Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

La France vue de Suisse : Consternant!

 

martine_aubry_secretaire.jpg

 

 

     13-10-2010

La France a-t-elle encore un avenir ?

La France a donc connu une nouvelle journée de grèves. Des grèves massives dont le pays s'est fait une triste spécialité depuis longtemps. 

 Des grèves qui marquent d'abord la faiblesse du monde syndical qui, bien plus que la défense des travailleurs, recherche en ce genre d'occasions visibilité et adhérents nouveaux. Des grèves qui laissent pantois face à tant de médiocrité, de populisme et de malhonnêteté intellectuelle du côté de la Gauche qui, bien plus que du bonheur des Français, ne vise qu'à affaiblir le pouvoir en place.

La France, décidément est condamnée à la jacquerie, cette vieille habitude gauloise. 

 Depuis toujours, quand le Français moyen est mécontent, bousculé, il ne réfléchit pas, il n'agit pas, il ne réagit même pas.

 Il descend dans la rue, hurle sa rage et généralement s'en prend aux coupables que lui désignent les braillards conduisant les cortèges. 

 Et depuis toujours, sa cible est "le riche, le privilégié, autrement dit le patronat, les nantis". 

 Dans les situations extrêmes il se met à casser et va jusqu'à s'en prendre physiquement aux personnes. 

 Dans le pire des cas, la France entre en révolution. 

 Le 19ème siècle en a connu quelques unes, plus ou moins sanglantes.

Mais au cours des cent dernières années, les choses se sont déroulées de manière moins dramatiques.

  Pourquoi ? Parce que la France s'est organisée pour répondre "sans douleurs" aux conséquences de son inaptitude à affronter sa faiblesse politique, sociale et économique.

 Les trucs étaient l'endettement public puis l'inflation et la dévaluation monétaire pour l'éponger. 

 Des trucs qui ont permis durant tout le 20ème siècle à l'Etat et aux politiciens français de "plumer" dans la durée, petit à petit , les épargnants et les rentiers, sans que ceux-ci se trouvent en mesure de manifester leur misère.

 Mais la naissance de l'Euro et l'entrée, manifestement imprudente, de la France dans la zone monétaire européenne a mis un terme à ce jeu sordide. 

 Et désormais la classe politique est forcée d'affronter les réalités.

  Les dévaluations ne sont plus possibles, la dette publique n'est plus effaçable à souhait et l'équilibre budgétaire devient une exigence non plus théorique mais pratique. 

 Ce sont ces éléments nouveaux, non pas une vertu soudainement descendue sur le parti au pouvoir en France, qui ont forcé le président Sarkozy à engager la réforme des retraites, une réforme devenue incontournable.

 Ce qui stupéfie par conséquent l'observateur est la manière dont l'opposition utilise la situation ainsi créée à des fins purement égoïstes, dans un effrayant déni de la réalité.

 Elle qui sans cesse alimente les médias de ses discours protecteurs des classes défavorisées et de l'expression de sa volonté de pratiquer un développement durable,

  la voilà qui descend dans les plus grandes profondeurs de la manipulation et de la tromperie. 

Qui n'a pas vu avec incrédulité en ce 12 octobre les lycéens et les étudiants, encadrés par les meneurs syndicaux et de la Gauche , répéter en chœur les discours anachroniques de ceux qui font 

 " croire que le bonheur est de travailler le moins possible et d'atteindre le plus rapidement possible l'âge de la retraite ? "

 S'agissant de l'avenir de la France , ses amis se sont souvent inquiétés du danger représenté par la tendance immémoriale de son peuple à la contestation et à la jacquerie.

 Ils ont toujours craint l'infantilisme légendaire de sa classe politique.

 Mais depuis aujourd'hui ils sont désespérés. 

 Comment un peuple peut-il avoir un avenir si : 

 sa force vive, sa jeunesse, avant d'occuper son premier emploi, est déjà obsédée par l'âge de sa retraite et le montant de sa future pension ?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cagneaux 13/02/2011 23:25



Bonsoir,


Avant de baver tant de choses consternantes sur un peuple, il serait bien de connaître son système politique. Une fois que vous l'aurez compris, vous pourrez comprendre les réactions françaises.



Candide 12/11/2010 22:41



Voyez plutôt cette information : http://fr.news.yahoo.com/4/20101112/tts-france-retraites-greve-ca02f96.html


Du temps de Jojo Marchais c'était Moscou qui allongeait les roubles. Et maintenant alors ? c'est qui donc qui allonge les Yuans ?



Elie Minus 11/11/2010 14:39



Avant-hier sur rfo-télé-intox nous avons pu voir un olibrius hispanophone et étranger dire que la Guadeloupe devait pouvoir se rapprocher de Cuba et du Vénézuela. Il a terminé son vomi en disant
que la Guadeloupe était isolée par rapport à ces pays. Rendez-vous compte : dire que la Guadeloupe est isolée par rapport avec Cuba. Le comble. Quelle intoxication ! Et sur une chaine publique,
dans le journal du soir. Méssié !


Et pas de commentaire d'un journaliste ni du ou de la préposé(e) à la lecture du prompteur. Mais le dernier coup de caméra sur JC Malo présent dans ce concert exogène aura permis aux
téléspectateurs de constater une fois de plus la piètre machination exercée avec l'argent public.


La comparaison avec Cuba est débile, comme le mythe révolutionnaire d'un peuple heureux d'être dirigé par un dictateur et puis par son frère adultérin du même nom depuis plus de 50 ans. Ce mythe
masque un problème très intéressant pour nos agitateurs racistes locaux : Cuba est gouvernée et controlée par une oligarchie blanche d'origine espagnole, et le partage du pouvoir avec les cubains
d'origine africaine est absolument inexistant. Pa ni sa.


Allez un petit article du jour sur cet eldo...raté :


http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/p-1911-Les-Cubains-veulent-des-changements-mais-garder-leur-carnet-d-alimentation-.htm?&rub=2&xml=newsmlmmd.6cc750e798200ffe04ced4ebec3fa781.3d1.xml



Oupédisa 10/11/2010 18:10



Oui c'est bien beau tout çà. Mais malheureusement, le pognon qui se planque en Suisse (et ailleurs, mais en Suisse) participe à bien des crises.


Entre 39-45, ils allaient tranquillement travailler dans leurs usines à chocolats pendant que tout autour çà étripait sévèrement, et dans leur première langue.


On sait qu'ils ont accueilli de nombreux persécutés et apatrides, mais ils ont un statut très à part et ils pourraient s'abstenir.


A part çà la photo de la Martine est mal truquée parce qu'elle y paraît comme une gauchère. Elle est peut-être de gauche mais je doute qu'elle soit gauchère. Elle est bien trop primaire pour être
gauchère.


Si elle l'est c'est vraiment la preuve que la fin du monde est proche