Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

20130324.police-civils.matthieu.720.png

 

Cet article comporte deux parties, chacune renvoyant à un lien.

Les deux liens sont intéressants.

( I ) Le premier émane d'un professionnel de la police, ancien officier, spécialiste du maintien de l'ordre. Il estime que la Manif pour tous du 24 mars 2013, est sans aucun doute la plus importante, en France depuis trente ans. Et aussi, que les incidents sur lesquels les médias ont tant insisté ( pourquoi?! ), sont la conséquence de la sous estimation par le gouvernement de l'importance de la manifestation, et par le refus de prendre en considération un mouvement d'opinion de très grande ampleur, venu du fond du peuple. Il estime aussi que la police, est, à l'égal des victimes « civiles » des accrochages, sortie meurtrie de toute cette affaire, par suite de l'aveuglement et de la surdité, des autorités, et notamment de la préfecture de police, et de M. Valls.

 

Lien : http://you.leparisien.fr/actu/2013/03/24/manifestation-pour-tous-du-24-mars-2013-l-avis-d-un-specialiste-du-maintien-de-l-ordre-19590.html

 

Texte : J'ai passé près de 5 ans comme officier dans des unités de maintien de l'ordre. J'ai à ce titre encadré à Paris des dizaines voire des centaines de manifestation. Je souhaiterais revenir sur la ou les polémiques concernant la manifestation dite " pour tous " du 24 mars 2013. Mon propos n'est pas de revenir sur les arguments des manifestants mais d'apporter un éclairage technique sur ce maintien de l'ordre historique.




Une manifestation exceptionnelle et un dispositif complétement dépassé

Il y a à Paris plus de 300 manifestations par an. La préfecture de Police est très expérimentée et les forces de l'ordre françaises sont parmi les meilleures du monde. La plupart de ces manifestations sont parfaitement encadrées. Des incidents ici ou là se produisent mais dans un contexte très ritualisé avec certes parfois des blessés. Néanmoins jamais les cortèges (sauf des casseurs) n'arrivent à sortir de leur itinéraire. Jamais des barrages de CRS ou de Gendarmes Mobiles ne sont enfoncés.

Or, dimanche le dispositif mis en place a été complétement débordé. Les forces de l'ordre se sont retrouvées face à des manifestants beaucoup trop nombreux et déterminés. Contrairement à ce qu'a dit le ministre de l'intérieur il n'y avait pas de casseurs mais au contraire des familles pacifiques n'hésitant pas à être pressentes face aux barrages de la police. Or le maintien de l'ordre repose sur la capacité à maintenir l'adversaire à distance. Que pourraient faire 50 CRS face à 10 000 personnes si celles ci cherchaient à enfoncer de dispositif ? Lorsqu'il s'agit de casseurs la question est vite réglée sur le plan technique : grenade, matraque, charges, interpellations, etc. Or, dans le cas présent il s'agissait de familles complètes avec enfants. C'est bien là que le dispositif a été inefficace. Les forces de l'ordre n'ont pas su réagir face à cette manifestation populaire et de nombreux barrages ont cédé. C'est exceptionnel. Cela n'arrive jamais. C'est aussi un signe politique fort qui devrait faire réfléchir le gouvernement. Certes plus les manifestants approchaient de l'Elysée plus les barrages ont été tenu.



Les forces de l'ordre ont elles employées abusivement des moyens coercitifs ?

Non, les forces de l'ordre, sauf à quelques exceptions près, n'ont pas fait un usage abusif de la force. L'utilisation d'aérosol contre les manifestants était justifiée. Oui, il fallait bloquer la manifestation à défaut de quoi nous aurions été dans une situation insurrectionnelle avec le palais de l'Elysée assiégé par des milliers de manifestants. Curieusement ce que personne n'a dit c'est qu'il n'y avait pas des centaines de manifestants sur les Champs Elysées mais des dizaines de milliers (il suffit de regarder les nombreuses vidéos sur YouTube). Il y avait même plusieurs centaines de manifestants pacifiques devant la grille de l'Elysée hurlant " Hollande démission " face à des forces de l'ordre complétement dépassées et affolées des conséquences. Cette situation n'est jamais arrivée à ma connaissance. C'est historique pour les forces de l'ordre. Il y aurait eu 1000 manifestants déterminés de plus et c'est la garde républicaine qui aurait du intervenir pour défendre l'enceinte du Palais. Là encore il s'agit d'un signe politique d'une grande force : la tentative d'une population déterminée et pacifique à interpeller directement le président de la république.

Qu'en est il de la polémique ?

La droite est ridicule quand elle hurle aux provocations policières. La police a fait son travail sur le terrain dans un contexte difficile. Je leur rends hommage. Il est probable que j'aurais agi de la même en utilisant des moyens peu coercitifs. Cependant les ordres étaient absurdes et le dispositif inadéquat. Oui la préfecture de police a fait n'importe quoi et n'a pas su gérer cette manifestation. Des unités se sont trouvées isolées comme ici : http://www.youtube.com/watch?v=z9DtXEEFR-Y. Heureusement que la foule était calme car sinon les fonctionnaires de police auraient pu être lynchés. Le préfet devrait en tirer toutes les conséquences de son échec. De même le ministre de l'intérieur est ridicule lorsqu'il est apparu transpirant en parlant " de casseurs d'extrême droite " (autrement dit des fascistes) pour stigmatiser cette manifestation. C'est ridicule et dangereux car des manifestants méprisés peuvent se radicaliser. Il s'agissait probablement de la plus grande manifestation de ces 30 dernières années rassemblant des familles paisibles (ne rentrons pas dans la guerre des chiffres mais parler de 300 000 manifestants est absurde! Pourquoi mentir alors que personne ne croit à ces chiffres ?). Nier la réalité est indigne de la démocratie car manifester est un droit essentiel et constitutionnel. De mon expérience du maintien de l'ordre j'en retiens que la manifestation est un outil de contestation nécessaire. Maintenir l'ordre c'est aussi permettre l'expression démocratique. Cependant, je me rends compte que seule la violence est hélas écoutée par nos gouvernants. La réforme Devaquet avait été retirée suite à des émeutes tout comme plus récemment le CPE. Que veut le gouvernement, une autre manifestation plus radicale avec des blessés de part et d'autres pour accepter le dialogue ? C'est dommage car ce sont les fonctionnaires de police et les gendarmes qui se retrouverons, une fois de plus, les victimes de cette incapacité politique à traiter ce mouvement populaire de grande ampleur. La manifestation du 24 mars 2013 restera en tout cas dans les annales du maintien de l'ordre comme celle où les forces de l'ordre ont été dépassées par un dispositif inadéquat face à une masse considérable de manifestants pacifiques. Et que dire si les organisateurs, au lieu de tempérer l'ardeur de certains, avaient donné pour consigne de descendre les Champs-Elysées...

 

 

( II ) Le deuxième lien renvoie à un reportage photographique, minutieux et extrêmement intéressant, montrant comment des tentatives ( heureusement avortées ) de provocations policières ont été faites. Photos et commentaires éloquents.

Mr Valls, par convictions personnelles, ou sur ordre ( de qui? ), n'a t-il pas à s'exprimer pour dissiper des soupçons légitimes, tout en prenant garde au respect de la vérité. Car ce qui vient d'arriver à Jérome Cahuzac montre que le mensonge peut encore être mortel.

Visionnez ce lien, il en vaut la peine : http://illwieckz.net/journal/Avis_de_recherche

Le Scrutateur. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article