Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

La voix des lecteurs ( II;/ Guadeloupe : Les Hôteliers, le retour, etc ).

 

 

 

( Voici une rubrique du Scrutateur, qui doit vous intéresser. Elle ne fait pas double emploi avec les commentaires d'articles. Ceux-ci, en augmentation lente, mais constante, est faite de vos réactions aux articles.

« La voix des lecteurs »vous donne la parole, la possibilité d'enrichir notre blog de vos idées, réflexions, poèmes, réactions propres à l'actualité en général.

Bien entendu je ne publierai que ce qui ne s'en prend pas, éventuellement, aux personnes, au-dessous de la ceinture comme on dit.

Les articles signés seront plus particulièrement bien venus. Mais il y a, je le sais d'excellentes raisons, qui ne relèvent pas de la couardise, mais plutôt de ce qu'on appelle le devoir de réserve, à l'anonymat, ou au pseudonyme. Ces articles seront pris en compte. Mais il faudra, que je puisse identifier les expéditeurs de façon précise. Ma discrétion à leur égard étant assurée.

Maintenant, chers lecteurs, à vous de jouer.

Edouard Boulogne) .

 

 

La voix des lecteurs-copie-1

 

 

 

 

( I ) :   La Nativité et le rêve du Chrétien !
Castets jean-jacques
Bonjour Mr Boulogne,

A l'approche des Fêtes de fin d'année que je me permet de vous souhaiter excellentes et en famille, dans cette période de l'Avant, tout comme votre consœur dont on vient de m'envoyer ce courrier rempli d'espoir au travers d'un constat pudique et retenu datant du printemps 2010.
Qu'il nous soit donc permis à nous aussi d'espérer et de rêver d'un mieux utopique dans la marche du Monde .
Souhaitons qu'une prise de conscience, ou qu'un Messie nous éclaire au fond des yeux, du cœur et de notre conscience d'adulte responsable.
http://lumieresdumonde.over-blog.com/article-j-ai-fait-un-reve-a-toulouse-45866321.html

Le visiteur qui vous envoie cet e-mail n'a pas eu connaissance de votre adresse de messagerie.



 

La publication d’un article récent sur Dom actu (http://www.domactu.com/actualite/101214153272963/guadeloupe-vers-la-disparition-de-l-industrie-touristique/)  m’inspire la réflexion suivante :

 

( II ) LES HÖTELIERS,LE RETOUR !

 

Pendant plusieurs décennies les hôteliers ont capté la plus grande parties des aides publiques , locales et nationales,sans améliorer leur rentabilité,alors que les touristes étaient là.

Aujourd’hui on sollicite de nouveau le contribuable pour faire face à la crise.

La Guadeloupe serait donc le seul pays au monde dont l’industrie touristique ne peut fonctionner sans subventions ?

Faut-il rappeler que la France,métropolitaine,reste le premier pays visité au monde,sans aucune des subventions versées aux DOM et en dépit des grèves répétées.

Quels sont les motifs invoqués ?

« La situation générale » : Elle ne concerne que les hôteliers ?

« La carence de l’organisation par ceux qui en ont la charge » : Ce sont les acteurs de la filière qui en ont la charge,c’est aux autres de palier leurs carences ?

« le déficit d’image » : l’image de la Guadeloupe reste globalement bonne et l’accueil,hors des hôtels est appréciée,la marchande de sorbets sur la plage et le petit lolo y participant autant que l’hébergeur.

« les charges particulièrement lourdes » : Ce secteur a été le plus servi en terme d’allégement de charges (défiscalisation,charges sociales et fiscales largement réduites,voire annulées,moratoire à répétition), on  ne peut les taxer de « lourdes ».Comment auraient-elles pu augmenter de 90% avec une baisse importante de la fréquentation touristique ?

Les deux autres motifs « comportement sociaux excessifs » et « insuffisances du financement

de la promotion » sont les seuls vrais freins.

Le premier est du ressort de l’Etat et l’emporte sur tous les autres, il ne sert à rien d’injecter

des aides massives si 44 jours de grèves réduisent à néant l’effort. Seul l’Etat a les moyens,et l’obligation, de faire respecter la loi et les liberté publiques,c’est une mesure qui ne coûterait pas un centime.

La promotion devrait effectivement être,en partie, du ressort des collectivités locales,encore faudrait-il que, là encore, l’Etat de droit prévale et qu’il y ait un retour par le biais des impôts et taxes .

Le rappel à la convention collective,exorbitante du droit commun,est curieuse car cette convention, qui fait des salariés de l’hôtellerie les seuls à être payés plus cher qu’en métropole,avec la fonction publique,a consisté à un partage ,demandé par les syndicats et accepté par les employeurs hôteliers de la manne des aides publiques .Au moment où ces aides se raréfient on voudrait changer la donne ?

Quant à la remise à plat des aides,ont ne peut admettre qu’elles dépassent le seuil actuel.

Il faudrait,au contraire que les aides subsistantes soient déployées sur l’ensemble des acteurs de la filière et non plus sur les seuls hôteliers.

Une fois que l’Etat aura joué son rôle de garant des libertés publique,les choses rentreront dans l’ordre et l’attractivité,réelle, de la Guadeloupe sera recouvrée.

C’est pourquoi il faut rester ferme et optimiste car ce sera la jeune génération de Guadeloupe qui devra relever le défi face à la raréfaction des aides publiques.Nos jeunes en ont les compétences et la volonté et sauront remplacer les chasseurs de primes par de vrais entrepreneurs.

Claude Houël.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article