Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

LE trust raciste du LKP et DES NATIONALISTES

 

article_photo_1235226238455-2-0.jpg ( Elie Domota).

 

 

Les problèmes sociaux-économiques que rencontrent notre île sont visiblement loin de se résoudre avec l'extrémisme du lkp !
Je crois qu'il me faut un bon livre d'histoire et de sociologie pour mieux comprendre ce qui anime ce mouvement du LKP.
Objectivement, parler d'avenir sans cesser de rabâcher le passé me semble fort contradictoire mais bon, il semble que chacun arrange l'histoire à sa sauce.

Plus prosaiquement, je crois que M. DOMOTA discrédite son discours ainsi que le débat en Guadeloupe par sa paranoia aigue , il y a beaucoup de constats mais force est de constater que seule la cause des noirs antillais ( les indiens cités par DOMOTA n'étant qu'un faire valoir à des fins de propagande ) est plaidée alors que nous ne sommes plus , depuis très longtemps, sous un régime esclavagiste et colonialiste.
Consternant tous ces suiveurs ( la piétaille LKP ) qui s'imaginent que leur mouvement aboutira à faire changer quelque chose si ce n'est attiser la haine, faire augmenter la violence , le chomage, et le racisme.

Je m'inscris en faux contre les declarations de Domota concernant l'absence des cadres antillais dans les entreprises et la fonction publique , car la très grosse majorité de cadres sont véritablement guadeloupéens. Il faudrait dire à ce débile mental ainsi qu'à ses thuriféraires que ce n'est pas en faisant une fixation sur les noirs et les indiens et tout ce que ça sous entend comme racisme éculé des nationalistes ( souvent marié avec des blanches d'ailleurs ) qu'ils vont retenir les jeunes cadres antillais qui partent tous à l'étranger écoeurés par le climat délétére qui régne en guadeloupe depuis le LKP et j'en connais pas mal qui ne veulent plus revenir travailler en Guadeloupe alors qu'ils occupent de hauts postes à l'étranger ............. et en FRANCE .

 

Et que penser de ce discours d’Elie Domota qui clame «La Guadeloupe aux endogènes noirs et indiens excluant les blancs premiers habitants de la Guadeloupe après les caraibes et awaraks !» qui n’est pas sans rappeler «La France aux Français du FN», à la différence près que le discours de Domota soulève l’enthousiasme de nos gauchos, alter-mondialistes et autres antiracistes labellisés , tandis que si vous vous avisiez de défiler banderoles déployées et drapeaux tricolores au vent pour clamer «La France aux Français», vous seriez immanquablement taxés de racistes xénophobes et seriez poursuivis par les associations antiracistes subventionnées par l’Etat. Et qu’en serait-il si les manifestants clamaient «La France aux Français blancs» ? Je ne m’y associerais pas mais bon sang, quels sont ces connards, ces salopards qui s’associent aux slogans racistes d’Outre Mer ? L’Hexagone compte presque autant de Français d’origine antillaise que les Antilles. Nul ne s’en plaint, il s’ajoutent aux Bretons, Auvergnats, Provençaux, Chtimis, Alsaciens et autres. Ils étaient Français avant les Savoyards par exemple et si leur Histoire est parfois douloureuse, il faut se rappeler que chaque peuple, chaque collectivité ethnique ou culturelle porte dans son Histoire, à un moment plus ou moins proche, sa part de douleurs, de souffrances qui pèsent sur la mémoire collective.

 

 

Wo--blan.jpg ( A Pointe-à-Pitre, en 1999. Se passe de commentaire).

 

 

 

Le mot «esclavage» ressassé à l'envi par le LKP refait chaque fois surface dans la mémoire collective des Antillais. Mais l’esclavage, le servage ont fait également des ravages dans la mémoire des peuples européens. Des Européens, des Européennes furent capturés comme esclaves par des Barbaresques et des Barbaresques furent à l’inverse capturés par des Européens. Les serfs «blancs» et chrétiens furent asservis, méprisés et humiliés par les seigneurs non moins blancs et non moins chrétiens. Mais si nous entretenons des monuments de martyrs du passé pour illustrer notre Histoire, nous ne construirons jamais un avenir commun sur des soubassements faits de récriminations, alors que «nous», Blancs, Noirs, Jaunes d’aujourd’hui, issus de maîtres, d’ouvriers libres, de serfs ou d’esclaves n’étions pas nés à l’époque. Quand je vois dans une école maternelle de Baie - Mahault des enfants de toutes les couleurs jouer ensemble, que peuvent-ils se reprocher mutuellement si on ne les endoctrine pas les uns contre les autres comme le font les sbires du LKP ?
Alors l’emploi du terme «endogène» par Elie Domota serait délirant s’il n’était pas sciemment ajouté aux impostures de l’agitprop marxisante. En quoi les Békés sont-ils moins «endogènes» que les Noirs et Créoles ? Les uns et les autres sont les descendants d’immigrés, de gré ou de force, qui ont pris la place des «endogènes» caraïbes. D’autres «immigrés» forcés ont créé des Etats et des nations. Ce sont par exemple des forçats «blancs» déportés qui constituèrent le premier peuplement de l’Australie, au détriment des Aborigènes «endogènes», ce sont des femmes «de mauvaise vie», en réalité des pauvresses sans défense, qui furent déportées au Québec pour assurer la multiplication des colons français. Dans ces deux régions, la page des récriminations fut vite tournée au profit de la construction d’un avenir prospère. Les Créoles, Antillais, pas plus que les Québécois ou les Australiens, ne peuvent se proclamer «endogènes». Sauf que derrière cette appropriation d’un brevet d’authenticité se dissimule une idéologie raciste «de couleur» qui n’est pas moins dégueulasse mais certainement plus perverse et hypocrite que le racisme blanc. Le socialisme du parti d’Elie Domota est bien le cousin «germain» du National Socialisme aryen quelque peu métissé de trotskisme. Ce n’est pas incompatible, ils ont en commun des gènes du totalitarisme.

Le LKP est fait de racisme qui l'apparente au National socialisme aryen, de méthodes musclées pour obliger les commerçants à fermer sous la menace, d’agitprop et recours à l'imposture qui l'apparentent au marxisme léniniste, trotskiste et stalinien. Pas de doute, les Antilles sont bien les terres de tous les métissages… idéologiques, mais surement pas de totalitarismes racistes et noiristes que de surcroit l'on ne retrouve pas dans les iîes anglaises pourtant proche de nous par la population et l'histoire.

DOLTO 

 

 

img040.jpg (Cette image est la reproduction d'une page du journal Guadeloupe 2000, en mai 1981. Au centre un jeune nazi, en train de placarder une affiche anti nazie sur un magasin appartenant à des juifs, à Berlin en 1933.

Tout autour quelques-uns des gribouillages racistes anti blancs, de même nature, sur des boutiques appartenant à des blancs, ou des personnes métis pro françaises, à Pointe-à-Pitre en 1981, par les pères "spirituels" des gens du LKP. Le scanage de cette page, dans une collection reliée de Guadeloupe 2000, n'a pas été facile, et explique le caractère imparfait de cette reproduction).

 

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tamarin 21/10/2014 21:18

Lorsque les médias dominants nous balancent à longueur de temps filmes ,émissions de télé,sur le génocide des juifs par les nazi,c'est politiquement correcte,très tendance,lorsque des nègres ne veulent pas absoudre le passé coloniale et esclavagiste de l'occident ,lorsque ils luttent;ce tiennent debout ,ce font respecter,cela deviens de la victimisation déplacé...ben voyons...Notre rôle serait de zouker et de jouer au foot ou bien encore de courir vite...Dolto ont t’emmerdent nous ne ferons pas l'économie ,nous ne passerons pas sous silence les crimes de la colonisation et de la traite,osez comparer le LKP avec le Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterparte...quelle culot c’est juste obscène! Dolto oui nous réglerons nos comptes malgré des crapules de ton espèce,larbin des békés...