Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

21267_10200916082890510_1894326957_n.jpg ( Notre amie Emmanuella Ajax, qui, parmi d'autres, représentait la Guadeloupe. Voir plus bas ). 

 

Cette manifestation a été un succès, même si elle a réuni un nombre moins grand de participants que les précédentes.

D'abord parce qu'elle était régionale, limitée à Paris et à sa banlieue. Ensuite parce que les précédentes qui avaient rassemblé plus d'un million de personnes, étaient encore toute récentes. Il n'est évidemment pas facile de venir de Marseille, de Carpentras, de Toulouse, de Bordeaux ou de Lille, quand on est en famille, qu'il faut prendre le train, les cars, ou l'avion? Qu'à Paris il faut manger, boire, dormir, descendre pour beaucoup à l'hôtel, et qu'on est légitimement fatigué.

Et que le gouvernement, accélérant la procédure de vote de l'Assemblée nationale, et la fixant à mardi, à coupé les moyens légitimes ( et...démocratiques ! ) de réaction des citoyens.

Quoiqu'il arrive rien ne sera joué? D'abord parce que le Conseil Constitutionnel a son mot à dire, sur la constitutionalité de cette loi. Et là dessus il y a beaucoup à dire. D'autre part parce que ce gouvernement de gens de rien, maintenant coupé du peuple, risque de perdre toutes les élections à venir, et que M. Hervé Mariton a déjà parlé d'un referendum proposé au peuple par la future majorité pour annuler les errements de l'actuel pouvoir. D'autres manifs sont prévues à courte échéance.

Ce n'est qu'un début, le combat continue.

LS.


 

( I ) : Le point de vue d'Yves Thréard : http://www.lefigaro.fr/politique/2013/04/21/01002-20130421ARTFIG00213-manif-pour-tous-mobilisation-contestation-determination.php

 

Mariage homosexuel : la rue pour tous

 

http://blog.lefigaro.fr/threard/2013/04/mariage-homosexuel-la-rue-pour.html

 

L-enfant-n-est-pas-une-marchndise.jpg

 

La gauche découvre, avec surprise et quelque dédain, que le droit de manifester n’est pas son monopole. Elle qui, pour un oui ou pour non, crie sa colère dans la rue, se retrouve donc à court d’arguments face au mouvement des opposants au mariage homosexuel. De façon aussi primaire que sommaire, elle veut tous les faire passer, au choix, pour des nervis du néofascisme ou des petits-bourgeois en mal de sensations !

Si elle a raison de dénoncer le comportement de certains éléments incontrôlables, la gauche devrait y regarder à deux fois. La manifestation de dimanche, comme les précédentes et celles des 5 et 26 mai prochain, lui en apportera l’occasion. Les milliers, les centaines de milliers de Français qui prennent la peine de descendre dans la rue défendent des convictions. Leur conception de la famille et, au-delà, de la société française.

Ils sont de tous âges, de toutes origines, de tous milieux. Ils veulent être entendus par un gouvernement qui les traite depuis des mois avec suffisance et insuffisance. Qui ratiocine sur l’ampleur des manifestations, multiplie les vexations et veut faire adopter un texte plein d’approximations.

Trop, c’est trop...

 

Yves Thréard.

 

( II ) La Guadeloupe était représentée, notamment par notre amie Emmanuella Ajax du comité Guadeloupéen contre le « mariage pour tous » ( mais pas Hollande ). Nous en sommes heureux, et fier. Voir la photo en tête de l'article.  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ch Etzol 22/04/2013 23:59


Ce n'est,comme le dit très justement le scrutateur, que le début d'un combat, si l'on en juge par cet extrait de "la révolution n'est pas terminée" du ministre Peillon, qu'analyse M.
Dominique Daguet dans un article récent de la France Catholique: 


La Révolution française est l’irruption dans le temps d’un quelque chose qui n’appartient pas au temps, c’est un commencement absolu, c’est la présence et l’incarnation d’un sens, d’une
régénération et d’une expiation du peuple français. 1789, l’année sans pareille, est celle de l’engendrement par un brusque saut de l’histoire d’un homme nouveau. La révolution
est un événement méta-historique, c’est-à-dire un événement religieux. La révolution implique l’oubli total de ce qui précède la révolution. Et donc l’école a un rôle
fondamental, puisque l’école doit dépouiller l’enfant de toutes ses attaches pré-républicaines pour l’élever jusqu’à devenir citoyen. Et c’est bien une nouvelle naissance, une
transsubstantiation qui opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle église avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la loi. »


La "refondation de l'école",c'est la nouvelle religion d'Etat !! L'Enseignement Catholique ne devrait-il pas commencer d' y réfléchir
?                                     
Ch Etzol