Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

alecoutedeslivres_plume.jpg

Un lecteur de la Martinique nous adresse cette correction d'un article du site Caraïb Créole News, bien connu pour ses dérapages en tous genres. Nous le publions volontiers.

Je n'ai pas encore vu le film "Case départ" qui est au coeur du débat. Dès que cela sera fait, j'en parlerai sur le scrutateur.

EB.

 

 

C'est à propos du film "Case départ", tourné comme chacun sait à Cuba. 

 

Le site Caraib Creole News, bien connu pour son racisme béképhobique, pathologique et nauséabond, s'est une fois de plus laissé aller à un de ces petits "lâchers" qui ébranlent régulièrement la substance de ses "news", dès  lors que se présente une occasion de parler de blancs, ou de faire allusion aux blancs, Martiniquais de préférence. En tout cas, en fait de news, rien de nouveau : dès lors que les divinités désinformatrices peuvent lâcher leurs petits gaz, elles ne s'en privent jamais. Cela les soulage, sans doute. De quoi ? Il faudrait demander à un psychiatre. En tout cas cette vindicte raciale systématique n'est rien d'autre que de l'incitation à la haine raciale, étant entendu que le mot "béké" sert à évoquer ou à montrer du doigt les blancs qui font partie du paysage martiniquais, pour certains depuis des générations et pour d'autres depuis moins de générations, mais depuis un certain temps tout de même.

Que dit cet intelligent article, dont la rédaction ne dissimule rien de la malveillance d'un scribouillard qui se soulage de sa grosse commission (toujours la même) :

« Il faut cependant signaler, à la fin de ce papier que le film tourné à Cuba, devait l’être en Martinique sur la plantation du « Galion » appartenant à une grande famille béké de la Martinique, qui a comme il se doit refusé. Il faut dire que depuis le documentaire de Canal Plus, « les deniers maîtres de la Martinique », et le procès fait à un béké raciste… La caste des derniers colons blanco-martiniquais, ne rigole plus quand il y a une caméra qui tourne… »


Allons ! soyons charitables, informons ces ignorants : le domaine du Galion (habitation, propriété, société agricole, appelons le comme on veut) n'appartient pas à des "békés" (ou à une ”grande famille béké”) mais à des métropolitains - les consorts Bougenot -, qui en sont les propriétaires indivis. Émile Bougenot (né en 1838 à Missery, Côte d'Or) s'était rendu à la Martinique en 1860 afin d'assurer le montage de la sucrerie du Lareinty en qualité de représentant de la société Cail (devenue Cail-Fives-Lille) fournisseur des machines équipant cette usine. Si Monsieur Bougenot se maria sur place, ce fut avec une demoiselle Eustache, d'origine belge et sans lien de parenté connu avec le moindre "béké", dont le père - né à Anvers (en Belgique) et arrivé à la Martinique en 1828 - avait fait l'acquisition du Galion, jadis propriété de la puissante famille du Buc. Émile Bougenot (qui fut le principal animateur de l'économie sucrière martiniquaise entre 1870 et 1890) ne finit pas ses jours à la Martinique, et n'y laissa nulle descendance même s'il conserva la propriété du Galion qui, depuis, est restée dans l'indivision entre ses descendants - qui ne sont jamais venus à la Martinique autrement qu'en séjour, aucun n'y ayant à proprement parler vécu, et aucun ne s'étant allié à des familles créoles dites "békées".

Ah ! la grande famille "béké" ! 

Certes, "Le Galion" est le plus grand domaine agricole de la Martinique (et il n'appartient à aucun "béké", ni de grande ni de petite famille). Alors, cela fait bien de mettre en avant “une grande famille béké” – imaginaire, évidemment – en attribuant à celle-ci la propriété de ce joyau foncier. Comme quoi fonder une famille (et même ”une grande famille béké”), c’est assez facile ! Aussi facile que d’inventer une histoire : il suffit de se gargariser de mots…

Mais, pour dire la vérité, il ne suffit pas de posséder des terres à la Martinique et d'être blanc pour être "béké" (”béké” sous-entend être Martiniquais, voire de famille martiniquaise). Et, une fois de plus, la vérité contrarie les fantasmes ethno-politiques de quelques inventeurs - prêts à traiter tous leurs contradicteurs de "racistes" - qui veulent faire de la couleur de la peau l'oriflamme de la vindicte raciale, et s'adressent à un public qui ignore tout de la véracité comme de la fausseté des affirmations qu'ils lui assènent comme "vérité scientifique".

Mais qui s'en soucie ? 

Évidemment, ceux qui savent, savent. Ils savent aussi que des ignorants perfides lancent, comme ça, des sagaies empoisonnées. Leurs bouches folles et leurs plumes ivres sèment à tout vent leur haine, une haine qui les enchante et les aveugle au point de leur faire croire qu'ils incarnent la culture, quand ce n'est pas la morale, la mémoire ou la justice...

Malheureusement, ces précisions ne serviront à rien : les propagateurs de haine se repaissent de falsifications, de mensonges et de slogans... La vérité les contredit toujours, surtout quand ils jouent aux cow-boys et aux "indignés". Et leurs perpétuelles agressions obligent à désigner, à dénoncer, à remettre les choses à leur place : ce sont des voleurs de temps, de paix, d'honneur, de réputation, de dignité... Des affreux, quoi ! Et ils ont l'oreille des méchants - qui leur ressemblent et qui se rassemblent pour braire des slogans ; toujours des slogans alimentés par des faussaires.

Pardonnez-leur, Père, car ils ne savent pas ce qu'ils font ? Quoique ! Il est possible qu'ils sachent, après tout. Une des ruses du diable n’est-elle pas de déguiser la méchanceté en bêtise ?

http://www.caraibcreolenews.com/template.php?at=3465

Sur l'histoire du Galion, on aura recours au lien suivant, qui montre que rien n'est aussi simple, ni aussi tranquille, ni aussi pérenne que nos "simplets de l'info" l'affirment ou le sous-entendent :

http://etabs.ac-martinique.fr/hnero/rhum/histoireusine.htm 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CH.FFRENCH 27/07/2011 18:47



J'ai vu des extraits de cette "chose" durant le festival de Cannes. Cela ne m'a pas donné envie de m'enfermer dans une salle cinéma, de payer 9.70 € pour la voir.


C'était affligeant d'imbécilités...



Claude HOUEL 27/07/2011 18:23



Au fait, le père,de Fidel Castro, riche propriétaire terrien,blanc,qui faisait des enfants à sa domestique,cela ressemble fort au profil prêté par de mauvaises plumes au "béké" martiniquais. Cela
a dû être la motivation du choix des terres cubaines.


Source:http://www.americas-fr.com/histoire/fidel-castro.html



Candide 27/07/2011 17:06



Cuba est à genou sous la dictature d'une caste exclusivement blanche, exception faite de quelques rares faire-valoirs sportifs et écrivains (salisseurs de papier). D'une manière générale, les
salisseurs d'écran de cette catégorie de sites sont des salariés de cette caste cubaine.