Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Martha et le Tout-Monde.

 

Eric Nogard poursuit sa galerie de personnages interessants, disparus.Le titre, et le titre seul, a été légèrement modifié par le Scrutateur.

Photo-Eric-EG-NOGARD-copie-1.jpg

 

Fort-de-France, le 09 Février 2011

 

Martha.

=====

 

Martha était toujours tirée aux quatre épingles.

 

Plus proprette que Perette, jamais de court vêtue, on l’eût volontiers prise pour une descendante d’une branche cadette des Tudor, des Stuart, des Windsor… eu égard à son British Style, au physique comme dans sa tenue vestimentaire et son comportement en société, her Behaviour towards others…

 

D’ailleurs, Martha est British comme Marthe est Français, étant présent à l’esprit de chacun que l’Angleterre fut Catholique et que dans ses Churches comme dans nos Eglises on rappelle ce que Marthe dit à Dieu à la Mort de Lazard : Martha et Marthe, c’est pareil.

 

Martha était donc toute British, dans ses vêtements, dans sa tenue, dans son sens et son souci de l’étiquette, autant de marques qui lui donnaient un grain certain d’Aristocratie.

 

Mais, joint à tout cela et de façon très harmonieuse, elle était d’une grande Humilité, d’une Humilité à la fois bien consentie et bien « portée » : on eût dit une Cadette de Famille.

 

La Cadette d’alors, à l’instar du Cadet devait faire profil bas : à l’une échappait la DOT, à l’autre l’Héritage, c’était l’usage.

 

L’une et l’autre devant prendre la Robe, sauf à louer ses services dans le cas de l’une, sauf à épouser le métier des armes dans le cas de l’autre… ou à prendre l’une comme l’autre le Chemin des Colonies !..

 

Tel était aussi l’usage dans les Bonnes Familles de Pauvres de « donner des enfants à Dieu », sauf à les mettre au service de Bonnes Familles aisées.

 

Et Marta louait ses Services, elle était Servante dans une Bonne Famille de l’Île.

 

Nul ne pouvait ignorer qu’elle le fût, elle « allait aux Provisions », elle obéissait sans humeur, avec résignation à la loi du Fetch and Carry.

 

La Maîtresse, petite ou grande, était à l’abri de semblables servitudes en ce temps là où l’idée du « TOUT MONDE » n’était pas de ce Monde.

 

 

Mais combien précieuse était Martha, la Servante.

 

Tant de Serviteurs se sont faits au « savoir-vivre », au « savoir se tenir », au « savoir se conduire » au service de leurs Maîtres.

 

Autant il est risqué et hasardeux de l’insinuer seulement de nos jours, autant nombreux sont ceux qui en conviennent dans le secret de leur EGO.

 

En revanche, combien de Maîtres, frustres et rustres à qui mieux-mieux, n’ont profité de façon incommensurable en même temps qu’inavouée, de tous les enseignements dont ils ont eu le bénéfice de la part de Serviteurs comme Martha…

 

Martha était l’Intendante, l’éducatrice, le modèle pour la Famille entière : Papa, maman, filles et garçons et même cousins, cousines et les copains copines… en plus de ses services pour de modeste gages, elle était le Modèle.

 

 

 

Et puis, telle une feuille fanée, toute desséchée, telle une chandelle au terme de sa dernière molécule de suif, Martha s’éteignit…

 

Une Vraie Momie, toujours proprette, toujours souriante et digne comme elle vécut chaque jour… elle gisait dans sa bière, telle une feuille de papier.

 

Alors, on découvrit dans ses humbles bagages quel était son NOM et à combien se montaient ses économies.

 

Elle était d’une Grande Famille de Pharmaciens, de Notables.

Elle laissait une cagnotte largement suffisante pour son enterrement.

 

Pourtant, aucun de ses Parents ne voulut lui faire une place dans sa tombe…

Faire entrer une Servante dans la Tombe d’un Bourgeois !..

 

Une Famille pourtant d’Aristocrates, une Famille qui connut Martha lui fit une Place dans son Caveau Funéraire, paya intégralement son enterrement et suggéra de faire remettre au Curé de la Paroisse les économies de la Défunte, afin qu’il dise des Messes pour le Repos de son Âme.

 

 

Ainsi donc, aussi vrai que nous sommes tous de ce Monde, serions-nous du « Tout-Monde », serions-nous tous du même Monde…

 

Eric E.G. NOGARD

  



Eric E.G. NOGARD,

24 rue Osman Nadeau, Voie 3 Ravine-Vilaine,

97200 Fort-de-France (MARTINIQUE)

Tél. / Fax. / Répondeur : 0596 798102;  Port : 0696 856708;

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article