Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

Photo-Eric-EG-NOGARD-copie-1.jpg

 

MARTINIQUE

PROVINCE

FRANÇAISE

                                                                                     Amie du Canada

 

 

Fort-de-France, le 31 Mai 2013

 

Notre Ambiguïté ne nous Étouffe pas.

====

« Sans compter qu’on ne connaît pas la Jamaïque et les Jamaïcains pour avoir entendu Bob MARLEY.

 

Sommes-nous seulement conscients de nos incohérences.

 

Être à ce point aux abois et nous croire le tremplin, tant de la Grande Caraïbe que de la Petite Europe ».

 

***     ***     ***

 

Nous sommes Ambigus, c’est là notre Talon d’Achille, n’est-ce pas par là que nous sombrons inexorablement.

 

En tout cas, n’en sommes-nous pas déjà réduits aux larmes et aux grincements de dent, comme nous le montre le masque de notre P.D.G., beaucoup plus proche du désarroi que du plaisir, en ce qu’il ose dire :

 

« Notre choix de miser sur la Caraïbe ne date pas d’hier.

 

Nous revendiquons nos origines Sainte-Luciennes dont nous sommes fiers »,

 

Ce qui ne nous empêche pas de militer pour l’intégration de la Martinique à la France et à l’Europe, en notre qualité de Dignitaire de l’U.M.P.

 

Nous sommes ambigus, difficiles à satisfaire, enfants gâtés et voraces comme nous sommes devenus

 

Ainsi, la Martinique, l’une des plus vieilles Provinces Françaises.

 

Elle n’avait pas accédé au Statut de Département Français que ses Nègres Fondamentaux usaient de toute leur persuasion subversive bolchevico-raciale pour la contraindre au relâchement, voire à la rupture de ses liens – autrement qu’alimentaires – tant avec la France qu’avec l’Europe.

 

Et c’est ainsi que la Notion de « Nos Frères de la Caraïbe » est devenue pour nous la panacée :

 

Cuba pour SAMOT, la Jamaïque pour MONPLAISIR, la Communauté des États de la Caraïbe pour LETCHIMY, sans compter les fantasmes du menu-fretin dans sa Fraternité Haïtienne et son CHAVISME.

 

Peut-on imaginer mieux en matière d’ambiguïté et, y-a-t-il mieux que l’ambiguïté pour faire avorter toute relation de confiance, même entre deux amoureux, même entre frères et sœurs, voire entre Concitoyens.

 

Et la Martinique aura beaucoup perdu au Culte de cette Mentalité Atavique  ou Acquise, en tout cas Délétère et Funeste à la Communauté Martiniquaise.

 

Dommage que Uncle Donald ne soit plus là pour nous le faire entrer dans la tête, lui qui savait bien pourquoi transplanter sa tente de Sainte-Lucie à la Martinique, pour la fortune de sa nichée.

 

-         Quel projet d’entreprise pouvons-nous envisager avec la Caraïbe, que nous ne puissions réaliser avec la France Continentale, ou sans recourir au soutien logistique de la France et de l’Europe.

 

Car, reconnaissons le, mises à part nos bennes à ordures, qu’avons-nous comme atout en matière d’apport personnel, en matière de fonds propres.

 

-         Les Nègres Fondamentaux british side auraient-ils renié Albion comme nous renions Jeanne D’ARC et JOSÉPHINE, pour peu que nous en jugions sur le fondement de la solidité du Commonwealth Britannique.

 

Scient-ils comme nous le faisons la branche sur laquelle ils sont assis.

 

Sommes-nous aptes comme ils le sont aux risques sans filets, sans piston, que connaissent nos fils à papa biologique ou idéologique avec leurs réseaux de parrains protecteurs.

 

Avons-nous leur pragmatisme et leur sens du danger dans leurs choix.

 

-         Nos Caribbean Black Brothers seraient-ils plus dépourvus que nous en Ressources Humaines, tant en ce qui concerne les travaux des champs, l’artisanat, que le Banking, le Trading, l’Ingeneering de Haut Niveau comme de bon aloi.

 

Sont-ils en mal de P.D.G., seraient-ils in lake of G.D.P.

 

-         Nos tentatives de Coopération, rien qu’entre Francophones, sont-elles Compatibles avec la traitrise de nos arrières pensées.

 

L’Université Antilles-Guyane, la Grande Région Antilles-Guyane peuvent y répondre, à elles d’en prendre le soin.

 

-         Nos Parvenus auraient-ils l’intelligence qu’ils se croient s’ils devaient étaler leurs Bilans en plein jour, et leurs Combines.

 

Bref.

 

A moins de se voir réduire au ridicule, à la déchéance, à la servitude, la Martinique doit rester Française et voir Français, penser Français.

 

Méfions-nous tout autant des entonnoirs aux fourmilions, des toiles d’araignées, des pièges à crabes que de nos fourmilions, de nos araignées, de nos chasseurs de crabes qui nous y attirent, qui nous y poussent ou qui nous y surprennent à nos dépens.

 

Aimons nos Voisins Certes, néanmoins soyons Français et Fiers de l’être, ce qui ne saurait nous exonérer de la volonté de changer de mentalité comme de nous affranchir de notre ambiguïté et de nos incohérences d’enfants gâtés.  

 

Éric E.G. NOGARD

 

N.B. : Si notre Chronique vous intéresse, pourquoi ne pas l’aider à survivre, elle nous réclame chaque jour davantage de Sacrifices et nous fait prendre plus de Risques. Par avance, MERCI pour votre Soutien.

 

Ne Peut être reproduit - même partiellement -  sans l’autorisation de l’Auteur.

 

 

FA13923-2--Sortir-d-une-vision-conservatrice-des-Financemen.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article