Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

( Les mêmes qui ont conditionné l'opinion publique par une campagne de calomnie sans précédent contre Sarkozy lors de la présidentielle tentent de rééditer leur mauvais coup pour les législatives.

Le blogue de Minurne, et l'UNI, chacun à leur manière, réagissent contre contre le mensonge institutionnalisé. LS ).

Sondages-copie-1.jpg

 

PENDANT LA CAMPAGNE DES LEGISLATIVES, LA MANIPULATION DES MEDIAS CONTINUE (sondage)



 http://minurne.blog4ever.com/blog/lire-article-431391-9323983-pendant_la_campagne_des_legislatives__la_manipulat.html



Ce matin, les médias bruissent avec gourmandise du dernier sondage "qui donne la gauche en progression, et largement en tête des législatives".

 

Moi, vous me connaissez (comme disait le commissaire San Antonio), je suis par nature curieux et dubitatif. Je prends donc attentivement connaissance dudit sondage...

Et là, surprise !...

 

Résultats du sondage réalisé par Ifop-Fiducial pour Europe1, Paris-Match et Public Sénat. Sondage réalisé par téléphone les 18 et 19 mai 2012, auprès d'un échantillon représentatif de 860 personnes âgées de 18 ans et plus et inscrites sur les listes électorales (méthode des quotas).

 

PS : 34,5 % (+3,5)

UMP, Radicaux, N. Centre : 32,5 % (+1)

FN : 16 % (-2)

Front de Gauche : 7 % (-1)

EELV : 4,5 % (-0,5)

Modem : 4 % (-0,5)

NPA : 0,5 % (-0,5)

Debout la République : 0,5 % (=)

LO : 0,5 % (=)

 

TOTAL :  100 %

 

Décryptage...

 

1 - Certes le PS progresse, mais ses alliés stagnent voire même reculent. Le Front de Gauche, en baisse de 1 %, est très en deça de son score aux présidentielles. Le FN, annoncé lui aussi en recul, est en réalité plutôt élevé pour une législative post-présidentielle.

 

2 - Si on compare le total des voix de l'ensemble de la droite (en bleu) et de l'ensemble de la gauche (en rouge), le résultat donne un net avantage à la droite :

49 % contre 47 % !

Ce qui montre bien la nécessité d'une union électorale à droite, pour faire barrage à l'alliance socialo-écolo-communiste.



On n'a pas compté les voix du Modem (4 %) car elles iront sans doute s'égayer un peu partout.

 

Nous confirmons : même après ce battage médiatique extatique sans précédent au profit de Flanby, la droite reste majoritaire en France.

 

3 - Les élections législatives étant un scrutin uninominal à 2 tours et par circonscription, les scores globaux par parti ne donnent qu'une indication de tendance, et en aucun cas une projection de la future assemblée. C'est évident, mais peu de commentateurs trouvent nécessaire de le rappeler.

 

4 - Tout le monde sait que la présidentielle a été un plébiscite contre Sarkozy. Ca devait être DSK, ce fut Hollande. Par défaut, et au grand dam de la plupart des caciques du PS. Compte tenu de la haine attisée par les médias depuis 5 ans contre l'ancien président, une huître aurait sans doute été élue. On peut raisonnablement en conclure que, Sarkozy "dégagé", les Français voteront localement comme ils en ont l'habitude, Hollande (et c'est un euphémisme) ne suscitant pas franchement une "envie" ni un "désir".

 

5 - Aux législatives, les candidats ayant obtenu au moins 12,5 % des inscrits au 1er tour peuvent se maintenir au second. Et c'est bien là le point faible de la droite. Le FN, comme l'UMP, ont annoncé que leurs candidats se maintiendront partout où ils le pourront. Cette division annoncée au 2ème tour, face à une gauche qui joue parfaitement depuis des années sa partition du "désistement républicain", est évidemment potentiellement mortelle pour la droite.

 

C'est la raison pour laquelle nous pensons que, face à cette attitude suicidaire des états-majors, c'est aux électeurs d'organiser eux-mêmes le désistement républicain et patriote en s'engageant à voter au 2ème tour pour le candidat le mieux placé du 1er tour, quel qu'il soit.



6 - En fait, à un peu plus de 2 semaines du premier tour, les sondages restent très serrés. Et, compte tenu de la marge d'erreur inhérente à tout sondage, des incertitudes qui pèsent encore sur le taux de participation, des spécifités locales, où la personnalité d'un député compte parfois plus que son appartenance politique, de l'hésitation des Français à donner un blanc-seing à la gauche, et de bien d'autres choses encore, cette élection législative reste totalement ouverte.

 

N'écoutez pas ces voix qui s'élèvent en prédisant tous les malheurs à la France en cas de cohabitation. C'est au contraire, dans la situation présente, ce qui peut lui arriver de mieux : empêcher Hollande de mettre à exécution son projet délirant.

 

Jospin, le soir du 6 mai, ayant senti le danger, se répandait partout en demandant aux Français de "donner maintenant une large majorité à Hollande, pour redresser la France", prévoyant pour elle les pires malheurs en cas de cohabitation. Aucun journaliste n'eut l'idée de lui rétorquer qu'il n'avait pas eu ce genre d'état d'âme en 1997 quand il devint pour 5 ans Premier ministre de Jacques Chirac.

 

Quant à Fabius qui, par un habile jeu dialectique entre les 2 tours des législatives de 2007, fit perdre une vingtaine de sièges à la droite en agitant le chiffon rouge de la Tva sociale face à Borloo, il espérait bien, par ce sale coup médiatique, faire basculer la majorité parlementaire du côté de la gauche, forçant Sarkozy à une cohabitation.

 

Les institutions sont ainsi, et elles fonctionnent fort bien. D'ailleurs, le rêve secret des socialo-écolo-communistes est d'obtenir une majorité suffisament large pour faire voter par le Congrès toutes les lois constitutionnelles permettant d'abattre cette V° République qu'ils haïssent plus que tout.

Il leur faut pour cela une majorité qualifiée de trois cinquièmes. Ils ont déja la majorité simple au Sénat, un raz de marée à l'Assemblée Nationale leur conviendrait parfaitement.

Ne leur donnons pas ce plaisir, et surtout ne précipitons pas la France dans cette aventure. Jamais, dans l'histoire de la V° République, un parti n'a contrôlé autant de rouages, aux niveaux national, régional, départemental, municipal.

Sans compter la propagande "éducative" qui formate nos enfants dès l'école primaire et les médias à la botte qui décrètent la bien-pensance.

 

Tout est encore possible. Mobilisons nous. Pratiquons d'autorité le désistement républicain patriotique. Votons pour la cohabitation.

Hollande sera un président potiche inaugurant les chrysantèmes. Comme René Coty.

Ca lui ira très bien, il fatigue vite parait-il. Et il pourra se permettre quelques retards aux réunions...

 

MINURNE






NON A L'ETAT PS !

NON AU DROIT DE VOTE DES ETRANGERS !

NON AU RECRUTEMENT MASSIF DE FONCTIONNAIRES !

DISCIPLINE REPUBLICAINE ET PATRIOTIQUE !

VOTONS AU 2ème TOUR POUR LE CANDIDAT DE DROITE LE MIEUX PLACE !



( II ) Signez la pétition de l'UNI : Depuis quelque temps circule sur internet un message dénonçant le privilège fiscal dont bénéficient les journalistes et les dirigeants de presse. Créé en 1934, et autorisant un abattement de 30 % (pour frais professionnels) sur le revenu imposable, cet avantage fut supprimé par Juppé, et rétabli par Jospin sous une forme allégée, puisque plafonné à 50 000 F (soit 7 650 € aujourd'hui). Le gouvernement étant à la recherche de toutes les niches fiscales possibles, nous nous associons bien volontiers à la présente pétition, initiative de l'UNI, réclamant l'abolition de ce privilège, à l'heure où tous les Français vont être appelés, d'une manière ou d'une autre, à réduire  leur train de vie.

D'autant plus que, loin d'envisager de supprimer cet avantage d'un autre temps, il est question au contraire, à la demande des syndicats de journalistes, de l'augmenter considérablement !

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L'ARTICLE ET SIGNER LA PETITION


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ch.FFRENCH 28/05/2012 13:03


Le commentaire de cette femme greque est pathétique!


Mais cela nous fait encore plus peur en pensant dans quelles mains la France est tombée...


Cela peut nous arriver si nous ne gagnons pas les législatives!

CH.FFRENCH 28/05/2012 12:54


En plus je touve que les journaux "dits de droite", sont mi-chèvre mi-chou, ils ont peur de quoi ?


Ils devraient, à mon humble avis faire plus de bub pour la droite et les législatives! Au lieu de çà, ils parlent comme les autres de guerre de chefs etc...


Et ce n'est pas comme cela que la droite gagnera, pour empêcher hollande et sa bande de voyous de mettre la France à quatre pattes.

Dissident 26/05/2012 17:37


Rappel : Manipulation.


...


FRANCOIS HOLLANDE : LE TRICHEUR DEMASQUE (VIDEO) !



On est en 1983. La droite a perdu les élections en 1981 et prépare la reconquête.


 Sort un livre, genre brûlot politique, signé "Caton", dont on ignore l'identité véritable mais qui se présente comme un "grand dirigeant de la
droite".


 On apprendra quelques mois plus tard qui est "Caton" : le journaliste André Bercoff, à l'époque d'ailleurs plutôt de gauche que de
droite.


 France Inter avait alors interviewé le fameux "Caton", pour faire la promotion du livre.


André Bercoff, qui craignait que sa voix ne soit reconnue, avait demandé à un jeune homme de téléphoner en se faisant passer pour "Caton".


 Ecoutez bien la voix de ce jeune homme de l'époque ! C'est absolument stupéfiant.


 Le tricheur, qui démarrait une belle carrière dans le mensonge et la duplicité, était alors au cabinet de Max Gallo (porte-parole du gouvernement),
après un court passage (un mois) à l'Elysée auprès de son idole.


 François Hollande se faisant passer pour un dirigeant de la droite à l'occasion d'un coup de téléphone
anonyme à France Inter ! Faites circuler cette vidéo ! 


http://minurne.blog4ever.com/blog/lire-article-431391-7535175-francois_hollande___le_tricheur_demasque__video___.html


 

Dissident 26/05/2012 16:40


NON A
L'ETAT PS !


NON AU
DROIT DE VOTE DES ETRANGERS !


NON AU
RECRUTEMENT MASSIF DE FONCTIONNAIRES !


NON AU
« MARIAGE » DES MACOUMERES !


NON A
L’ENSEIGNEMENT DU GENDER !


NON A
L’AVORTEMENT !


NON A
l’ISLAM !


NON A
L’UE !


NON
AUX KONS!


OUI AU
CHRIST !


A propos, la
France n’avait, n’a et n’aura jamais d’autre Première Dame que NOTRE DAME. Valérie n’est que la dernière concubine d’un charlatan grotesque dont le monde entier se gausse : Plié en deux
qu’il est, le monde.


 

Dissident 26/05/2012 13:37



Regardons bien ce qui se passe en Grèce puisque c’est ce qui nous pend au bout du nez.



 …


500 mots
d’une citoyenne grecque


24 mai 2012


Nous autres humains,
nous formons des projets ainsi. Nous disons : s’il pleut demain, je n’irai pas au parc. Nous attendons pour voir ce qui adviendra. Et nous agissons. Ces trente derniers mois, en Grèce, la vie a
dépendu d’autres choses. Tout d’abord, il y a eu les réductions de bonus. Si je n’obtiens pas mon bonus de Noël1, je ne me ferai pas soigner les dents ; colère. Ensuite, ce fut le tour
des réductions de salaires. Si mon salaire n’est pas réduit de 30%, j’économiserai pour les études de ma fille ; douleur. Puis les licenciements. Si j’ai un boulot le mois prochain, je paierai
les versements de mon emprunt ; frustration. Puis il y eut le chômage. Si je trouve un job le mois prochain, je réglerai la nouvelle taxe sur ma facture d’électricité ; anxiété. Puis ce fut
l’emprunt. Si personne ne m’accorde de prêt, je vais me retrouver à la rue ; panique. Puis les nouvelles mensualités d’impôts et de prêts. Si personne ne fait quelque chose pour changer tout ça,
je ne vais pas pouvoir survivre ; désespoir.


Tout le monde ne vit pas
sous les échéances décrites ici. Il y a des sociétés, en Grèce, qui font des profits à l’instant où j’écris ces lignes. Néanmoins, elles réduisent les salaires et licencient du personnel. Elles
disent que le profit n’est présent, au présent, que lorsque les gains sont visibles dans le futur.


Et tout le monde ne vit
pas chaque point de ces échéances-là au même moment. Certains sont virés plus tard que d’autres. Certains trouvent des boulots de merde, d’autres n’en trouvent aucun. Certains partent s’installer
chez leurs parents, d’autres se retrouvent à la rue. Certains ne peuvent plus se permettre d’avoir une voiture et d’autres ne peuvent plus se permettre de donner tous les jours quelque chose à
manger à leurs enfants. Certains émigrent et d’autres se suicident. Au début, certains espéraient que l’échéance ne les atteindrait pas. Ils se contentaient d’attendre. Mais vint avec le temps la
conscience que le temps, dans cette échéance, passe inexorablement, se rapproche d’eux, les menace, menace leur vie.


La question de la
politique fut posée : si l’ordre politique ancien n’est pas ré-établi, alors je serai détrompé de mon illusion selon laquelle mon sacrifice avait un sens ; claustrophobie. Si un nouvel ordre
politique est établi, je pourrais bien être encore une fois déçue ; crainte de l’espoir.


Vinrent les élections;
la crainte de l’espoir prévalut sur la claustrophobie et donna place à l’espoir. Vous auriez dû être là pour voir les sourires. Nous nous préparons maintenant pour les nouvelles élections.
Maintenant, l’échéance compte un nouveau point: si la Grèce demeure dans la zone euro, je pourrai penser ma vie au futur. Si la Grèce est débarrassée de l’austérité, je pourrai me libérer du
désespoir et vivre la vie qui convient à un être humain. Maintenant l’UE, la BCE et le FMI déclarent qu’ils veulent que la Grèce reste dans la zone euro, mais qu’ils ne peuvent pas modifier le
plan d’austérité. Ils disent que les Grecs sont libres de choisir. Nous disons qu’aucun homme n’est libre s’il lui est demandé de choisir entre l’impensable et l’invivable. Nous, Grecs, disons:
aidez-nous dans notre lutte.


http://www.okeanews.fr/200-mots/