Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

cathophobie2.jpg

Sur toutes les antennes de TV/RADIO, en ce 15 août 2012, on assiste à un déferlement de propagande anti catholique. FEU ! FEU ! Sur l'église. Le prétexte est la lecture recommandée par les évêques d'une Prière pour la France, qui, à en croire les accusateurs représenterait une inadmissible atteinte à la laïcité, aux libertés individuelles, et une incitation à l'homophobie.

Or, chers amis, voici la prière en question, voici l'objet du délit.

 

La prière pour la France :


(La prière en intégralité).
« Frères et sœurs, en ce jour où nous célébrons l’Assomption de la Vierge Marie, sous le patronage de qui a été placée la France, présentons à Dieu, par l’intercession de Notre-Dame, nos prières confiantes pour notre pays.

1. En ces temps de crise économique, beaucoup de nos concitoyens sont victimes de restrictions diverses et voient l’avenir avec inquiétude ; prions pour celles et ceux qui ont des pouvoirs de décision dans ce domaine et demandons à Dieu qu’il nous rende plus généreux encore dans la solidarité avec nos semblables.

2. Pour celles et ceux qui ont été récemment élus pour légiférer et gouverner ; que leur sens du bien commun de la société l’emporte sur les requêtes particulières et qu’ils aient la force de suivre les indications de leur conscience.

3. Pour les familles ; que leur attente légitime d’un soutien de la société ne soit pas déçue ; que leurs membres se soutiennent avec fidélité et tendresse tout au long de leur existence, particulièrement dans les moments douloureux. Que l’engagement des époux l’un envers l’autre et envers leurs enfants soit un signe de la fidélité de l’amour.

4. Pour les enfants et les jeunes ; que tous nous aidions chacun à découvrir son propre chemin pour progresser vers le bonheur ; qu’ils cessent d’être les objets des désirs et des conflits des adultes pour bénéficier pleinement de l’amour d’un père et d’une mère.

Seigneur notre Dieu, nous te confions l’avenir de notre pays. Par l’intercession de Notre-Dame, accorde-nous le courage de faire les choix nécessaires à une meilleure qualité de vie pour tous et à l’épanouissement de notre jeunesse grâce à des familles fortes et fidèles. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. »

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En quoi, ce texte est-il une atteinte à la liberté, aux principes de la laïcité. En quoi est-il « homophobe » comme on nous le serine à longueur d'antennes?

Dans le 4ème paragraphe, le plus visé par la critique, l'homosexualité n'est même pas nommée. Mais il y a sans doute des gens, des groupes de pression, peut-être même des entreprises commerciales, pornographiques ou autres, qui se sentent visés par le souhait que les jeunes ne soient pas « l'objet des désirs et des conflits des adultes » pour d'autres fins que leur épanouissement.

On peut aussi se demander s'il est encore permis de débattre en France contre les positions des lobbies de la pensée unique.

Est-il encore possible ( que l'on ait raison ou tort ) de n'être pas d'accord avec un projet de loi instituant la légalité du mariage homosexuel?

L'Eglise catholique,( ou tout autre institution, ou citoyen ) a-t-elle le droit de ne pas en être d'accord, sous peine d'être stigmatisée, et mise hors jeu, bâillonnée? Sommes-nous un pays de libertés, ou un régime totalitaire?

Il est assez étrange que les idéologues, qui ont toujours considéré le mariage comme une institution aliénante et bourgeoise ( cf Marx et ses disciples plus ou moins roses ) se fasse aujourd'hui les ardents partisans du mariage homosexuel.

Notons que le falot François Hollande qui est leur symbole, n'est pas tant partisan du mariage hétéro. Il prèche d'exemple sur ce point.

S'interroger sur ce surprenant paradoxe, est-ce commettre le crime de lèse majesté républicaine?

 

Edouard Boulogne.

 

 

PS ; La question homosexuelle : En février 2012, à l'occasion d'une polémique dirigée contre le député Christian Vanneste, j'ai exposée ma position sur ce qui était en jeu. La troisième partie de cet article était intitulée La question homosexuelle. Dans ce texte j'attribuais à Robert Aron, ce qui était l'oeuvre de Jean-Paul Aron. Je profite de cette réédition pour réparer mon erreur. Donc, ni Robert, ni Raymond Aron ( le philosophe et sociologue ) mais Jean-Paul. Ceux qui voudrait relire, ou lire, la totalité de l'article peuvent cliquer sur le lien suivant : http://www.lescrutateur.com/article-homosexualite-halte-au-feu-par-edouard-boulogne-99417025.html

 

( III ) La question homosexuelle.

 

L'homosexualité existe depuis toujours, et je n'entreprendrai pas un historique qui exigerait un développement considérable.

Tantôt exaltée par des élites, tantôt vilipendée ( surtout à partir de la Renaissance, et totalement au XIX ème siècle ), souvent tolérée à condition qu'elle ne s'exhibe pas outre mesure, elle n'a jamais été considérée comme un phénomène banal et sans conséquences, ce qui est compréhensible puisqu'elle concerne ce qui touche à notre intimité la plus profonde, et touche aux sources et fondements de la vie.

En Europe depuis la révolution française, elle fit l'objet d'un consensus négatif, et répressif tout à fait trans-partisan. L'écrivain Jean-PaulAron ( pas Raymond ) a consacré un ouvrage très intéressant, et édifiant, à cette époque sous l'angle qui nous occupe ( Cf. Le pénis et la démoralisation de l'Occident. Grasset éditeur ).

Dans les pays communistes l'homosexualité était punie de mort, ou de la peine de déportation, en Chine, en URSS, à Cuba.

C'était pourtant l'époque, pas si lointaine, où Sartre, Danielle Mitterrand, et même Jack Lang étaient reçus royalement à La Havane. Il n'y a guère qu'un an que Fidel Castro, sentant sa mort prochaine, et son régime vaciller sous ses pas demanda pardon aux homosexuels pour les persécutions et le mal qu'on leur fit subir.

Mais le communisme étant tombé, les classes ouvrières faisant de plus en plus défaut dans la lutte pour détruire « l'empire du mal capitaliste » on se mit à chercher un « prolétariat de substitution ».

La « Révolution »chercha les nouveaux damnés de la terre, parmi tous ceux qui pouvaient, à tort ou à raison, avoir des motifs de mécontentements, ou de se croire persécutés.

Sa mainmise sur les médias, l'école et l'université étant ce qu'elle est, elle s'empara de thèmes nouveaux, et visa des clientèles nouvelles, entre autres les travailleurs immigrés, et ceux dont nous parlons aujourd'hui, les homosexuels.

Ceux-ci, sont dans toutes les couches de la société, hommes et femmes, dans toutes les religions, dans tous les partis politiques d'un extrême à l'autre de l'échiquier. Ils sont de toutes les classes d'âge. On en trouve même dans les couples hétéros sexuels- hommes et femmes, pères et mères de famille, qui ont trouvé dans ce faux semblant le paravent de leur vie cachée. Médecins, psychologues, prêtres confesseurs, en savent longs là-dessus.

Les travaux sociologiques sérieux qui leur ont été consacrés les estiment à 5% à peu près d'une population occidentale ( soit, si le chiffre est exact, dans une population française de 65 millions d'habitants, un chiffre de 3 millions et demi de personnes). De quoi intéresser, évidemment, les racoleurs de toutes sortes.

Pas des « tantes » et des « folles », évidemment, car une autre caractéristique de cette catégorie humaine, est sa discrétion, pour des raisons faciles à comprendre. Nous sommes loin des clowneries criardes des Gay pride.

Le but des « révolutionnaires » c'est d'unifier ce monde disparate, pour en faire un instrument de conquête du pouvoir.

L'intention s'est d'abord incarnée dans l'extrême gauche, puis à gagné par contagion la gauche classique. Elle est en train de conquérir la droite modérée. Et il suffisait d'écouter Jacques Chirac sur sa fin, ou ce matin encore M. Jean-François Copé « consterné » par le propos du député Vanneste pour s'en apercevoir.

En fait, la gauche se fout des « pédés » ( j'emploie à dessein cette expression injuste et vulgaire, mais consacrée ). Pour elle ils sont une matière première de leur ambition politique.

Et je ne suis pas en train de dire que la droite devrait en faire autant. Je ne suis pas autant cynique.

Je dis, en revanche, qu'il serait temps que le problème social, et surtout humain de l'homosexualité soit posée, et qu'on s'attache à le résoudre humainement, sans arrière pensée politicienne.

Il y a dans l'attitude courante, à cet égard, une énorme hypocrisie, et une volonté manipulatrice évidente.

Prenons l'actuelle revendication gaucharde du « mariage homosexuel » une escroquerie manifeste.

La gauche, en particulier la gauche marxiste et socialiste, a considéré, jusqu'à une date récente, le mariage et la famille comme de vieilles lunes, des institutions bourgeoises et aliénantes. « Famille je vous hais » disait André Gide, dans les années 1930.

D'autre part, les homosexuels « normaux » si j'ose dire, ne revendiquent nullement cette entrée en institution. Ce n'est pas tellement leur culture. Ni l'éducation d'enfants dont ils seraient « père et père », « mère et mère ».

Tout cela c'est de la politique, la politique de ceux qui veulent détruire ce qui reste de la famille, en l'assimilant à des unions d'une autre nature.

On me dit que M. Sarkozy, lors de son allocution de candidature que je n'ai pas encore entendue, aurait dit, se démarquant de M. Vanneste, qu'il déteste les mouvements homophobes. Moi aussi. Mais pour autant je ne suis pas homophile. Et j'espère qu'il ne l'est pas davantage.

On ne peut pas, me semble-t-il aimer ou détester, estimer ou mépriser quelqu'un à cause d'une appétence sexuelle qu'il n'a pas choisi, et qui n'est ni la zoophilie, ni la gérontophilie, ni la bestialité.

Chacun d'entre nous a, le sachant, ou ne le sachant pas ( le plus fréquent ) des amis qui appartiennent à cette catégorie. En ce qui me concerne je préfère un homosexuel ( que rien ne distingue d'ailleurs, extérieurement d'un hétéro, dans l'immense majorité des cas ) honnête, cultivé et généreux, à un hétéro voleur, inculte, et égoïste.

Il y a un changement des mentalités à opérer. Et l'éducation, qui s'impose, à cet égard, et d'abord dans les familles, ne doit pas être confiée à des militants prenant l'école en otage de leur maraude. Cela existe aussi.

Que nos compatriotes homosexuels soient ce qu'ils veulent, pourvu qu'ils respectent les règles essentielles de la socialité.

Qu'ils se méfient des manipulateurs de l'extrême gauche, et des nihilistes décadents, qui les prennent en otage. Et qu'ils méprisent les insignifiants, de la pseudo droite qui ne s'intéressent pas plus à eux que de cela.

Evoquera-t-on , et m'objectera-t-on le point de vue religieux? M'en tenant au christianisme je ferai remarquer que dans aucun des quatre Evangiles il n'est question des « pédés ». Que dans le Discours sur la montagnel'esprit n'est pas à la lapidation, ni de la femme adultère, ni de qui que ce soit. Ce qui est remarquable dans le monde méditerranéen, surtout à cette époque.

Voici, chers lecteurs, ce que je voulais dire, en hésitant, car il y a des sujets tabous.

Mais enfin c'est dit.

Et que personne, non plus, ne songe à lapider M. Vanneste. Que l'on soit d'accord ou non avec lui, son propos nous donne à penser. Et par les temps qui courent, ce n'est pas rien.

 

Edouard Boulogne. 

 

Vers-l-egalite.jpg ( Prochain objectif des lobbies ? ). 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dissident 17/08/2012 18:44


Le Royaume d’Arabie saoudite tente d’empêcher le Vatican de créer de nouvelles adresses Web se terminant par le
suffixe .catholique, au motif qu’il « ne peut démontrer qu’il détient un monopole sur le terme catholique
».


Cette objection fait partie de la liste de plus de 160 objections envoyée par les Saoudiens à l'ICANN, l'organisme en
charge des adresses Web qui projette d’ajouter des centaines de nouveaux suffixes aux noms de domaine actuels tels que .com, .co.uk, etc.


«Beaucoup d’autres chrétiens utilisent le terme catholique pour désigner plus largement l’Église chrétienne,
sans égard à leur affiliation confessionnelle», déclare la Commission saoudienne sur l’Information et la Technologie dans sa plainte. «D’autres dénominations chrétiennes se réclament du terme
catholique, telles que les Églises orthodoxes d’Orient. Par conséquent, nous demandons respectueusement à l'ICANN de rejeter la demande du Vatican ».


http://www.postedeveille.ca/2012/08/larabie-saoudite-tente-d-empecher-le-vatican-d-enregistrer-l-adresse-internet-catholique.html


 

Josué 17/08/2012 14:33


C'est le Changement aNormal Halal. "On" veut changer le naturel tout en laissant la cavalerie
barbaresque revenir au galop comme avant Poitiers, c'est promis. Pourtant sous le califat, ou la charia, non seulement les militants gays n'auraient jamais osé prétendre réformer la barbarie
qu'on sait mais encore ils se feraient lapider gratuitement sans n'avoir rien dit. Après les chiites et les sunnites on aurait les saddamites égorgeant les sodomites. C'est facile de s'en prendre
à l'Eglise réformée et laxiste. Plus sérieusement, il n'est pas question de condamner l'homosexualité mais certains poussent vraiment trop loin et ils vont s'enterrer eux-mêmes, comme les autres
d'ailleurs. Hélas ils emporteront avec eux beaucoup de ce qui reste d'humanité. Ils sont guidés par un esprit de destruction. On a déjà flingué le mot 'couple' quand on dit un "couple
d'homosexuels". Etant donné que le mot homosexuel signifie 'qui est du même sexe' on devrait NORMALEMENT dire une paire.

Léon Dy 16/08/2012 21:25


Cher Scrutateur, à la lecture de votre article - où plutôt de l'énoncé de la fameuse prière universelle, vous savez l'infâme,l'ignoble, la répugante - prière universelle qui sue la haine,
l'exclusion et j'en passe - je me vois revenu aux temps heureux de l'URSS et des procès de Moscou. Le code pénal soviétique, en effet,menaçait des pires sanctions les contre révolutionnaires. Et
pour s'assurer de ratisser le plus large possible, ce même code pénal soviétique définissait comme "contre-révolutionnaire" toute action ou toute "inaction" tendant à l'affaiblissement du
pouvoir. En clair, ce que les lobbies "gays" attendent de l'église catholique, c'est un engagement sans condition dans les armées de Sodome. Faut de quoi, tous les m'sieurs-dames exerceront leur
droit à la différence, c'est-à-dire qu'ils passeront à l'action. C'est vrai, quoi ! Comme s'il était permis de penser autrement. Entre la gayitude et la béatitude, il ne saurait y avoir place
pour un cheveu. Alors, un conseil, cher Scrutateru : à Sodome, faites comme les Sodomiens, sinon, gare à vos arrières.

Dissident 16/08/2012 13:53


Le Seigneur ne veut pas de cette singerie satanique et blasphematoire du mariage chrétien, allez vous faire....