Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

La mort d'Akéla.

img019.jpg ( 1996 : Akéla et le Scrutateur).

Akéla, c'est le loup solitaire, du Livre de la jungle de Rudyard Kipling, qui, avec l'aide de Baghera, la panthère noire, racheta Mowgli, et lui sauva la vie, l'arrachant aux griffes du tigre boiteux Shere Khan, pour le prix d'un taureau égorgé sur les rives de la Waigunga.

Akéla était le symbole même du courage, de la sagesse, de la sobriété un peu hautaine, mais toute fraternelle en profondeur, qui caractérisenr les grands chefs, et dont feraient bien de s'inspirer, aujourd'hui tant de nos chefs d'Etat, ou de plus humbles collectivités.

 

img018-copie-1.jpg ( Chez des amis, rencontre, en 1996, de Fabienne et de quelques anciens


Peu nous importait qu'Akéla fut un grand loup mâle, et que le vrai totem de Fabienne eut dû être la figure de l'épouse d' Akéla, Raksna ( "le démon", à cause de son courage et de son intrépidité à défendre la meute, et ses petits ). Pour nous tous, Fabienne était Akéla. Nous la respections ( sans la craindre, à une époque où l'autorité ne supportait pas de contestation et ne craignait pas de s'afficher avec tous ses attributs), nous la vénérions, nous l'aimions.

 

Vers-1952.jpg ( Quelques éléments de la meute, devant leur caverne, à Massabielle, vers 1950).


Elle n'organisait pas seulement les jeux, exercices manuels, et les camps. Elles savaient aussi, merveilleusement, à la nuit tombante dans la cour du collège de Massabielle où se trouvait la caverne de la Meute A, raconter des histoires. Celles en particulier de Mowgli l'enfant loup, de Nag et Nagena. J'avais un goût particulier pour ce moment du jeudi de la fin d'après midi, dans le soleil coucahnt, après quoi des enfants de 08 à 11 ans pouvaient rentrer chez eux, en traversant tout Pointe-à-Pitre, sans crainte d'être détroussé, agressé, comme aujourd'hui. Ah! La mémoire, l'édifice immense du souvenir.

 

img288.jpg( Discipline! discipline! Mais Akéla savait pratiquer la devise de Lyautey, je crois, "Fortiter in re, suaviter in modo : Fermeté sur les principes, mais souplesse dans l'application!)!


Vers le début des années 80, Fabienne choisit d'aller vivre en métropole, dans la région de Nice.

Elle revenait chaque année dans dans son île natale, pour s'y ressourcer, et y retrouver sa famille ( elle était la tante du journaliste bien connu, Raymond Sargenton).

A cette occasion, je l'ai revue à plusieurs reprises ( cf photos ).

Aujourd'hui, c'est en lisant Guadeloupe Attitude, le blog de Jean-Claude Halley ( voir le lien) que j'apprends son décès, survenu le 15 juillet dernier. J'ai l'âme nostalgique, et triste.

Mais comme le Chevalier de Pardaillan, de l'immortel Zévaco, il y a des gens qui ne meurent pas.

Akéla fait parti de cette phalange.



Edouard Boulogne.



http://www.lescrutateur.com/ext/http://halleyjc.blog.lemonde.fr/

Ma BA pour Cheftaine ! Par Jean-Claude Halley

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article