Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

-17--andre-atallah.jpg

Le Scrutateur s'est penché à plusieurs reprises sur la guerre civile qui ravage actuellement la Syrie.

N'étant pas un spécialiste du moyen orient, je me suis abstenu de toute position tranchée. Mais l'information qui est dispensée par les « grands medias » est si manifestement orientée que j'ai cru devoir donner la parole à des témoins, et à des analystes plus complexes, moins partiaux, dont on retrouvera facilement les articles dans nos archives récentes. Pour faciliter cette recherche on se reportera, par exemple à cet interview d'Alain Chouet : http://www.lescrutateur.com/article-sur-la-guerre-civile-en-syrie-pour-deniaiser-un-peu-par-alain-chouet-108580624.html .

Aujourd'hui, c'est à une personnalité syro-libanaise de Guadeloupe, le docteur André Attalah, qu'il convient de donner la parole.

A l'entendre la situation est inquiétante, et nullement conforme à la vision que veulent en donner pour des raisons de « haute politique » ( les guillemets sont importants ) les gouvernements des grandes puissances, parmi lesquels celui de la France.

LS.

 

André Atallah : Il y a 3 guerres actuellement en Syrie

 

http://www.sxminfo.fr/component/k2/item/10212-guadeloupe-exclusif-andr%C3%A9-atallah-il-y-a-3-guerres-actuellement-en-syrie.html

 

Basse Terre. Mardi 07 Juillet 2012. CCN. Alors que la guerre fait rage en Syrie, la communauté syro-libanaise de Guadeloupe, est très inquiète, l’éventuelle chute de Bassar el Asad risque de reproduire en Syrie ce qui s’est déjà passé dans le Liban des années 8O ou pire créer une situation à l’Irakienne, c’est du moins ce que craint le cardiologue André Atallah qui a accordé un entretien exclusif à CCN . Né en Guadeloupe, il y a 56 ans, le Dr Attalah a comme bon nombre de ses compatriotes d’origines Syro-libanaise gardé des attaches avec la Syrie des grands parents. Sur le plan professionnel, le Dr Attallah qui exerce en milieu hospitalier est très impliqué. Chef du pole Vasculaire au centre hospitalier de Basse Terre, il est entr’autres membre du bureau l’observatoire régional de la santé de Guadeloupe membre titulaire de la Société Française de Cardiologie. Sur le plan politique, ce militant PS et conseiller régional est aussi fondateur de la section locale de Terra Nova. On dit de lui qu’il est (ou qu’il a été) dans la garde rapprochée de Victorin Lurel. Son nom aurait même parfois été prononcé pour succéder au Président de la Région devenu ministre. André Atallah, est le fondateur de l’association des syro libanais de Guadeloupe ( Le phénicien) qui a récemment accueilli à Basse Terre, l’écrivain martiniquais Raphael Confiant, auteur du roman » Rue des syriens » Le Dr Atallah s’exprime ici à titre personnel.

On parle en Guadeloupe, Martinique de "Syriens", alors qu'il existe des Libanais et des Syriens ; d'où vient cette confusion?

André Atallah. En fait le terme de « Syrien » englobe les Syro Libanais et les originaires des pays du Levant ayant émigré aux Antilles (en provenance surtout du Liban, de la Syrie et dans une moindre mesure de Jordanie et de Palestine). C’est à la fin du XIX ème sicle que cette première vague d’émigration eu lieu. Ils furent tous désignés sous le nom générique de « Syriens ».

Qui est libanais? Qui est syrien? Est-ce que l'immigration a été la même?

AA. Les premiers à émigrer et à s’installer en Guadeloupe et Martinique furent des libanais. Le premier libanais à avoir émigré serait (Lire le livre édité par l’Association « Le Phénicien », et écrit par Gérard Lafleur, « Les Syriens et Libanais de Guadeloupe, édition Karthala), un médecin chrétien, qui a fuit le Liban suite aux guerres confessionnelles entre musulmans et Chrétiens, conflits entretenus par bien souvent, d'ailleurs, par des puissances extérieures qui avaient intérêt à entretenir ces conflits afin de mieux exercer leurs pouvoirs. Ces premiers « émigrants » partaient pour l'Amérique pris dans un sens large, sans savoir s'ils reviendraient un jour. ». La grande majorité des « Levantins » qui ont émigré en Guadeloupe sont des chrétiens. Les Syriens émigrèrent plus tard vers les années 1900.

Est ce qu'en Guadeloupe, la différence entre les deux communautés est importante ?

AA. Les Libanais et Syriens de Guadeloupe vivent en parfaite harmonie. Il y a eu quelques tensions lors de la guerre du Liban, mais très vite le bon sens a prévalu. En bonne intelligence il n’y a pas eu en Guadeloupe de tension conséquences entre les originaires du Liban et de la Syrie. Il y a aussi beaucoup de mariages « mixtes » entre Libanais et Syriens de même confession religieuses. A titre d’exemple, ma mère est d’origine libanaise, mon père d’origine syrienne.

Comment les événements de Syrie sont-ils ressentis vus de Guadeloupe?

AA. Très douloureusement. Déjà, il y a encore en Guadeloupe et Martinique, beaucoup de guadeloupéens d’origine syrienne qui ont encore de la famille en Syrie. Certains qui avaient prévu durant les congés l’an dernier et cette année d’aller revoir leurs familles, ce qui n’a pas été possible.

Est-ce que l'information diffusée par les medias est satisfaisante?

AA. Les medias ont manifestement pris parti pour la « révolution ». Le comportement de l’armée est répréhensible, bien sûr. Mais que propose –t-on pour la Syrie de demain ?

Le risque d’islamisation de la Syrie est réel. Jusqu’à maintenant les différences communautés vivaient en paix. Qu’en sera – t-il demain ? La presse n’en parle pas.

Si le régime est renversé quel sera le sort des alaouites ?

La situation actuelle a-t-elle généré des mouvements de solidarité de la diaspora ?

AA. La diaspora est en permanence à l’écoute de la situation en Syrie. Elle espère que vite la situation s’apaisera et que la paix reviendra dans ce beau pays qu’est la Syrie. La grande majorité des Syriens est de confession chrétienne, et ne sait pas si demain elle pourra « vivre en paix » dans un pays ou, elle est minoritaire.

focus andre atallah asso syro libanEst-ce qu'en Guadeloupe/Martinique /Guyane/Dominique la "communauté" prend parti pour l'un ou l'autre des camps? Les syriens de la caraïbe, comprennent ils ce qui se passe ?

AA. Il n’y a pas une position organisée. Il y a eu tout d’abord une grande surprise ici de la part des Syriens, de voir le printemps arabe s’étendre à la Syrie.

En fait il y a 3 guerres qui ont lieu actuellement en Syrie

- Une guerre qui initialement a été contre des civils, (ce n’est plus actuellement le cas). C’est celle qui a débuté en Mars 2011, qui a peut-être été le déclencheur de la situation actuelle. C’est le choix des armes fait par quelques officiers en réponse aux premières manifestations de Deraa, demandant la libération des jeunes emprisonnés suite aux manifestations contre le régime.

- Le conflit entre unités d’élites. Elle a débuté durant l’été 2011, entre les unités d’élite de l’armée régulière et des groupuscules armés locaux formés de civils et de déserteurs. Ces groupuscules voient arriver des renforts militaires venant de l’extérieur : Jordanie, Liban, Irak.

- La guerre de tous contre tous, et c’est la le grand danger de ce conflit. La communauté internationale n’est pas assez consciente de ce danger. Le conflit entre communautés est le grand danger pour l’avenir de ce pays. C’est ce que le président Assad était arrivé à éviter. 60% de Syriens sont des Sunnites. Le risque pour ce pays est là ; ces conflits sont alimentés par les puissances extérieures, l’Arabie Saoudite soutenant les sunnites, l’Iran soutenant les chiites. Le président Assad est de religion Alaouite, (issue du chiisme). Les Alaouites représentent 10% de la population.

On sait très peu sur le fonctionnement de la diaspora syrienne dans notre région, quels sont ses "rapports" avec la "mère patrie" ?

AA. Ceux des premières générations, n’ont que très peu de contacts avec la Syrie ou le Liban. Ceux arrivés plus tard, (guerre du Liban), ont gardé bien sûr des relations fortes.

Les oppositions historiques entre Israël/la Palestine. Le Liban/la Syrie, sont-elles perceptibles en Guadeloupe? En d'autres termes Juifs et Arabes en Guadeloupe, vivent ils en" paix"?

AA. Il y a une intelligence mutuelle, à éviter à exporter ce conflit ici en Guadeloupe. Il s’agit de respecter le pays de Guadeloupe dans lequel on vit, qui a déjà assez de problèmes à résoudre (chômage, développement économique, jeunesse en difficulté), et d’éviter de rajouter des complications et des tensions supplémentaires.

Nombre de Syro-Libanais, sont nés en Guadeloupe, parlent créole et sont-ils totalement intégrés à la société créole ou y a t-il encore une nostalgie de Damas? De Beyrouth?

AA. Il y a ceux qui sont nés ici, certains depuis 5 générations, qui se définissent comme des Guadeloupéens d’origine Syro-Libanaise, qui font partie de cette société créole et qui plaident pour cette identité mosaïque.

Ils ont apportés leur modeste contribution à faire et construire ce pays de Guadeloupe. Certains sont très connus, je ne pourrais les citer tous, mais ne peux m’empêcher de citer les Sarkis, Haikel, Camille Jabbour et Henni Debs.

L’avenir ?

AA. J’espère que ce conflit se terminera vite, mais je suis pessimiste. Que propose – t-on pour se pays de Syrie pour demain. Une solution à l’Irakienne ? à la Libyenne ?.

Je me rends environ tous les 3 ans en Syrie en vacances, c’est vraiment un pays à visiter, je formule le vœu qui si ce conflit cesse, de mieux le faire connaître aux guadeloupéens.

Il faut savoir que les archéologues ont démontré que la Syrie accueillait l’une des plus anciennes civilisations et l’un des plus anciens peuples du monde antique, que Damas (ville extraordinaire par sa beauté et richesse) est l'une des plus anciennes villes connues et toujours habitées (des traces archéologiques remontent au IVe millénaire av. J.-C.).

Article originalICI

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article