Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Martinique, province française.


( Notre collaborateur, et ami, Eric Nogard, révolté par les inconséquences et palinodies, du gouvernement actuel de la France, et des militants fous d'une autonomie première étape vers une suicidaire indépendance, a pris parti dans le débat en cours pour l'article 72 de la Constitution. Ce faisant, il réagit, dans l'exaspération - bien compréhensible - dans le sens d'un patriotisme français tout à fait  estimable, quoique maladroite - à mes yeux.

Mais en janvier prochain, aux deux referendums, à la Martinique, l'article 72 ne sera pas pas en question.

Les Martiniquais auront à choisir entre l'article 73 (le statu quo, pour lequel M. Nogard s'est longuement battu, et avec quel courage!), et l'article 74 (autonomie, première étape).

Si j'étais Martiniquais, je voterais NON au 74, et, au deuxième referendum - s'il a lieu - NON à l'assemblée unique ou Inique (voir l'article de René Tikitak sur Le Scrutateur.

Je militerais aussi contre tout abstentionnisme.

Toutefois c'est avec plaisir que je publie cet article d'Eric Nogard, auquel j'ai fait part directement de mon analyse, et de mes réserves sur sa crispation sur le 72, qui n'est pas, actuellement à l'ordre du jour.

Et je regrette que certains de nos lecteurs, s'en soient pris, non à la valeur de son choix actuel, et révisable, mais à sa personne, et à sa façon de s'exprimer, pourtant tout à fait honorable au regard de beaucoup.
Edouard Boulogne).
 





            Eric E.G. NOGARD

                      Courriel : eric.nogard@orange.fr

 

 

 

  Article 72

 

 

Martinique

 

 

Province

 

Française

 

NewsLetter  2009/134

 

Fort-de-France, le 21 Octobre 2009

 

Que sont ces Vexations et Menaces, Ou, Le Despotisme est là.

===

Maintenant que voilà engagé la Campagne Institutionnelle, tous les coups partent.

Tirs à Mitraille, tirs à l’aveuglette, tirs à démolir, coups bas, tous les coups.

Pour animer tout ça, beaucoup d’atavisme, d’un atavisme qui préconise :

« Dites beaucoup de mal, il en restera toujours quelque chose ».

 

Chacun a ses idées et chacun les défend, n’aurais-je pas le droit de défendre les miennes.

Quelle guerre nous anime, celle des idées ou la guerre de la malfaisance.

On fait de moi un Ecrivain, mais où-a-t-on pris que je sois écrivain.

D’autres me disent Politicien, ou ceci, ou cela, mais ou donc l’a-t-on pris.

 

Et on me met dans ce Pot-au-Feu immonde, tous les poisons qu’on peut.

Question d’Habitudes ou question d’Atavisme, nous ne saurions le dire.

Cependant il nous semble bien que ces Pierres qui nous sont jetées à la volée

Ne puissent nous venir que de grands spécialistes, surtout en psychiatrie.

 

En tout cas, si notre style déplait si peu que ce soit, qu’on ne nous lise pas.

Si nos idées paraissent inconcevables, qu’on ne les partage pas.

Si notre physique horrifie, nous ne forçons personne, nous ne sommes ni harceleur ni violeur.

Nous sommes ouverts aux uns, nous sommes ouverts aux autres, mais il y a des limites…

 

Nous lisons tant de styles bien différents du notre, bien meilleurs, bien pire, peu nous importe.

Nos boîtes regorgent de tout, plaisant ou horrifiant, nous tolérons, nous subissons.

Notre répondeur est saturé de messages, tant de bons que de méchants, c’est le jeu.

Mais jamais nous ne médisons, jamais nous ne nous cachons, toujours nous consentons au face-à-face.

 

A chacun ses principes : l’Adversaire à les siens et nous avons les nôtres.

A chacun ses idées : l’Adversaire a les siennes et nous avons les nôtres.

Ainsi nous croyons à la différence et au droit de chacun de se battre proprement.

Nous ne sommes pas entrés dans l’Arène à l’idée de n’y recevoir que des fleurs.

 

Mais nous sommes dans l’Arène, et nous comptons y tenir bon.

Comme le 07 Décembre 2003, nous n’approuvons pas d’être embarqués dans :

« Une Collectivité territoriale en remplacement du Département Région ».

Aujourd’hui nous réclamons que soit réparée l’ABLATION du 72 dans les EGOM.


Attendu que, s’il est possible de remplacer le Département Région par une Collectivité.

Il doit l’être aussi d’aller dans l’autre sens, celui du renforcement des liens avec la France.

Qu’on prenne le temps qu’il faut pour éviter les Pleurs et les Grincements de Dents.

D’ailleurs, pourquoi ne pas dire aux Citoyens en quoi consiste le Statut de la Corse.

 

En tout état de cause, nous ne voulons ni de la rue Oudinot, ni des Affaires Etrangères.

Nous sommes clairs là-dessus. Si personne en dehors de notre Groupe ne veut en convenir.

Nous crierons haut et fort que le Despotisme est là, avec ses Avatars.

Nous plaidons l’Article 72, Martinique Province Française au Sein de l’Europe.

 

Eric E.G. NOGARD

 

 

Liens Suggérés :

·        http://www.lescrutateur.com/

·        ( http://www.etatsgenerauxdeloutremer.fr/reflexions )

·        http://tatun.unblog.fr/

·        http://indiscretions.over-blog.fr/

                                                                      






Eric E.G. NOGARD,

24 rue Osman Nadeau, Voie 3 Ravine-Vilaine,

97200 Fort-de-France (MARTINIQUE)

Tél. / Fax. / Répondeur :  0596 798102;  Port : 0696 856708;

E-mail : eric.nogard@orange.fr



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dissident 21/10/2009 17:23



Rectification.


« Fondé par le Venezuela et Cuba en 2004, l’Alba réunit leurs principaux alliés
antilibéraux en Amérique latine : Nicaragua, Equateur, Bolivie. Honduras, Dominique, Saint-Vincent, Antigua et Barbuda complètent l’Alliance. Le
Paraguay évalue une éventuelle adhésion. Chavez a invité d’autres pays, l’Argentine et les états d’Amérique centrale, à se joindre à l’intégration monétaire »



Dissident 21/10/2009 16:12



 « [Nous sommes aujourd’hui quatre pays latino-américains]…[Cuba, le Venezuela,
la Bolivie et le Nicaragua;  le cinquième, l’Equateur]..[ Trois pays caribéens d’origine noire et de langue anglaise qui luttent avec décision pour leur développement ont rejoint l’ALBA »] Fidel Castro, le 20
octobre 2009, In : http://www.granma.cu/frances/2009/octubre/mar20/relfexions-20oct.html


Les trois pays caribéens sont : La Dominique, et St Kitts & Nevis il me semble, mais,
pour la Dominique c’est certain, puisque le 1er Ministre de la Dominique a prononcé un discours lors de la dernière « Cumbre ».


Tous ces pays de l’ALBA, ensembles, regroupent plus de 70 000 000 d’habitants, ils sont
extrêmement riches et sous l’emprise cubaine, au moyen du cerveau de Fidel et à travers le verbe débordant de Chavez qui lui est incapable de penser.


Ils viennent d’abandonner le Dollar pour le « Sucre » et pour s’échapper de la main mise
des « gringos » de « l’Empire ». Ils sont « anticolonialistes » et contre le « néo-colonialisme », Chavez a d’ailleurs annoncé lors de la 7eme Cumbre que
des « mouvements de libération avaient commencés dans les Antilles », mais sans spécifier lesquelles, naturellement, parce que cela aurait été trop beau de l’entendre ajouter
« Françaises ».


Certains de nos « intellectuels » sont béats d’admiration, devant ce mouvement d’idées
dans la droite ligne de leurs pensées les plus  secrètes, de leurs espoirs les plus fous.


Lors de cette réunion, vendredi dernier, en changeant juste quelques mots, par exemple
« gringo » par « béké » on aurait cru entendre les discours du LKP de février.


Donc, Monsieur Nogard, vu que nous sommes entrés dans une période de déstabilisation géopolitique
mondiale, puisque le monde entier abandonne le Dollar et que les USA s’écroulent, si nous ne voulons pas tomber – comme ces trois pays caribéens – sous l’emprise idéologique socialo-marxiste de
Fidel à travers l’ALBA, l’argent de Chavez, et la sournoiserie de nos Rouges Endémiques, et bien il faut resserrer les liens avec la France et l’Europe.


C’est pourquoi je vous suis dans l’idée du 72 à réclamer à grands cris - et d’urgence !-
avant et après avoir battu les 74zistes et l’Assemblée Unique.


Les tenants de l’Autonomie et de l’Indépendance mentent plus que certainement sur leurs véritables
intentions.


Ils les cachent soigneusement.