Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Toto-lit-a-l-envers.jpg

 

Culotté, notre Victorin Lurel? Mal culotté alors. Malélivé? Certainement, si l'on lit l'article ci-dessous de Zinfo 97.4, de la Réunion. Depuis qu'il est ministre, notre Toto commet quelques impairs. Prendrait-il la grosse tête? Son collègue réunionnais Didier Robert en est l'une des victimes. Mais Toto cohabite fort bien au gouvernement avec la Taubira dont on sait pourtant ( en privé ) qu'il l'exècre. Avec raison

Coq ka couri douvan poul a pwésen? Woooïï !

Les Guadeloupéens ne lui ont pas fait confiance pour qu'il en donne une mauvaise image.

Allons Victorin! Reprenez vous. LS

 

http://www.youtube.com/watch?v=eeoeZBEHPUo&feature=related

 

Quand Victorin Lurel snobe Didier Robert.

 

http://www.zinfos974.com/Quand-Victorin-Lurel-snobe-Didier-Robert_a47245.html

 

 

La hache de guerre n'est manifestement pas totalement enterrée entre Victorin Lurel et Didier Robert.

Malgré les longs échanges courtois à l'occasion du diner de gala jeudi soir dans un grand hôtel de Horta aux Açores, malgré les mots très sympathiques pour Didier Robert prononcés devant la presse à l'issue de la conférence des présidents de régions ultrapériphériques, Victorin Lurel boude encore le président de la région Réunion et n'hésite pas à le montrer.

Premier incident, avant même le début de la conférence.

Interrogé par le cabinet du ministre des outermer sur son éventuelle participation à une séance de travail avec le président François Hollande à l'Elysée, Didier Robert précise qu'il ne sera plus disponible à partir de mercredi, puisqu'il doit participer à des réunions de travail avec le président sortant de la conférence, puisque la Réunion doit prendre sa succession. Le chef de Cabinet prend bonne note et la réunion avec le président Hollande est pogrammée pour le... mercredi ! Ce qui permet de faire remarquer au passage que le seul président à ne pas s'être déplacé est celui de la Réunion.

Deuxième incident vendredi matin, lors de la séance de clôture de la conférence. Chacun des intervenants prend la parole. Quand arrive son tour, en plein milieu de son discours, Victorin Lurel annonce qu'il confie à Serge Letchimy, le président de la Martinique, une mission "pour identifier par secteurs les mesures les plus opérationnelles pour améliorer significativement l'accès des RUP au marché intérieur". Un travail normalement de la responsabilité du nouveau président de la conférence des présidents, Didier Robert.

Une nomination immédiatement perçue par nombre d'observateurs comme une promotion accordée à un Antillais pour contrebalancer le pouvoir dévolu au président réunionnais en exercice.

Pendant tout son discours, Didier Robert s'est adressé à une chaise vide

Pendant tout son discours, Didier Robert s'est adressé à une chaise vide

Troisième incident et non des moindres : Alors qu'il n'avait jusque là pas bougé de sa chaise et qu'il avait supporté stoïquement les discours parfois lénifiants de personnalités de moindre importance, Victorin Lurel s'est éclipsé de la salle quelques minutes avant que Didier Robert, le président de la plus grande région d'outremer, ne prenne la parole.

Pendant tout son discours dans lequel il interpellait personnellement le ministre, Didier Robert s'est adressé à une chaise vide.

Beaucoup se sont dit que le ministre avait peut être été pris d'une envie soudaine. Nous avons en fait fini par le débusquer confortablement installé dans un fauteuil dans un salon contigü, en train de téléphoner. Un coup de fil qui a duré le temps du discours du président de la région Réunion et de sa collègue de Guadeloupe.

Un peu plus tard, Didier Robert a prononcé un second discours, en tant que nouveau président de la conférence. Difficile à Victorin Lurel de sortir à nouveau. Il a donc sorti un journal et fait mine de le lire. Fait mine car, au bout d'un moment qui a paru une éternité, il a fini par s'apercevoir qu'il tenait son journal à l'envers...

Interrogé sur le sujet, Didier Robert a simplement répondu que c'était un des exemples qui faisaient qu'il avait demandé à ce que les représentants des RUP soient davantage respectés. D'autant qu'il nous a révélé que ce n'était pas la première fois que ce type d'incident se produisait : le 3 juillet dernier à Bruxelles, à l'occasion du Forum sur l'Ultrapériphérie, Victorin Lurel avait déjà quitté la salle au moment où il avait pris la parole...

Victorin Lurel, confortablement installé en train de téléphoner, pendant le discours de Didier Robert

Victorin Lurel, confortablement installé en train de téléphoner, pendant le discours de Didier Robert

 

Vendredi 14 Septembre 2012 - 21:31

Pierrot Dupuy

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dissident 16/09/2012 16:01


Votre Toto ne fera jamais baisser les prix avec sa loi, car les banskters de WS se jettent sur les matières
premières qu'ils achètent avec les tsunamis gratuits de monnaie de singe émis par la FED. Si j'avais l'imprimante de la FED à ma disposition, j'aurais fait la même chose, j'aurais imprimé du
papier sans valeur et j'aurais acheté avec, des choses bien bien négociables et pas susceptibles de perdre de la valeur. D'ailleurs tout un chacun aurait fait la même chose en pareil cas. Ce
hold-up planétaire sur les matières premières fait monter les prix des produits finis. On le sait. C'est pour cela que des prospectivistes de renom affirment qu'il ne faut pas chercher ailleurs
la raison des révoltes populaires dans le monde. Le printemps démocratique arabe et BHL ? Foutaises idéologiques et billevesées pantalonesques d'un charlatan grotesque, selon ces analystes. Non,
ils ne peuvent plus bouffer, alors ils se révoltent, c'est tout. C'est à ce moment précis là qu'intervient Toto et sa loi ! Comme le Zorro de la chanson, Toto, sans se presser, arrivait pour nous
sauver les gars ! Ce sont les oligopoles locaux, ce sont les monopoles locaux, ces résidus du colonialisme antique ! C'est la Loi de l'Exclusive qui perdure encore, si, si, si, si, etc. et
blablabla, affirma péremptoirement la clique à Toto du haut de sa splendeur toute neuve ! Voilà donc mon Toto qui enfourche illico sa Rossinante pelée, qui ajuste son dentier et qui charge
les derniers colonialistes abominables ; ces colonialistes hideux qu’on imagine devoir sans doute être planqués de ci de là dans les hautes herbes. Pourquoi pas, pendant qu’on y est,
pourquoi ne pas oser ? Moi vais te me les réduire les potes, vous allez voir ce que vous allez voir et votez pour moi à part ça ! Gueulait-il, juste avant de s'évanouir fissa, dans un
brouillard épais et par la sortie de secours ! Ben tiens, il est incapable de contrôler quoi que ce soit le Tartarin tropical risible, alors, devant l’obstacle insurmontable, il se dérobe
derrière un rideau opaque de fumée et le tour électoral est joué : Exit Toto et fermez le ban. Je vais vous dire, M Boulogne, avec des sires aussi tristes, aussi sots, que Flamby ou Toto aux
manettes, nous allons droit à un désastre inouï.