Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Laudator temporis acti ( c'est-à-dire : "c'était mieux avant" ) ! 

 

 

col_afrique_1914.jpg ( Carte de l'Afrique en 1914. En bleu : la présence française. En rouge : la présence anglaise).

 


En France, et depuis de (trop ) longues années la mode est à la repentance. Sinon dans le peuple, du moins dans les petits cénacles où se forge la pensée ( si l'on peut dire ) du "politiquement correct" qui finit par impressionner les foules, et à reléguer ( mensongèrement ) ceux qui résistent courageusement dans les rangs de l'extrémisme de droite, et du "racisme" qui constituerait la substance même de l'âme française.

Pourtant, pour qui se donne la peine de scruter attentivement le flux d'une actualité assourdissante, des signes commencent à affleurer, sous la couche de glace dont dont on la recouvre, qui laissent espérer un retour à une plus grande lucidité.

Hier soir ( 18 juillet ) un reportage diffusé par RFO sur le redéploiement des troupes françaises, sises dans leur base du Sénégal, des gens du peuple ( sénégalais), hommes et femmes d'un certain âge, avouaient sans ambage leur déconvenue au départ des Français, voire simplement à la diminution de leurs effectifs. Départ peu compatible, selon eux, avec des exigences de sécurité, ou tout simplement des garanties de prospérité économique.

J'y pensais lorsque j'ai reçu le lien ci-dessous mettant en scène M. Kofi Yamgnane, né au Togo, et qui, par ailleurs a fait en France ( pays abominablement raciste, comme chacun sait ) la belle carrière politique que l'on connait, maire d'une commune rurale de l'hexagone, et ministre de la nation.

M. Yamgnane avait voulu faire bénéficier son pays d'origine ( le Togo ) de son expertise acquise en France, et voulait se présenter aux élections présidentielles du Togo. Il en a été empêché et s'est exprimé de la façon que l'on va voir.

Au Togo, également, comme au Sénégal et dans toute l'Afrique réelle ( celle des petites gens, pas des pseudos élites), on s'exprime sans fard : "Laudator temporis acti".

M. Yamgnane traduit la pensée populaire en des termes que pour ma part je n'oserais utiliser : "c'était mieux au temps des blancs".

Pauvre Afrique, victime des idéologies pseudo révolutionnaires, et de la rapacité de leurs chefs.

 

Marc Decap.


  http://fr.novopress.info/63258/video-kofi-yamgnane-c%E2%80%99etait-quand-meme-mieux-du-temps-des-blancs/

 

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article