Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

fort-de-france-11.jpg ( A Fort de France, la staue décapitée de l'impératrice Joséphine, sur laquelle s'interroge Eric Nogard. ).

 

 

 

MARTINIQUE

PROVINCE

FRANÇAISE

                                                                                     Amie du Canada

                                                          

Fort-de-France, le 17 Août 2011

 

Et si Candide nous revenait !.. 

=====

 

·        Ben Oui ! Candide… ce petit jeune qui paraissait ne pas savoir grand’ chose et qui semblait s’étonner de tout.

 

·        Candide ? Il ne s’agirait pas de Tintin, le petit blond d’Hergé ?

 

·        Mais pas du tout ! Bien mieux que Milou, son p’tit Toutou, le Tintin savait tout, expliquait tout, un vrai Sherlock Holmes.

 

Candide, c’est « autre chose »… Ouvrez Voltaire et vous saurez qu’il a passé sa vie à s’étonner de tout !..

 

·        Alors, si Candide nous revenait, que pourrait-il faire pour Nous ?

 

·        Il s’étonnerait pour nous… et ce serait beaucoup.

 

Car, savons-nous encore nous étonner… Savons-nous encore nous demander pourquoi, nous demander comment, nous demander par qui, et nous demander tant d’autres choses encore !..

 

 

Ainsi, peut-être nous étonnerions-nous de nous sentir si mal dans notre peau que nous reprochions aux autres le fait que nous la portions péniblement, telle une Tunique de Nessus.

 

Ainsi peut-être nous étonnerions-nous de ce complexe et de ce syndrome qui nous obligent, tel le Bernard l’Ermite, à nous « installer » dans la peau des autres, par tous les subterfuges de Polichinelle voulant cacher sa bosse.

 

Ne sommes-nous pas Ho-Chi-Minh quand nous avons pris les armes contre lui.

 

Ne serions-nous pas Gandhi quand nos Indous furent nos Misérables Parias pendant longtemps.

 

Ne sommes-nous pas Mandela quand aucune de nos chansons, aucun de nos Ladja, aucun de nos « KA » (1), aucun de nos « BWA-BWA » - et d’aussi loin que nous les fassions remonter – ne nous font entendre autre chose que la joie qui explose, au lieu de Ragtime, au lieu de Blues, au lieu de Spleen, au lieu de Tortures, et pour cause… Vouloir se mettre dans la Peau de Nelson Mandela.

 

Ne serions-nous pas Obamah et, le portant aux nues, ne tentons nous pas de nous glisser dans sa peau, pour en même temps nous hisser sur le Pavois :

 

N’oublions pas que pour rien au Monde Obamah ne renierait son Sang Blanc, quand nous renions le nôtre, crachant ainsi sur nous-mêmes… en signe de dignité nouvelle.

 

Car, en effet, en infime minorité sont les Martiniquais de vieille souche qui ne soient porteurs de Sang Blanc et qui ne soient fiers de l’être, tellement ils vous abordent sans vous connaître, pour vous faire observer en mine de rien ce qu’ils savent mieux que leur miroir :

 

« Je ne suis pas nègre ! Je suis un Mulâtre à peau Noire ».

 

« Men pa en Neg ! Men cé en Milatt a LAPO Nouè ».

 

 

Et voilà que notre Etonnement « Candidéen » nous conduirait à nous demander ce à quoi Milou pourrait répondre :

 

Ø Pourquoi la dégradation du Monument de Joséphine, notre Atout Touristique Majeur après la Montagne Pelée : Terre Brulée à la Russe ?

 

Ø Pourquoi aucune plainte n’a été déposée à ce titre, par les Autorités Responsables des Ouvrages et Monuments Publics : Complicité ? Lâcheté ?

 

Ø Comment expliquer qu’aucune Bonne Âme Bien Avisée (et Dieu sait s’il y en a en Martinique) n’ait réagi à ce Crime de Lèse-Majesté, car ç’en est un : Obligation de Réserve ?

 

Ø Comment expliquer qu’aucune Autorité, qu’aucun Notable, qu’aucun Savant du Droit n’ait réagit à cette Mutilation Coupable voire Criminelle au regard de la LOI : La Peur de la Disgrâce ? de l’Excommunication ?

 

 

Et voilà qu’en Conséquence, Milou pourrait faire remarquer à TINTIN :

 

« Rien de Compliqué à cela, c’est un Œuf de Colomb.

Un œuf qui ne tient qu’en trois mots mis en Equation,

En simple Egalité :

 

Prostitution Politique = Malfaisance ».

 

A Watson ou à Holmes de nous en dire davantage, s’il en est encore temps, eux qui, pour avoir lu DANTE connaissent son Enfer « Che non lascio giammai persona viva ».

 

Ce que nous pourrions interpréter comme suit (une interprétation n’étant pas une Traduction) :

 

« Martinique, garde-toi, s’il n’est déjà trop tard, d’être cet Enfer qui jamais ne laisse personne indemne. »

 

Éric E.G. NOGARD

 

(1)  Le KA est le tambour Guadeloupéen, cette appellation étant actuellement adoptée en Martinique.



Eric E.G. NOGARD,

24 rue Osman Nadeau, Voie 3 Ravine-Vilaine,

97200 Fort-de-France (MARTINIQUE)

Tél. / Fax. / Répondeur : 0596 798102;  Port : 0696 856708;

E-mail : eric.nogard@orange.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article