Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

PHO948940ea-1666-11e3-a417-47e95cbca112-805x453.jpg

 

Dans le gouvernement de niais auquel elles appartiennent, deux personnalités tranchent : Manuel Valls, et Christina Taubira. 

Pour cela, elles vont grandir en popularité dans cette partie de l'électorat de gauche qui garde encore des illusions sur l'idéologie dont se réclame l'actuel gouvernement. 

Valls est l'homme de ceux des citoyens, pas seulement à gauche, ( hélas! ) qui croient à son discours de fermeté face à la délinquance croissante, et au délitement de la vie politique nationale. 

Je crois qu'ils se trompent et que la posture de fermeté du ministre de l'intérieur, n'est qu'un leurre. La preuve en est que son opposition prétendue au programme du ministre de la justice, a fondu comme neige au soleil au congrès récent du PS à la Rochelle. 

Taubira  au contraire incarne un curieux mélange de la vieille politique du parti radical, et de celle, pourrie, des soi-disant écologistes et vrais bourgeois bohèmes ( les fameux bobos ), coupé de relents "anti colonialistes" de l'ancienne ( ? ) indépendantiste guyanaise. 

Ceux qui ont suivi la totalité de l'émission de ce soir, sur France II, ont pu juger, de cette passionaria, je l'espère, comme elle le mérite. 

Taubira est incontestablement une rhétoricienne redoutable, une bête de télé comme l'a dit F-O Giesbert, capable comme peu sont encore capables de le faire, au temps des énarques, d'un vocabulaire varié, et même d'employer l'imparfait du subjonctif. Petite préciosité qu'elle tient peut-être de son appartenance à la mouvance outre mer de la France, et particulièrement antillo-guyanaise de la passionaria. Raymond Barre, le Réunionnais, ne répugnait pas non plus, qu'on s'en souvienne à ces petites mignardises. Et Rome n'est plus dans Rome, elle est toute où nous sommes. 

Mais si la rhétorique est l'art de bien parler, elle peut être, aussi, celui de bien tromper et de dissimuler sous un cliquetis de mots bien agencés, celui de masquer la réalité, éventuellement de maquiller, en lui donnant l'air d'un plein, ce qui ne serait qu'un vide sidéral. 

A cet égard, les amateurs auront été comblés, je ne dis pas convaincus, par le festival taubirien. 

La dame a joué, un temps, face à des journalistes craintifs, et tétanisés, à la manière d'un bateleur de foire, de toute la gamme des fards, des pirouettes, qu'un Benito Mussolini, en son temps utilisa, sans vergogne, pour séduire les plus crédules des masses populaires. 

Mise en avant de sa personne physique, dansant, chantant, ondulant à la façon d'une courtisane, jouant des reins, du menton comme l'illustre Bénito. 

Rhétorique toujours, dissimulation sous des nuages de fumées : on éludait à tour de bras. Sur le désaccord entre elle et Valls, évident, elle récuse, et se sauve par une pirouette : " c'est un match qui n'existe pas entre nous, mais qui est commenté par des myriades de journalistes". 

Et flatteurs d'applaudir!

Quand vint le moment de répondre sérieusement aux questions techniques sur les lois dont elle est porteuse, cela fut plus difficile. La dame hésitait, bottait en touche, répondait par l'intimidation.  

On l'entendit même dire : " je fais partie des gens dont certains pensent qu'ils n'auraient pas dû occuper la place qui est la leur". ( L'arme nucléaire ne fut pas utilisée, mais il s'en fallut de peu : la référence à sa négritude ). 

Même technique face, en fin d'émission, à M. Estrosi, maire UMP de Nice, et ancien ministre. 

Là, Taubira rencontra plus que de la résistance, une offensive vive et argumentée. Elle y répondit par la dénégation bruyante, et l'indignation surjouée. L'indignation, cette porte dérobée des esprits en difficulté. 

Le moment le plus difficile pour notre spécialiste en artifices pyrotechniques, fut le témoignage d'une mère, dont la fille est la récente victime d'un de ces criminels endurcis que semblent protéger les projets juridiques du garde des sceaux. Comme cette femme, au discours calme et réfléchi, mettait en question, directement les projets du ministre, Taubira trouva le secret de l'escalier dérobé: le silence. Le silence devant la douleur. " On ne commente pas la douleur". Ah? Bien sûr. 

Sauf pour les appointés du PS, et les niais ( dont on ne saurait minimiser, certes, ni le nombre, ni la capacité de nuisance ), cette soirée, pour qui a regardé cette émission objectivement, a confirmé la faiblesse du projet gouvernemental. et sa nuisance, est une implacable évidence. 

L'idéologie qui la supporte est pestilentielle. 

Dans le combat contre cette peste, le combat doit être sans merci. 

Un combat, lecteurs, que nous devons mener sans faillir. 

 

Edouard Boulogne. 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dissident 07/09/2013 13:56


Oui, elle est démoniaque. Ses lois scélérates le démontrent amplement. Oui, cette créature monstrueuse hait de toute son ame enténébrée les francais et la
France. Néanmoins  elle n'est rien et n'arrivera jamais à rien : elle ne laissera pas de souvenirs sauf mauvais, n'égalera jamais son compatriote Eboué et sera
finalement confondue quand ses lois infames seront abrogées. Taubira est la honte de la Guyane et de la France, et, par un juste retour des choses et puisqu'elle hait tant les francais,
c'est maintenant la France entière qui la hait et qui la maudit.

pierre 07/09/2013 05:12


deux choses m'ont frappé dans le discours de Mme Taubira.


- d'abord cette suffisance d'elle même, cette  volonté presque démoniaque à vouloir absolument séduire quitte à contredire et défaire les réalités tangibles; elle a seulement
oublié que pour séduire, il faut être séduisante...et ,en la circonstance elle s'est faite recadrée par Giesberg qui l'a décrit en "bête de télé"! et paf ! un pavé dans la mare  sans
vague de nos "socialeux" bien pensant! et que croyez vous que la "bête" fît ? éclaboussée, elle se mit à vociférer de plus belle! jusqu'à la dernière seconde "sachant qu'elle en a pour peu de
temps!"


- ensuite, plus que la tentative avorté de séduction,et la posture,elle à tenté de noyer le poisson en orientant le discours vers un débat technique,théorique ,voire académique,loin des réalités
de la multiplication de la délinquance et de la criminalité ,notamment dans la ville de marseille ; marseille  ou l'échec de la politique de manuel walls en matière de
sécurité,n'est plus un secret pour personne.


enfin,face à la douleur et l'émotion d'une mère qui pleure sa fille, victime d'un criminel, un de plus elle oppose son" silence" et tant pis pour la douleur de cette française, je crois
qu'elle déteste profondément les français et la France.D'ailleurs elle l'a dit elle même "qu'lle n'incarne rien",prête à ouvrir les prisons!et j'ajoute tant pis pour les français qui ont
construit à sueur et à sang une société que des démons comme elles ont aujourd'hui le pouvoir de détruire.


plus que jamais,il faudra encore et encore ,expliquerà nos compatriotes, la nécessité   de défendre ce qui nous tient encore debout!  debout la france debout la
Guadeloupe!                                                                      


 


 


 


 

castets 06/09/2013 17:44


Bonjour Mr boulogne,


Hélas, je n'ai pas fais partie des courageux... Peut-être sera-t-elle réinvitée contre remboursement. Cette caricature de justice semble moins prisée que la pavé parisien malgré un décompte
tronqué ! Relvé sur audimat.


http://www.boursorama.com/forum-politique-audimat-taubira-enfonce-france-2-426214769-1


"De son côté, France 2 misait sur un magazine politique. "Des paroles et des actes", présenté par David Pujadas, a séduit 2.020.000 téléspectateurs, soit 9,1 % de part de marché."


Bonne soirée Cjj


 

Chantal Etzol 06/09/2013 13:13


La nature a horreur du vide: absolument d'accord avec le scrutateur sur la vacuité de "moi,Taubira" dans cette émission. Par ailleurs le mot conscience doit avoir un sens tout particulier dans la
novlangue de la Taubira;la Guadeloupe en sait quelquechose: le sang de jacques Bino,pas plus que celui de Marie-josé Aubéry et de Marie Catan ne pose de problèmes de conscience à un ministre
de la Justice.Enfin, taubira ne supporte pas un patron, puisqu'elle refuse de répondre à "on dit que". Mais Madame, en démocratie, l'Etat c'est "on", le ROI c'est ON, derrière lequel vous
et vos amis vous cachez tous les jours pour voter des lois iniques et destructrices de la nation. L'avantage de ON, c'est qu'il est à géométrie variable...  Ch. Etzol