Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

img183.jpg

 

 

 

Le journal France-Antilles du 23 juin 2011 nous apprend que le KLNG de monsieur Luc Reinette, ancien terroriste, non repenti, s'apprête, ce dimanche 26, en la commune de Morne à l'eau, à célébrer l'anniversaire ( 85 ans) de l'abbé Cherubin Céleste, un apôtre de la théologie dite de libération, condamnée par Rome.

M.Chérubin-Céleste est indépendantiste. C'est à titre personnel son droit le plus strict. Mais avait-il le droit d'utiliser son sacerdoce, et l'aura qui l'entoure, au service d'une cause pour le moins discutable aux yeux du peuple de la Guadeloupe? C'est pourtant ce qu'il a fait constamment au long de sa vie, n'hésitant pas à cautionner les actes les plus violents, au nom de « la cause ».

C'est pourquoi je consacre l'article de ce jour du Scrutateur à un bref rappel d'une de ses actions : l'utilisation des obsèques du musicien Marcel Lollia, dit Vélo, en 1983.

Si je le fais c'est que l'Eglise en Guadeloupe est aujourd'hui sous la coupe, et, sous l'apparence, de l'administrateur diocésain ( en l'absence d'évêque ) Jean Hamot, de l'équipe même des disciples ecclésiastiques de Chérubin-Céleste. Les lecteurs du Scrutateur peuvent facilement retrouver les articles consacrés à Hamot ( en 2009) qui voit dans Elie Domota la figure du bon Samaritain de l'Evangile (sic), et qui persécute son clergé, l'épure de toute figure un peu résistante à son apostolat d'imposteur.

On lira ci-dessous la deuxième partie de l'éditorial que je consacrai aux obsèques de Vélo, et le communiqué du père Yves Gillot, alors curé de la paroisse St-Pierre et St-Paul ( 1983), ainsi qu'un tract du père Blain contresigné du père Forbin, le plus ancien prêtre d'origine guadeloupéenne dans le diocèse de Guadeloupe.

Yves Gillot, une des figures les plus éminentes et respectées du clergé de Guadeloupe est aujourd'hui marginalisé. Bien d'autres ont été tout simplement chassés du diocèse au cours d'une épuration aussi lente et insidieuse qu'hypocrite telle celle du père Pierre Fertin.

Personnellement, je ne verse plus depuis de nombreuses années le denier de l'Eglise. Et nombre de mes amis en font autant.

C'est une arme à laquelle ces messieurs sont sensibles. ( Très sensibles).

"Que ceux qui ont des oreilles pour entendre, entendent".

 

E.Boulogne.

 

Obs-de-Velo.jpg ( Le cercueil de Vélo, dans le choeur de l'Eglise St-Pierre et St Paul, transformé en lieu de meeting indépendantiste ).

La mort de Vélo : une récupération sacrilège

 

(…) Le nom de Chérubin Céleste m'amène tout naturel­lement à évoquer, ce qui aurait pu n'être qu'un fait banal de la vie quotidienne et qui est devenu, ce jeudi 7 juin une sorte d'événement, la mort de Marcel Lollia, dit . Vélo ».

Qui était Vélo ? Un artiste, un musicien, un spécia­liste du Gros-Ka, l'un des meilleurs Guadeloupéens, selon les connaisseurs, dans la pratique de cet instru­ment qui fait partie de notre patrimoine culturel régional.

 

Obseques-de-Velo.jpg  (Un travesti danse autour du cercueil ).


Il était aussi comme beaucoup d'artistes, un être fragile, instable, ayant besoin d'être tenu, guidé, pro­tègé par une main à la fois ferme et amicale. Durant des années cette main secourable, fût celle de cette grande dame que fut Aimée Adeline, créatrice du carnaval moderne dans les années cinquante, fondatrice de l'entraide féminine, et aussi de la troupe folklori­que de la Brisquante. Elle se voulait ambassadrice de la Guadeloupe et de la France, inséparablement mêlées dans son coeur comme dans la réalité, et elle y parvenait dans le monde entier.

Durant des années elle porta ainsi à bout de bras l'homme qui était aussi le 1er batteur de l'orchestre de la Brisquante. Il était rémunéré, et grâce à sa bienfai­trice il fit le tour du monde. Quand Vélo eût un jour quelques démêlés avec la justice, ce fut Aimé Adeline qui intervint en sa faveur et obtint qu'on passât l'éponge. Depuis la mort de Madame Adeline, en 1977, Vélo avait peu à peu sombré dans la déchéance, négligeant de plus en plus son art, rongé par l'alcoolisme, vivant de mendicité, abandonné et repoussé par tous. Le 5 juin, il mourait à l'hôpital général de Pointe-à-Pitre dans la solitude la plus extrême.

 

Cherubin-Celeste.jpg ( Chérubin-Céleste vu par Patrick ).


Mais Vélo était un spécialiste du gros ka, cet instru­ment de musique que les indépendantistes ont pris pour symbole de leur lutte idéologique, symbole de la « musique nègre » comme ils disent. Le défunt qui ne s'était jamais intéressé qu'à son art, jamais à la politi­que, comme me l'ont confirmé tous ceux que j'ai interviewé en Français et en créole aux abords de l'église après les obsèques allait devenir l'objet d'une tentative véritablement abjecte de récupération politique par les indépendantistes.

Le 6 juin avec la permission du maire de Pointe-à-Pitre, une gigantesque veillée mortuaire était organisée place de la Victoire autour du cercueil. Près de 5000 personnes y ont afflué, les radios et RFO orchestrant le tout. Non pas 5000 indépendantistes comme j'ai pu le vérifier en me rendant personnellement sur les lieux, mais des milliers de curieux, de personnes attirées par la fête, attirées par la perspective d'une veillée mortuaire selon nos vieilles traditions guadeloupéennes, bien arrosées de rhum. Peu d'amis authentiques du défunt en tout cas, car sinon comment expliquer sa longue misère alors qu'il aurait suffi que chacun des assistants lui ait donné 10 centimes par jour pour que cet homme, promu soudain par les indépendan­tistes » héros national » et « âme du peuple » mourut millionnaire. Mais il n'y avait jusque là qu'un cas remarquable de manipulation de foule par l'exploita­tion de bons sentiments, grâce aux médias indépen­dantistes dont RFO.

Le pire restait à venir, c'est-à-dire la cérémonie des obsèques à l'église St Pierre et St Paul, en fait un véritable meeting politique indépendantiste.

J'y ai vu un entassement d'environ deux mille personnes dont 1500 curieux et badauds ou encore paroissiens venus pour prier, mais comme pétrifiés par ce qu'ils voyaient et entendaient : 500 indépen­dantistes, pour la plupart incroyants, ou ennemis déclarés du christianisme, chantant sous la direction de l'Abbé Chérubin Céleste des hymnes à l'indépen­dance. J'y ai vu un « poète » engagé brandir un coute­las menaçant dans le choeur de l'église là où on lit d'ordinaire les saintes écritures.

J'y ai vu. bien d'autres choses, mais d'abord et avant tout ce qu'il faut bien appeler un sacrilège. Le père Gillot (qui depuis s'est expliqué et dont on lira le communiqué plus loin dans ce numéro), pratique­ment chassé de son église ainsi que tout le clergé paroissial, devrait bientôt organiser une cérémonie expiatoire pour ce qui constitue un véritable scandale.

Pour moi, qui ai depuis des années, sans succès, attiré l'attention de l'évêque et de son vicaire général sur le danger pour l'Eglise que représente un homme comme Chérubin Céleste, je ne peux que noter avec intérêt les dernières lignes de ce communiqué : « Je n 'ai pas le pouvoir de sanctionner de tels agissements. J'ai au moins la liberté de dire mon amertume et mon désaccord avec ce qui s'est passé ici »

(….).

EDOUARD BOULOGNE ( Juin 1983 ).

 

Cherubin-et-le-Bleu-Blanc-Rouge.jpg ( Une "vision" pas très céleste).

 

Le communiqué du père Gillot: ( 1983).

 

Mes frères

Je voudrais terminer ces avis en évoquant brièvement ce qui s'est passé l'autre jour à l'Eglise St Pierre et St Paul à l'occasion de l'enterrement de Vélo.

Ses parents étaient d'abord venus me voir. Et j'avais préparé avec eux la cérémonie religieuse, en leur disant ce que j'allais faire, et ce que je sou­haitais de la part des organisateurs. Qu'on accueille le corps à l'entrée et à la sortie de la cérémonie au rythme du gros ka si l'on veut, mais qu'on me laisse à l'intérieur de l'Eglise l'initia­tive de la liturgie selon le rite de l'Eglise. On était tombé d'accord..

Je ne pouvais absolument pas pré­voir qu'en laissant à mon confrère la présidence des funérailles qu'il allait y avoir ce débordement qui vous a cho­qués et qui m'a aussi rempli de tris­tesse.

Tristesse parce qu'on n'a pas prié pour Vélo et ceux qui étaient là n'étaient point venus pour cela.. Tristesse parce ce qu'on y a vu, n'était point une célébration de la foi, ni une expression religieuse, mais une mani­festation qui tenait du carnaval et de la politique.

Je n'ai pas le pouvoir de sanctionner de tels agissements. J'ai au moins la liberté de dire mon amertume et mon désaccord avec ce qui s'est passé ici.

Yves Gillot Curé de St Pierre et St Paul

 

Wo--blan.jpg ( Pourquoi le KLNG célèbre Chérubin-Céleste ).

 

Le tract du père Blain.

 

Ste Rose, le 17 mai 1975

 

A la suite de la lettre circulaire adressée par le Père Chérubin Céleste aux prêtres et religieuses du diocèse pour les inviter à une réunion à Baie-Mahault, le jeudi 22 mai de 9 h à midi : j'ai pris la décision de vous faire savoir pourquoi je ne serai pas pré­sent à cette réunion. En cette déci­sion, je n'engage que moi, assuré tou­tefois que les gens lucides compren­dront ma prise de position et accepte­ront, s'ils le jugent utile, d'en faire autant.

JE NE PARTICIPERAI PAS A CETTE REUNION POUR LES RAISONS SUI­VANTES :

1 - Jusqu'à preuve du contraire, l'Evêque, les Vicaires Généraux, le Vicaire Episcopal ou une autre autorité compétente, sont seuls mandatés pour convoquer l'ensemble du clergé et les divers responsables de la pastorale - pour ce genre de réunion. Nous avons un Evêque en Guade­loupe, et il est sur place. Nous avons un Vicaire Général, et il est sur place. Alors, de qui le Père Chérubin Céleste détient-il l'autorité pour convoquer les prêtres en réunion ?... Aurait-il été nommé « Cardinal ou Evêque in petto»... à notre insu à tous ?... Ou bien, ce qui serait plus grave, a-t-il l'intention de supplanter l'Evêque dont l'autorité semble consister à être à la remorque du Père Chérubin Céleste et de cautionner tout ce que pense, dit et fait ce dernier ? Il est temps, que, dans ce diocèse, ON SACHE CLAIRE­MENT OUI EST EVEQUE.

2 - Chérubin Céleste veut convoquer le Clergé et les Religieuses pour don­ner à tous - donc à l'Evêque aussi -une » leçon d'évangélisation en vérité de l'homme guadeloupéen »... Autre­ment dit : Monseigneur est incompé­tent à ce niveau... son projet pastoral est dépassé. Quant aux autres prêtres ce ne sont que de « pauvres types » qui n'ont jamais rien foutu et qui n'y comprennent rien !... Nous au Lamentin et dans le secteur... Nous, nous avons trouvé la bonne formule, la méthode infaillible, nous, nous avons pris le tournant qu'il faut... à vous d'emboiter le pas : sinon !

3 - Monseigneur l'Evêque ne m'a jamais dit en face que je faisais du mauvais travail ou que mon travail de prêtre ne correspond pas aux besoins actuels de l'Eglise. Donc, tout en ayant encore certainement beaucoup à apprendre de ceux qui sont plus qualifiés que moi - je conteste d'avoir, à l'heure actuelle, quoi que ce soit à apprendre de Chérubin Céleste en matière d'évangélisation. Il est vrai que je travaille sans tapage, sans bruit, sans publicité autour de ma per­sonne et de mon action., mais, mon juge unique étant Jésus-Christ, je n'entends rendre de compte qu'à lui seul. Je n'ai aucune prétention d'imposer mes idées, mes méthodes, à qui que ce soit, ni de faire la leçon à qui que ce soit, conscient que, comme moi, chacun fait ce qu'il peut, comme il peut., compte tenu de sa formation, de son âge, de son expérience, de sa santé, etc...

4 - Plutôt que de répondre à une invi­tation de Chérubin Céleste à venir prendre une « leçon d'Evangélisation » j'aurais préféré me déranger pour participer à une réunion extraor­dinaire convoquée par le Chef du dio­cèse qu'est l'Evêque pour entendre Chérubin Céleste justifier son attitude passée., sans doute les autres prêtres ne sont-ils pas assez importants pour avoir ce droit... (à moins., que cette réunion soit provoquée, en réaction à cette lettre., pour sauver la face). Ché­rubin Céleste a décidé une grève de la faim au plus grand mépris de l'avis de son chef immédiat l'Evêque et de celui de plusieurs confrères. Peut-être que l'avis et le jugement de quelques illu­minés de Grosse Montagne étaient plus valables que ceux qui auraient été émis par l'ensemble des prêtres s'ils avaient été consultés avant. Quel est l'être libre, intelligent et équilibré qui peut dire et écrire qu'il ne peut pas faire marche arrière à propos d'une décision déjà prise ?

5 - D'autre part, j'estime que : faire cette réunion à Baie-Mahault c'est venir d'office sur le secteur de travail de Chérubin Céleste et porter ainsi caution à son action : ce que je refuse en conscience. Il aurait sans doute été plus discret et plus respectueux à l'égard de l'ensemble des prêtres que cette réunion ait lieu à Capesterre comme prévu initialement.

6 - Enfin, je ne viendrai pas à cette réunion parce que l'Equipe Sacerdo­tale de Sainte Rosé n'y a pas été invitée., sans doute très volontairement. En effet, aucune invitation ne nous a été adressée à cette date du 16 mail alors que les religieuses de Sainte Rose et les Confrères voisins ont reçu ses invitations depuis plusieurs jours. Cette prise de position tient vraisemblablement aux derniers événements par le fait que nous ayions refusé deprendre position ouvertement pour soutenir ou nuire à la cause défendue par Père Chérubin - en sa liberté et conscience. Pour Chérubin et sa clique la liberté de penser, de parler, d'agir, ... et même de se taire... est une liberté à sens unique., puisque c'est notre silence qui est en cause.! Faut-il croire que la charité et la justice proclamées par l'Evangile sont aussi le lot du secteur du Lamentin ? En tout cas, quand on dit et écrit que: le Père Chérubin Céleste, au cours de sa grève, encourageait à l'amour et àla non-violence - il a sans doute oublié de dire à ses troupes que le respect des personnes fait partie de l'amour du prochain. On n'a qu'à penser avec quelles violence et haine les Pères Forbin et Van Der Lubbe ont été pris à partie dans une réunion publique à la salle paroissiale du Sacré-Coeur (si mes souvenirs sont bons). Drôle de façon aujourd'hui de vouloir réunir les confrères pour parler .-Dialogue, Unité et Evangélisation.. alors qu'on n'a même pas sur reconnaître aux autres le Droit de se Taire !...

Voilà Monseigneur, voilà chères Soeurs et confrères les raisons pour lesquelles je ne serai pas avec vous à cette réunion. Sans doute m'avez-vous déjà jugé et condamné.. C'est votre droit.Je vous fais remarquer que je ne juge personne mais que-j'entends exprimer haut le sentiment de révolte qui m'étreint en ce moment devant ce qui se passe dans l'Eglisede Guadeloupe. Quoi qu'en pensent certains, je suis un être libre.

Monseigneur Oualli sait très bien-l'estime et le respect que je lui porte : et il sait que, si, à l'issue de cette lettre pourtant dure, je lui renouvelle cette estime, il peut compter sur ma sincé­rité. Cependant, puisque nous som­mes à l'Heure de Vérité je ne pouvais utiliser un autre langage car j'estime être prêtre moi aussi. J'estime avoir l'Esprit Saint moi aussi, j'estime MOI AUSSI faire tout ce que je peux, j'estime MOI AUSSI pouvoir dire que j'aime l'Eglise et que je veux son bien. Le Père Chérubin Céleste ne saurait avoir la prétention d'être seul à voir clair, à savoir ce qu'il faut faire et à aimer l'Eglise.

Monseigneur, vous êtes le chef du diocèse, vous êtes l'Evêque voulu par le Seigneur et nommé par le Saint Père. La tête de cette Eglise de Guade­loupe. Il vous appartient de faire valoir vos qualités de chef ou de prendre garde...

Quant à moi, je vous rappelle très fraternellement que l'Eglise de Jésus Christ n'est pas d'abord une église locale. Par vocation, elle est catholi­que, universelle. Il y a donc possibilité, tout en. restant prêtre de Jésus Christ d'aller travailler ailleurs s'il devenait impossible de le faire ici... A toute fin utile, je vous signale que je peux démissionner de mon poste si vous le jugez opportun. De toute façon, sui­vant l'évolution des choses, je me réserve le droit de donner ma démis­sion de Sainte Rose, et, éventuelle­ment du Diocèse.

Ma volonté n'est pas d'accentuer la division du clergé, mais de dire tout haut ne serait-ce qu'une fois - ce que beaucoup pensent tout bas... Dusse-je en pâtir...

 

Prêtre de Jésus Christ : Claude Blain

 

P.S. Le Père Blain m'a consulté sur son projet. J'ai eu son âge, je com­prends ses réactions et j'approuve son intervention.

Père Forbin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article