Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Notre Intérim d'hier s'est pris au jeu. Il veut revenir plus souvent, et participer à la résistance guadeloupéenne contre la déstructuration, par des articles réguliers. Ceci sous son nom de Max Cirederf.

Il revient, dans son style acidulé, sur la parlotte congressiste d'hier. LS.

-4--josette-borel-lincertin.jpg ( Madame Josette Borel-Lincertain, présidente du Conseil Régional de la Guadeloupe, et hier présidente du Congrès des élus. Cet ancien proviseur des lycées, très estimé dans cette fonction, semble plus mal à son aise dans la direction de ses actuels collègues politiciens, nettement plus vicieux que les partenaires d'un conseil d'administration de lycée, ou d'un Conseil de classe! ). 


LES COMPETENCES AU MENU DE « Chez Josette »

 

 

 Des heures durant, les invités de « Chez Josette » s’en sont pris aux définitions, répétitions et autres voltiges d’élocution, pour faire comprendre à qui pourrait le faire, que rien ne pourra arriver en Guadeloupe, si le CONGRES ne précise pas clairement et avec ses mots (ou ses maux) au Premier Ministre tout ce que veut « le peuple » de Guadeloupe.

 

Le maître mot était « compétence » et là-dessus ils ont tous pété les plombs, depuis le Secrétaire du Sénat accessoirement Président du Congrès en Janvier, en passant par la tenancière de la maison grande ouverte, (ne nous trompons pas hein !!!), et bien entendu sans oublier tous les invités, ou ce qui en restait après les agapes de 14h à 18H.

 

C’est bien vrai pour parler de compétences, il ne restait plus que ceux qui pétaient les plombs, donc des « c …s pétants »…..

 

Un vieil adage que mes profs de français et de philo répétaient à chaque occasion de remise d’une dissertation ou d’une interro  «  ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément ».

A en juger par tout ce que j’ai pu entendre au cours de cette fin d’après-midi et soirée avancée, aucun de ces intervenants n’a jamais dû savoir ce que voulait dire cet adage.

 

Aussi parmi les compétences réclamées  ils auraient dû penser  inscrire, la recrue d’une vraie compétence en matière de présentation, d’élocution, d’exposé, ce  qui ne pourrait qu’être un vrai prof de philo ayant largement fait ses classes et ses preuves, pour supporter une « refondation intellectuelle » de tous ces c…pétants.

Vont-ils y penser ????

 

Mais ont-ils eu seulement l’occasion de lire ou relire la position de la Ministre en charge de présenter un de ces jours le projet de loi, dit « Acte III de la décentralisation » ?

 

Voici ce que déclarait le 16 novembre 2012 à la Clôture des Journées des Communautés Urbaines, la dite ministre,  Mme LEBRANCHU :

 

« Comme le Président de la République l’a annoncé lors des Etats généraux de la « démocratie territoriale, le gouvernement travaille à la prochaine étape de « décentralisation. Ce n’est pas seulement un acte supplémentaire mais bien un « acte de la modernisation de l’action publique.

« Il s’agit de mieuxpenser, de mieuxdéfinir et simplifierl’intervention publique « dans le sens de lalisibilité et de l’efficacité. C’est tout le sens de l’action du « Ministère dont j’ai la charge : réformer l’action publique, mettre en cohérence « mission et outils de l’Etat avec les compétences et initiatives des collectivités locales ».

………….

« Vous l’aurez compris cette nouvelle étape de décentralisation ne constitue pas un « acte supplémentaire de transferts de compétence sans prise en compte globale de « notre organisation territoriale dans les territoires urbains. C’est une nouvelle « étape de modernisation de l’action  publique ».

 

Mais nos Congressistes ont-ils seulement lu et compris ces termes ??? On en doute encore.

Depuis, la collègue Sénatrice ESCOFFIER, devenue Ministre déléguée auprès de LEBRANCHU, a multiplié les interventions pour rappeler que la phase de présentation du Projet de loi « Acte III de la décentralisation » interviendra en Février 2013, en Conseil des Ministres et les discussions parlementaires, après une phase de concertation avec les Elus, sera pour « l’été ».

 

Mais alors pourquoi tant de précipitation pour faire adopter en pleine digestion et début de sieste bien méritée, des textes mal rédigés, incompréhensibles et incohérents ?

Alors que le Secrétaire du Sénat a tout le premier semestre 2013 pour faire ses élites (pas élytres , comme dirait un ancien ministre bien connue chez nous….) rédiger en bon français et avec cohérence des résolutions qu’un nouveau CONGRES adoptera, et dont il sera le porte drapeau, ou porte serviette à Paris, pour que la Sénatrice ESCOFFIER devenue Ministre, après avoir été Préfet, lui approuve ses amendements qu’il ne sera pas obligé de retirer lors des discussions en séance plénière.

 

Réellement, il aurait mieux valu suivre les conseils du plus Petit Parti de Guadeloupe, en abrégé les « 2PDG » (et vite dit on peut entendre les 2 PD   G…… d’où le seul sigle en vigueur P.P.D.G.), et annuler cette perte de temps, d’esprit de synthèse, de bonnes occasions de se taire ou se distraire au lieu de dormir en séance…..

 

CONCLUSION : A QUOI A BIEN PU SERVIR CET EXERCICE CONGRES 2012?

VALIDER LE DOCUMENT SANS ILLUSTRATIONS DU « COMITE DE …… » , DONT D’AILLEURS UN ÉMINENT CONSEILLER A PROPOSE D’EN CHANGER LE TITRE !!!!!!

MÊME PAS LE RESPECT DES SOMMES …… DE TEMPS ET DE TRAVAIL DÉPENSÉES PAR CE CABINET SPÉCIALISTE POUR RÉDIGER ET RE-RÉDIGER CE DOCUMENT QUI FERA DATE !!!!!

MAIS TOUT SE PAYE ET LE SUCCES AUSSI. CEUX QUI LISENT LES BILANS ET COMPTES DE GESTION DES COLLECTIVITES COMPRENDRONT POURQUOI CELA A COÛTER SOIT TRES CHER (?) SOIT SI PEU !!!!!

 

Alors comme cela a été écrit : au travail cons eillers (faute de frappe involontaire) pour améliorer ces rendus de réunions et autres résolutions afin d’épater le 1er Ministre en Mars 2013 lorsqu’il décidera, au vu du plaidoyer du Maître du tapis vert, de consulter le « peuple » guadeloupéen pour lui demander d’avaler cette montagne d’inepties en demandes de compétences, transférant ainsi à Basse-Terre ce que ni Matignon, ni Bercy et encore moins Oudinot ne savent faire pour le bien de ce « peuple » en souffrance.

Noël est passé et le Père noël aussi, seuls Pimprenelle et Nicolas sont encore là pour bercer d’illusions ceux que le sommeil n’a pas emporté……

 

Moi je dis, relisez les articles de la Constitution, on y trouvera la vraie définition constitutionnelle de la « population » de la Guadeloupe au sens électoral, économique et autres acceptions du terme, qui n’est pas la même chose que « peuple ».

 

Je dis aussi «  100 fois sur le métier remettez votre ouvrage » et soyez un peu plus modestes, car la démonstration flagrante de l’incapacité à rédiger et surtout à tenter de  légiférer a été faite en ce 27 décembre 2012. Et cela quel que soit l’intervenant ou son titre dans la hiérarchie d’une collectivité, d’un Parti ou d’un service.

 

C’est bien vrai « l’habit ne fait pas le moine », avec ou sans cravate !!!!!!

Mais on aura quand même vu se profiler sur les écrans et lors des prises de paroles ou de répliques, les « néo- bozizé ou mugabé », modèles exclusifs GWADA !!!

 

La suite au prochain numéro.

 

Max Cirederf.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article