Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Scrutateur : Rapport d'étape ( 4 juin 2010).  

 

 

Veilleur-1.jpeg

 

Chers lecteurs,


 

J'ai le plaisir de vous annoncer que la journée d'hier a vu passer sur notre blog le trois cent millième d'entre vous.

Il y a 24 siècles, aux Thermopyles, ils étaient trois cents guerriers, regroupés autour du général Léonidas et du devin-philosophe Mégistias, pour faire face à un conglomérat innombrable de guerriers, sorte de Lyannaj ( mot créole dérivé du latin « ligare » : lier!) de peuples barbares avides de piller et détruire la civilisation grecque ( l'une de nos sources!), regroupés à l'appel de l'empereur Perse .

Le défilé des Thermopyles était étroit, ( moins de cinquante mètres à l'époque, en son pertuis). Ce qui explique que les trois cents jeunes spartiates aient pu, au prix de leurs vies, à tous, suffisamment retarder les hordes sauvages, pour permettre, en amont, aux cités grecques de se ressaisir et d'organiser la résistance.

L'empereur Xercès, contrarié du temps qu'il allait perdre à vaincre ces héros, leur envoya une ambassade. Son chef fit remarquer aux Grecs que les archers du Grand Roi étaient si nombreux que lorsqu'ils lanceraient leurs traits, le soleil en serait obscurci.

Léonidas, qui pourtant n'était pas Anglais, répondit : « Tant mieux! Nous combattrons à l'ombre ».

Quant à Mégistias, philosophe, prêtre et quelque peu devin, sorte de professeur à l'école de guerre des Lacédémoniens ( Spartiates), malgré son âge il avait tenu à être présent aux côtés de ses anciens élèves.

Aujourd'hui encore ( 2010) , en ces lieux hantés, près d'une source d'eau chaude, se trouve, gravée dans le marbre, son épitaphe. Je vous la livre, traduite par Marguerite Yourcenar dans son anthologie de poésie grecque La couronne et la lyre :


 

«  Ci-gît Mégistias, l'infaillible devin,

Le prêtre massacré par les archers persans.

Sûr de sa propre mort, instruit de tout, il vint

Combattre et rendre l'âme au milieu des trois Cents ».

 

img213.jpg

 

Chers amis qui me lisez, si vous êtes, par exemple, de mes anciens élèves, vous savez bien que je n'écris pas tous ces mots, que je ne me prépare pas à la comparaison qui va suivre, sans un petit-demi sourire ironique et narquois. Car il ne faut rien exagérer, nous en sommes bien d'accord.

Mais enfin, le bataillon sacré de Léonidas comptait trois cents guerriers, et vous êtes … trois cent mille!


 

Oui, descendons des hauteurs de l'histoire épique, jusqu'aux marais prosaïques de l'arihmétique.


 

Ce blog du Scrutateur a été fondé en mars 2007.

Après des débuts un peu lents, comme il est logique, en 2007 et une partie de 2008, il a pris contenance, s'est renforcé peu à peu jusqu'à adopter un rythme de croisière soutenu, et de plus en plus.

Je vous le disais plus haut, hier le chiffre des 300000 (trois cents mille) a été atteint, et dépassé.

Trois cents mille visiteurs uniques ( Le visiteur unique, est celui qui, même s'il est revenu plusieurs fois -dix fois, cent fois- sur le blog, dans une même journée, ne sera compté qu'une fois dans la statistique du jour) c'est quelque chose quand on pense que les Grecs n'étaient que.... 300!


 

Du premier juin 2009 au 3 juin 2010 vous avez été 121779 à visiter le blog.

Les performances mensuelles varient selon l'actualité.

Ainsi le meilleur mois de l'année en cours est celui de janvier ( période électorale en Martinique) avec 14977 visiteurs.


 

Et en 2009, les deux mois les plus fréquentés, et de loin ( je vous laisse découvrir pourquoi) furent ceux de février : 29901, et de mars : 24996.

En avril déjà le flux était redevenu « normal » : 10744.


 

Le jour le plus couru fut celui du 4 février 2009 : 2072 visiteurs uniques!


 

Le nombre de pages lues est de 1.136.888 ( un million, cent trente six mille huit cent quatre-vingt huit ).


 

Ce chiffre des pages lues fut de 108747 pour le seul mois de février 2009.


 

Je voulais vous communiquer ces chiffres, non pour m'en réjouir exagérément, mais pour que vous sachiez que ce petit organe de communication informatique dont nous parlons, est désormais mieux qu'un ectoplasme.

Je crois cependant, qu'il faut viser plus loin, plus haut, et plus que mieux : une plus grande excellence.


 

Je vais faire de mon mieux pour cela. Je dois vous dire cependant que Le Scrutateur me demande beaucoup, beaucoup de travail.

Je n'aurai pas le ridicule de m'en plaindre, car nul ne me force à ce travail quotidien, dont le lecteur ne soupçonne peut-être pas toujours tout ce qu'il suppose, d'efforts, en amont.

Nul ne m'y force. Sauf peut-être le désir, qui m'a habité dès ma jeunesse, de développer les aptitudes qui sont les miennes, à l'analyse, à l'écriture, et peut-être aussi, je le dis, sachez-le, sans prétention ni narcissisme, un certain courage, un certain désir de concourir, à ma place, au bien public.

L'Evangile parle du devoir de développer le « talent » que l'on a reçu.


 

Suis-je trop sérieux en écrivant ces choses?


 

Je ne le crois pas. J'utilise donc beaucoup de mon temps de retraité à cette activité, avec parfois la tentation, très vite vivement repoussée, de faire autre chose, de plus reposant, mais au fond de moins enrichissant aussi.

Je développe donc un instrument de communication, de débat, de réflexion, d'échanges, en une période de crise, de malaise, notamment en France, et dans nos chères Guadeloupe et Martinique.

Je me prend peut-être exagérément ( et à tort ) au sérieux.

Mais si vous êtes de ceux qui ne le croyez pas, - et il doit en être ainsi puisque vous revenez, chaque jour plusieurs centaines, au Scrutateur-, alors aidez-moi.

Aidez moi en faisant connaître notre blog, en approfondissant les thèmes qu'il traite, en vous affirmant courageusement ( et avec sang froid) sur le terrain des valeurs.

Ah! le courage! Ce n'est pas peut-être la vertu la plus répandue.

Je connais bien plus de gens à l'esprit délié que de gens courageux.

Et pourtant le courage intelligent, est dans le temps que nous vivons, la vertu la plus nécessaire.

Les Jeunes Grecs étaient 300 aux Thermopyles.

Et vous, vous êtes … 300.000!

De quoi auriez-vous peur?


 

Edouard Boulogne.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Robert Mounier 05/06/2010 14:27



Métropolitain vivant la moitié de l'année à Marie-Galante, J'ai découvert votre blog au début 2009, lorsque la tension sociale se faisait sentir en Guadeloupe. Je dois vous confier que je le lis
régulièremment depuis, le mélange de commentaires sur l'actualité, de présentation de livres, d'un peu de philosophie et de morale chrétienne fait un cocktail fort agréable qui se déguste bien
volontier....