernier numéro de Valeurs Actuelles.

 

Le Scrutateur.

 

Mélanchon l'enragé. ( Par Eric Branca ).

 

Tant qu’il grignote le PS, il sert objectivement la droite. Mais à force de rendre populaires des solutions impossibles, il risque de donner du fil à retordre au vainqueur du 6 mai, qu’il s’appelle Hollande ou Sarkozy !

Qui peut, sans s’attirer de poursuites pour négation de crimes contre l’humanité, s’écrier devant une foule enthousiaste que « les communistes n’ont pas de sang sur les mains. Le seul qu’ils aient, c’est celui de l ’envahisseur qu’ils ont repoussé » ? Jean-Luc Mélenchon, le 6 mars, à Rouen. Qui s’arroge le droit de taxer Marine Le Pen de « bête malfaisante » ou de prétendre que son père, lui, « a du sang jusqu’aux coudes, celui des personnes qu’il torturait », sans même qu’on lui demande s’il n’exagère pas un peu ? Mélenchon, toujours, aussitôt après avoir passé par profits et pertes les 100 millions de victimes et de déportés des communismes russe et chinois. Qui ose, comme on décline un slogan publicitaire, en appeler à Robespierre sans qu’on l’interroge, ne serait-ce qu’une petite fois, sur ce que pourraient bien apporter à la France de 2012 les mannes de l’inventeur de la terreur politique moderne ? Mélenchon encore, à qui, décidément, rien ne semble interdit. Laurence Parisot, la présidente du Medef, ose-t-elle se révolter contre la symbolique des têtes coupées (dont la sienne !) brandies au bout des piques qu’arboraient les manifestants du Front de gauche, le 18 mars, place de la Bastille ? Mélenchon en tire argument pour redoubler d’ardeur : « Si les patrons ont peur, c’est qu’on va dans le bon sens… Oui, Mme Parisot, c’est la révolution qui s’avance ! »

On croirait entendre le refrain de la Jeune Garde, hymne du Parti communiste à l’époque du Front populaire : « Prenez garde ! Prenez garde ! / Vous les sabreurs, les bourgeois, les gavés, et les curés / V’là la jeune garde ! V’là la jeune garde, / Qui descend sur le pavé. / C’est la lutte finale qui commence, / C’est la revanch’ de tous les meurt-de-faim /C’est la révolution qui s’avance, / Et qui sera victorieuse demain. »

De fait, Jean-Luc Mélenchon a toutes les raisons de se réjouir : non content de faire resurgir, sous forme de propositions, des slogans dignes des “enragés” de Mai 68 (lire page 14) – propositions que la droite se garde de dénoncer trop fort, puisqu’elles le font progresser au détriment de François Hollande, et que le PS s’interdit de contredire, de crainte de passer pour “réactionnaire” – , le candidat du Front de gauche serait devenu, à en croire le dernier sondage LH2-Yahoo ! réalisé les 30 et 31 mars, le “troisième homme” de la présidentielle. Que de chemin parcouru depuis que, tout au long de 2011, les intentions de vote en sa faveur stagnaient à 5 %… Et quelle humiliation pour le Parti communiste français, sauvé de la noyade (1,9 % des voix pour Marie-George Buffet en 2007) par un ancien trotskiste ! On imagine la tête du défunt Paul Laurent (bras droit de Georges Marchais et père de Pierre Laurent, actuel secrétaire national du PCF) si on lui avait dit qu’un jour son fils se rallierait à l’impensable pour un communiste de l’époque soviétique : le mariage des homosexuels et la régularisation de tous les immigrés irréguliers ! Le temps est loin (24 décembre 1980) où le maire communiste de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), Paul Mercieca, détruisait, aux commandes d’un bulldozer, un foyer destiné à accueillir, sur le territoire de sa commune, 300 travailleurs maliens, quelques jours avant que Georges Marchais demande solennellement à Valéry Giscard d’Estaing (à la tribune du comité central du PCF, le 6 janvier 1981) d’« arrêter l’immigration officielle et clandestine sous peine de jeter de nouveaux travailleurs au chômage ».

Lire la suite ICI : ,http://www.valeursactuelles.com/dossier-dactualit%C3%A9/dossier-dactualit%C3%A9/m%C3%A9lenchon-l%E2%80%99enrag%C3%A920120404.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tartempion 09/04/2012 15:29


http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Paris.-Le-forcene-voulait-tuer-des-flics-comme-Mohamed-Merah-_39382-2064299_actu.Htm?xtor=RSS-4


Celui-là a bien entendu l'appel de melenchon. Si cette "chance pour la France" est libérée aussi rapidement que très souvent, l'exophtalmique hitlerisant du front de gauche aura sa voix.

Max-Hilaire Sandan 09/04/2012 09:27


La mémoire est courte, et les idées aussi, du retse. La recette est simple : une mesure de haine (c'est le sirop) et quatre ou cinq mesure de démagogie, et vous  pouvez apprécier et
consommer sans modération le punch populiste, celui qui sert d'apéro au totalitarisme. Avec sa brave gueule toute bosselée, Mélenchon est des ces Khmers bleu-blanc-rouges qui font pas mal de
dégats tout en portant les couleurs de la liberté, de la justice et du pansement. Attention, cet homme mord, il a la rage, et il a été dressé chez les trotskistes.

cosar 08/04/2012 20:37


Il est bien de rappeler ce que le communisme a entrainé comme morts. Il est bien de rappeler ce que le nazisme a perpétué comme morts et comme souffrance, et notamment la SHOAH.  Comment des
hommes actuellement en 2012 peuvent se permettre de faire renaître de leurs cendres toutes ces idéologies monstrueuses. Honte à MELANCHON, honte à toute cette GÔÔÔCHE caviar qui faute de
culture,de projets, de répentance ne sait plus quoi utiliser pour atteindre un pouvoir qu'elle ne mérite pas. En cette journée de Pâques, il est bon de rappeler les paroles du Christ sur la
Croix:


"Mon Dieu pourquoi m'as tu abandonné" il connaitra ensuite le message divin, celui de la Réssurection.


Que les millions d'électeurs frappés par l'idélogie de Gauche puissent avoir cette révélation!


Le parti communiste devrait être interdit en France, et tous ses défenseurs bannis, car malheureusement le communisme fut un leurre et un moyen d'extermination. Arrêtons de faire croire
en France que le communisme n'est pas le même que le stalinisme, c'est un projet de mort , de l'Homme, de la Liberté et surtout de la Cohérence entre les humains.


Le nazisme est l'extrême violence du SOCIALISME, qui vise à détruire les êtres qui ne pensent pas comme eux. Nazisme et communisme c'est la même
chose, exterminer pour régner, par la TERREUR si chère à MELANCHON. 


La France ne s'est pas construite à partir de 1789 mais à l'époque de HUGUES CAPET.


 Que tous les bobos, les fascinés de communautarisme puissent ouvrir les yeux.


La présidentielle de 2012 est en fait le choix entre la LIBERTE ou l'ESCLAVAGE d'une EUROPE mal comprise, enchainante et surtout impuissante face aux réalités du MONDE actuel.


Je voterais Nicolas SARKOZY, car il est le seul homme actuel capable de porter la FRANCE et d'affronter les réalités du moment. Les autres candidats me paraissent  bien faibles et bien
souvent suffisants et inconsistants.