Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Le LKP au service des "gros".

lkp


L'économie de la Guadeloupe est détenue principalement par les résidents : les Noirs, les Indiens, les métis (qui sont la vraie majorité démographique), les "métropolitains" et les "békés". Ces derniers sont très minoritaires à la fois sur le plan démographique et économique. Mais certains auraient voulu que le modèle "martiniquais" existât en Guadeloupe. Mais depuis bien longtemps, les cartes ont été redistribuées et le LKP a bien du mal à gérer son conflit, aujourd'hui son "chaos", sans se replonger dans l'inconscient collectif qui finira par réaliser qu'il est mené en bateau par des idéologues qui croient encore qu'on peut inventer un nouveau monde en faisant table rase d'une économie qui a (ou qui avait) le mérite d'exister. Il vaudrait mieux discuter, négocier et ne plus "exiger" comme cela semble être devenu un credo.
Au delà de toute idéologie, nous serons rattrapés par une simple réalité : les licenciements massifs consécutifs à cette grève. Ce ne sont pas les békés ni les gros patrons qui paieront le prix de cette grève, mais les milliers de petites entreprises qui survivaient déjà à peine, accablées par des dettes fiscales et sociales. Le LKP devrait comprendre que l'intérêt de chaque guadeloupéen devrait passer avant celui d'une poignée de salariés. On est dans une impasse parce que certains ont décidé arbitrairement qu’il fallait 200 euros net / mois pour tout le monde. On détruit notre économie pour cela. On détruit nos emplois pour cela. On détruit notre tourisme pour cela. Est-ce que 200 euros pour améliorer le pouvoir d'achat de quelques uns n'est pas tout simplement en train de créer un problème de pouvoir d'achat pour les autres, ceux qui ont d'ores et déjà perdu leur emploi, même s'ils ne le savent pas encore ? La victoire, si elle vient un jour, aura pour certains, un goût amer. J'espère qu'ils se souviendront alors de ceux qui leur ont fait des promesses, qui les ont conduits sur ce chemin et qu'ils ont suivis aveuglément. C'est à eux et à eux seuls qu'il faudra se plaindre.
Ce qui tue l'économie de la Guadeloupe, ce ne sont pas les monopoles, ni les oligopoles. Certes, cet état de fait doit être dénoncé, et des améliorations doivent être portées pour rendre la vie moins chère en Guadeloupe. Mais alors comment rendre la vie moins chère ? En faisant perdre de l'argent aux entreprises ? En les obligeant à fermer sous la menace ? En leur imposant une augmentation de salaire de 200 euros ? En brulant les entreprises ? En mettant au chômage les salariés ? En poussant au dépôt de bilan les plus fragiles ? En encourageant les licenciements économiques qui ne tarderont pas à tomber à l'issue de cette crise ? En mettant des barrages ? En faisant fuir les touristes ? En détruisant les infrastructures (routes, abribus...) ? En affamant la population ? En empéchant les enfants d'aller à l'école ? En donnant de notre pays une image détestable ? Est ce qu'un seul de ces moyens évoqués et qui sont bel et bien ceux employés actuellement par le LKP fera baisser les prix et mettra fin aux monopoles et aux oligopoles ? Si on en arrive là aujourd'hui, c'est que ni nos hommes et femmes politiques, ni l'Etat, ni les associations de consommateurs n'ont fait leur travail. Mais la méthode qui consiste à détruire l'économie n'est pas une solution. Il faudra voir le résultat. Il y aura plus de chômage. Plus de difficulté pour les entreprises à embaucher à cause du coût du travail important. Plus de faillite d'entreprises. Plus de travail au noir et encore plus d'abus des travailleurs. Contrairement à ce que l'on veut faire croire, les grosses entreprises sont celles qui encadrent le mieux leurs salariés. C'est là où il y a des DRH, des comités d'entreprise, des délégués du personnel, des NAO. C'est là où le travail illégal est le plus difficile à mettre en oeuvre. En revanche, qui contrôle les petites entreprises ? L'erreur, c'est de s'attaquer aux grosses entreprises et de les stigmatiser alors qu'elles représentent moins de 5% des entreprises de Guadeloupe et à peine 20% des salariés. Le gros des salariés, les 80% restants sont donc ailleurs, répartis sur 10.000 entreprises de 1 à 9 salariés. Alors quand j'entends dire sous une forme revencharde que "les gros peuvent payer", il faut savoir que beaucoup de gros sortiront sans trop de difficultés de cette crise, ce qui ne sera pas le cas de beaucoup de petites. Les grosses entreprises deviendront encore plus grosses, plus riches et plus fortes, puisque la grève se sera chargé de tuer les plus petites. La méthode employée par le LKP, aura donc au final, l'effet inverse de celui escompté : plus de chômage, de pauvreté, de précarité, et le renforcement des monopoles et des oligopoles, car dans une économie affaiblie, ce sont encore les gros qui s'en sortent le mieux.
Il a suffit que Domota parle de pwofitation pour que tout le monde se mette à reprendre en coeur le slogan. La pwofitation n’est qu’une vue de l’esprit tant qu’il n’y a pas de données chiffrées et objectives. Alors combien de rapport ont été produits par le LKP pour démontrer la fameuse pwofitation ? Aucun !!!!
Jusqu’à ce jour, nombre de rapport on été produit par des commissions indépendantes ou le gouvernement, et si ces rapports font état de quelques interrogations, on est encore loin de pouvoir déterminer qu’il existe en Guadeloupe un système de pwofitation organisé par la caste béké comme aime à le répéter le guru Domota.
Cette histoire de pwofitation organisé est donc une stupidité, un pur slogan destiné à embrigader les foules et les cerveaux les plus faibles.
2) Ceci dit, il y a effectivement en Guadeloupe nombre de problèmes, et j’ose dire, comme partout ailleurs. Le taux de chômage dans les autres iles de la Caraïbe est approximativement le même qu’en Guadeloupe et en Martinique. Ce n’est donc pas le propre de nos îles françaises.
3) A moins d’être complètement aveugle voire totalement stupide, on ne peut nier que les défaillances d’entreprises ont été nombreuses après les 44 jours de grève, et que ça continue. Les licenciements concernent tout le monde et pas uniquement les membres du LKP (d’ailleurs, je me demande qui peut sérieusement croire ça !!!). Si la population s’est détournée si rapidement du LKP (quelques mois), c’est bien parce qu’elle a souffert et qu’elle n’a rien gagné.
4) Pour former et recruter des jeunes, il faut des entreprises en bonne santé. Le LKP ayant fragilisé le tissu économique et affaibli les entreprises, les jeunes ont encore moins de chances d’être formés et embauchés. C’était donc une stratégie stupide, suicidaire et contradictoire. En tout cas, le résultat ne fait aucun doute. C’est bien pire qu’avant pour l’emploi en Guadeloupe.

Conclusion :

LE LKP a fait avancer la Guadeloupe, oui, mais hélas vers un gouffre plus profond. C’était une stratégie de syndicaliste minable, peu soucieux des répercussions sur l’économie et l’emploi qu’ils prétendaient pourtant défendre. Le peuple veut vivre mieux, pas moins bien. Après avoir cru aux promesses de Domota, la population n’attend plus rien du LKP et se retourne vers des voies plus légitimes, notamment celle des urnes. Le LKP a donc perdu la bataille, et par la même occasion, la guerre. Le LKP n’a plus aucun poids.
Dolto

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

francesco 15/02/2010 17:21


mr, en france il n'y a pas de lkp,les entreprises ferment,le chomage est en augmentation,les ventes de voitures diminuent,la france n'est pas loin de rejoindre la grece dans le trou de la faillite
,le lkp n'est pas là;et pourtant. vous comparer la guadeloupe aux autre iles de la caribe,je vous signale que la guadeloupe est departement de france donc il n'y a pas de comparaison a faire,il
faut que tout ce qui en france soit en guadeloupe,les chiffre du chomage en france 11% pourquoi elle a 40% en guadeloupe,pourquoi il n'y a pas de vrai developement economique dans ces
departements,MONSIEUR posez vous les bonnes qestion,au lieu de vous masturbez comme un vieux "bôbô"(...)


Edouard Boulogne 16/02/2010 18:29


Voilà, Francesco, vous êtes publié.
Mais méfiez vous de vos fantasmes, et... des règles de la syntaxe. Ici "Masturber" aurait dû être à l'infinitif, et non à la deuxième personne du pluriel de l'indicatif présent!!!
LS


Dissident 14/02/2010 21:24


Dolto, et si un béké est un employé ou un petit patron et qu'il se trouve soit viré soit ruiné par le LKP, et puis si plusieurs de ces békés ont subis ce meme sort, vous pourrez dire sans vous
tromper que, excepté les plus gros, c'est toute la société - y compris DES békés - qui aura pati des exactions neo-révolutionnaires du LKP. Mais si des hyper-marchés ferment suite à pas mal de
choses, dont les exactions LKPistes, alors meme les gros en auront pris plein la tronche, ce qui est le cas.  

Car personne ne sera épargné par le LKP, sauf les LKPistes qui sont des fonctionnaires ou assimilés et aussi quelques ministres marrons et leurs conseillers fonctionnaires eux-aussi, qui de toute
facon se foutent pas mal du sort des populations qu'ils font semblant d'administrer.
 
Alors on se fourre la tete dans le sable du coté de ces prébendiers professionnels en disant "c'est pas moi", afin de ne pas voir les deux fois 10 000 virés du secteur privé. La chienlit
partisane est dans la 5 eme et la honte est de nouveau sur la France comme disait le général. 


Edouard Boulogne 14/02/2010 22:41


Petite précision : L'article de Dolto a été enoyé sans titre. Et ce dernier lui a été attribué par le Scrutateur.
LS


Dissident 14/02/2010 15:23


Surtout si c'est une mouche à m...


l'archipélien 14/02/2010 00:02


Que pése le Lkp a l'échelle de la France ou du Monde? Rien.Autrement dit une mouche peut faire ce cabrer un cheval mais une mouche reste une mouche et le cheval un cheval