Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Le LKP veut enflamer la Guadeloupe. 

(Voici le plus récent tract du LKP , le "bon Samaritain" aux yeux du trop célèbre " administrateur diocésain" de la Guadeloupe, Jean Hamot, le plus faux-cul de tous les faux-culs, dont les catholiques  Guadeloupéens supportent de plus en plus mal, l'autoritarisme de petit chef, et la malhonnêteté, notamment intellectuelle et morale. Edouard Boulogne). 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chantal Etzol 27/10/2009 03:52



Les divers passages où il est question d'attaquer l'état, de détruire les capitalistes profitants, de "déconstruire la société guadeloupéenne d'aujourd'hui" résonnent étrangement, à la manière
dont Léon Trotsky envisage la "révolution permanente", dans un livre du même titre.
.Ainsi, "l'internationalisme des partis communistes repose sur la faillite de l'état national...La révolution permanente, au sens que Marx avait attribué à cette conception,
signifie 
une révolution qui ne s'arrête pas au stade démocratique... qui ne finit qu'avec la liquidation totale de la société de classe. 
Enfin, pendant une période dont la durée est indéterminée, tous les rapports sociaux se
transforment au cours d'une lutte intérieure continuelle.... Les évènements qui se déroulent gardent par nécessité un caractère politique, parce
qu'ils prennent la forme de
chocs entre les différents groupements de la société....Les bouleversements dans l'économie, la technique,la science, la famille, les moeurs et les coutumes
 forment, en s'accomplissant, des combinaisons et ds rapports réciproques tellement complexes que
la société ne peut pas arriver à un état d'équilibre.  En cela se révèle le caractère
permanent de la révolution socialiste elle-même.

Est-ce d'une telle société que nous voulons pour la Guadeloupe? 
Une société qui ne saurait s'arrêter au stade démocratique? Ne serait construite que 
"sur la base de la lutte c'est-à-dire, à l'intérieur des guerres civiles et à l'extérieur des
guerres révolutionnaires"?  ET ne serait achevée que sous la forme d'une DICTATURE?

Est-ce vraiment cela que nous désirons pour nous, que nous voulons laisser comme avenir à nos enfants ?
Derrière les belles phrases,en créôle ou en français, où l'on aimerait "qu'on ne lache aucun mot qui ne parte du coeur", n'est-ce  pas toujours une même idéologie révolutionnaire et
messianique qui se profile à l'horizon, prétendant réaliser le bonheur des peuples,
en ce monde... et malgré eux!
Ont-elle ce bonheur, les salariées de certains hotels dont l'horaire (et forcément le salaire)
a été réduit de 34 à 21h, par manque de touristes? Ou qui subiront le contrecoup des restructurations? Pourquoi les médias n'en parlent pas au lieu de nous ressasser les avantages du 74...en
attendant la dignité dans l'indépendance?  
Auront-ils encore cette chance, les malades atteints de cancers de la prostate et soignés
à vie par un médicament dont une piqure mensuelle coûte pas loin de 500 euro?

Laissons donc tous les "coqs à belles poses" de la Guadeloupe se pavaner sur les médias, mais gardons-nous du chant des sirènes qui nous entraineraient sur des voies hasardeuses où ne
nous resteraient que nos yeux pour pleurer!
  
                              "UN TIEN VAUT MIEUX
QUE DEUX...TU L'AURAS!"
                                                                                              
                                                        
Chantal ETZOL