Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

L'Islam à la Réunion.

 

la-Reunion.jpg

 

 

( La montée en puissance dans le monde d'un Islam conquérant et dur, inquiète à juste titre beaucoup de ceux qui réfléchissent?

De l'Islam, ou de l'islamisme? Cette distinction est-elle valable, ou bien n'y a t-il qu'un seul Islam intolérant et totalitaire?

Ces questions sont importantes et méritent d'être examinées avec la plus grande attention par ceux, politiques, religieux, philosophes qui veulent agir pour le mieux, avec justice, et sans tomber, ni dans le rejet immédiar et irréfléchi, ni dans la naiveté d'une ouverture à l'Islam au nom d'une soi-disant laicité, qui le plus souvent n'est que le cache sexe d'un laicisme antichrétien aveugle, ou d'un relativisme lâche.

Le Scrutateur s'intéresse à ces questions depuis un certain temps, et travaille ( dans l'optique philosophique et chrétienne qui est la sienne) pour l'avenir à une meilleure connaissance de l'Islam.

C'est la raison pour laquelle j'accueille avec plaisir cette interview, que m'adresse notre ami de la Réunion ( qui n'est pas M.David Chassagne ), interview de madame Marie-France Mourrégot, qui après de nombreuses années de recherches sur le terrain publie ces jour-ci, aux éditions de l'Harmattan,  un livre : L'Islam à la Réunion.

Les passages soulignés en Rouge le sont par le Scrutateur.

E.Boulogne).

 

 

 

Par  David  Chassagne (  Réunionnais ) :


On peut vraiment parler d’un islam réunionnais”


  • publié le 15 août 2010
  • 06h46

“L’histoire montre qu’un modèle ne se transpose jamais. Ce qui est possible, c’est qu’en métropole, on s’inspire de ce qui a été possible à La Réunion et que l’on réfléchisse à ce qui peut être fait”.

                           --------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Marie-France Mourrégot. En cette semaine de début de ramadan, la parole à une universitaire qui, depuis près de vingt ans, observe et analyse les communautés musulmanes de La Réunion. à travers le regard du chercheur pointe une admiration certaine pour cette harmonie réussie sur un territoire français.

Comment une chercheuse universitaire zoreil en est-elle venue à s’intéresser à l’islam à La Réunion ?

J’avais l’intention de me lancer dans un mémoire de maîtrise d’histoire consacré à la visite de l’émir Abdel-Kader à Paris en 1852, lorsque je suis allée en vacances à La Réunion chez un ami d’enfance. Nous étions au début des années 1990 et la métropole était régulièrement secouée par des “affaires” de musulmans : construction de mosquées qui posaient problème, filles exclues de leur collège parce qu’elles portaient un foulard en classe... Bref, je me suis rendue compte qu’à La Réunion, les choses se vivaient naturellement, sans poser de problèmes. J’ai donc décidé de laisser l’Emir Abdel-Kader reposer en paix et changé l’orientation de mes recherches pour m’intéresser à une communauté vivante qui semblait en harmonie avec la société dans laquelle elle était installée. J’ai consacré beaucoup de temps à la recherche de terrain effectuée au cours de nombreux voyages à La Réunion entre 1993 et 2008.

Vous parlez de “visibilité tranquille” de l’islam à la Réunion. Pourquoi ?

J’ai choisi ces termes par comparaison avec la situation de métropole, où construire une mosquée, obtenir un cimetière privé, ouvrir une école coranique, porter un hijab en classe était une source infinie de problèmes, exacerbés par les enjeux électoraux. Il est beaucoup plus facile de pratiquer sa religion pour un musulman à La Réunion. Il a “à sa portée” toutes les institutions, les infrastructures requises par la loi islamique pour l’accomplissement des rites. Les Réunionnais non-musulmans sont habitués à l’appel à la prière par haut-parleur, aux costumes islamiques dans les rues... Les minarets font depuis longtemps partie du paysage. Tous les symboles islamiques font désormais partie du patrimoine culturel réunionnais.

Peut-on véritablement parler d’un “islam réunionnais” ?

Oui. Bien sûr, le Coran et la Tradition du Prophète sont, sous toutes les latitudes, les fondements immuables de la loi islamique, mais la manière de pratiquer l’islam varie en fonction des pays, des sociétés. A La Réunion, les musulmans sunnites, d’origine indienne, se reconnaissent dans un islam turco-persan, et non pas dans un islam arabe. Ils ont des oulémas dont le Centre de légitimité se trouve en Inde, à Déoband, et qui professe un hanafisme strict. En ce sens, l’islam pratiqué à La Réunion est plus proche de celui qui est pratiqué en Afrique du Sud et à Maurice qu’en métropole. Les Gujaratis musulmans qui émigraient ont choisi La Réunion comme patrie. C’est là qu’ils ont voulu élever leurs enfants, où sont enterrés leurs parents, où ils ont leurs intérêts économiques et financiers. Ils ont voulu devenir Français choisissant de ce fait d’être régis par les lois de la République française et non pas par la Charia - la loi islamique - qui reste dans la sphère privée. L’islam réunionnais est un islam “ouvert”, modéré. Chacun peut pratiquer ou pas, observer les règles religieuses ou pas ; le croyant musulman est libre de mener sa vie à sa guise sans encourir de châtiment. Seul son Créateur appréciera ses actions au jour du Jugement. Cet islam “ouvert” dialogue avec les autres religions : le Groupe de dialogue interreligieux est particulièrement présent sur la scène réunionnaise et son président est un Indo-musulman.

Existe-t-il pour autant une “face cachée” de la pratique réunionnaise, moins ouverte, moins modérée ?

Je ne vois pas de “face cachée” de l’islam à La Réunion. Chez vous, tout est sous contrôle. Il existe un mouvement pour la propagation de la foi qui s’emploie à faire des musulmans de meilleurs musulmans, qui donnent une part importante de leur vie à “sortir sur le sentier de Dieu” pour aller, à La Réunion, dans les îles de l’océan Indien, etc., à la rencontre des musulmans et les inviter à calquer leur comportement sur celui du Prophète et de ses compagnons. Ce mouvement entraîne ses adeptes dans ce qui apparaît à certains autres musulmans, et aux non-musulmans, comme un repli, un enfermement. Apprécier leur nombre est impossible. Certains sont des piliers du mouvement de prédication, d’autres en font partie un temps ou de manière occasionnelle. Il ne s’agit pas d’un mouvement propre à La Réunion, il s’agit d’un mouvement transnational, la Tablighi-Jamaat, (mot ourdou pour « groupe de prédication »), né en Inde dans les années 1920 et arrivé à La Réunion en 1956. En tout état de cause, aucun de ces “missionnaires” ne songe à remettre en cause les institutions de la République : tous savent que dans aucun pays musulman, ils ne bénéficieraient des conditions de vie, de la liberté qu’ils ont à La Réunion.

Les Zarabs et les Karanes, venus de Madagascar, semblent parfaitement intégrés dans la société réunionnaise. En revanche, la place d’autres musulmans, comme les Comoriens et Mahorais n’est pas si simple. Existe-t-il des frictions, des inquiétudes quant à leur intégration “religieuse” ?

Les Karanes, qui sont des chiites, appartiennent à trois obédiences dont chacune a ses spécificités. Comme vous le savez, les Karanes ont trouvé leurs marques dans le département et appartiennent au monde socialement privilégié. A La Réunion, il n’existe aucun problème entre chiites et sunnites. Les Comoriens et Mahorais sont des musulmans sunnites comme les Indo-musulmans, ils appartiennent à une école juridique différente de ceux-ci, mais le rituel shaféite ne diffère du rituel hanafite que sur des points de détail. Ils peuvent donc prier ensemble, dans les mêmes lieux de culte. Cependant, Comoriens et Mahorais sont attachés à des pratiques étrangères aux Indo-musulmans, en particulier la célébration avec faste de l’anniversaire de la naissance du Prophète. Ils ont à cœur d’avoir leurs propres structures où ils peuvent se réunir et vivre leur foi selon leurs propres traditions (il existe une mosquée comorienne au Port). Il n’existe pas pour autant d’inquiétudes quant à leur intégration religieuse. Comoriens et Mahorais sont partie prenante de la communauté musulmane, ils ont participé à la création et à la mise en place du Conseil régional de culte musulman voulu par l’Etat. Il leur est demandé de se conformer aux règles en vigueur dans les institutions religieuses créées et gérées par les Indo-musulmans et de pratiquer leurs particularismes culturels, dans d’autres lieux.

Le terme zarab a-t-il toujours été assumé par les musulmans ?

Il a été employé par les Créoles lors de l’immigration gujaratie parce qu’à cette époque, tout ce qui avait un rapport avec l’islam était forcément “arabe”. On ne savait pas que la majorité des musulmans dans le monde n’est pas arabe et qu’en particulier, ceux qui vivent dans le sous-continent forment la plus grande masse musulmane du monde. Les Indo-musulmans réunionnais se sont habitués à cette appellation. Un Zarab est dans l’imaginaire collectif quelqu’un qui a de l’argent, quelqu’un qui a un magasin ! C’était vrai dans le passé mais, il y a des années que les choses ne sont plus celles-là. Les Gujaratis se sont installés à La Réunion dans la seconde moitié du XIXe siècle, disons à partir des années 1860. Ils ont ouvert des bazars où l’on trouvait tout mais principalement, des grains et des tissus. C’est après la départementalisation, dans les années 1950, qu’ils ont permis aux Réunionnais d’acheter près de chez eux des vêtements en prêt-à-porter qu’on appelait le “décrochez-moi-ça” et des meubles, d’abord des meubles “péi” fabriqués principalement à la Rivière Saint-Louis, puis des meubles importés.

En métropole, les musulmans font globalement partie des classes sociales les plus défavorisées, alors qu’ici, les Zarabs font partie des catégories plutôt à l’abri du besoin. C’est ce qui change tout ?

Effectivement. Les Zarabes ont une surface financière qui leur permet de peser sur les décisions politiques et économiques. Leur détermination à investir une grande partie de leurs bénéfices commerciaux dans les structures religieuses dont ils avaient besoin pour accomplir leurs pratiques religieuses a été totale dès les années 1890. Ils n’ont eu besoin d’aucun bailleur de fonds extérieur. De ce fait, ils sont maîtres de leurs choix et n’obéissent à aucune consigne, comme c’est le cas pour les musulmans de métropole qui récoltent des fonds au Maghreb ou dans les pays du Golfe et qui doivent, ensuite se conformer à des directives venues des généreux donateurs. Le problème en métropole, c’est que les musulmans sont “pluriels”, ils sont Algériens, Marocains, Tunisiens, Turcs, Africains, musulmans du sous-continent… Bref, toute une constellation d’origines d’où les enjeux de pouvoirs et les querelles intestines qui n’ont pas de raison d’être à La Réunion. Certes, l’homogénéité d’origine ne règle pas tout. Il existe parfois des dissensions, des sujets de controverse, mais tout se règle “entre soi”, sur un consensus.

Le modèle réunionnais est-il transposable en métropole ?

Sans doute pas. L’histoire montre qu’un modèle ne se transpose jamais. La Réunion est une terre d’immigration, elle s’est construite avec les apports culturels des uns et des autres. Les musulmans y ont bénéficié d’atouts exceptionnels. Ce qui est possible, c’est qu’en métropole, on s’inspire de ce qui a été possible à La Réunion et que l’on réfléchisse à ce qui peut être fait. Les musulmans de métropole pourraient aussi s’inspirer de la remarquable organisation des comités de gestion mis en place par les Gujaratis et créer des associations sur le modèle des Volontaires d’entraide musulmane (VEM) dont les services auprès des familles sont exemplaires.

Entretien : David Chassagne

 

Bio express

Native de la région d’Angers, Marie-France Mourrégot habite toujours dans le Maine-et-Loire, après de nombreuses années à Paris. Spécialiste de langue arabe et de plusieurs dialectes (diplôme de Langues Orientales, licence d’arabe à la Sorbonne Nouvelle), elle intègre ensuite l’INALCO pour préparer un diplôme en civilisation islamique et cultures musulmanes et rédige un mémoire intitulé : “Les musulmans dans la société réunionnaise : similitudes et différences”. Puis, c’est à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) à Paris, sous la direction de Marc Gaborieau, l’un des plus éminents spécialistes de l’Inde musulmane qu’elle prépare et soutient en 2008 (mention « Très honorable ») une thèse intitulée “Une alchimie à la gloire d’Allah : stratégies commerciales et institutions religieuses à l’île de La Réunion”. Ces deux travaux ont donné naissance au livre “L’islam à l’île de La Réunion”, publié chez l’Harmattan.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Patrice BALLY 18/08/2010 13:03



Pour connaître l'islam il faut lire le coran.


Publier un article quel qu'il soit avant d'avoir lu le coran serait  faire un enfant courir avant de lui avoir appris à marcher.


"L'islamisme c'est l'islam dans toute sa rigueur. L'islamisme est présent dans l'islam comme le poussin dans l'oeuf, comme le fruit dans la fleur, comme l"arbre dans la graine." (R.P. Henri
BOULAD, Jésuite)


J'ai une traduction du coran en français, celle traduit en français par Hamidullah,


version largement acceptée par les musulmans et qui est aussi celle que l’on


trouve sur le site de l’UOIF.


Vous avez mon mail!


 



Edouard Boulogne 18/08/2010 14:09



Bien d'accord avec ce que vous dites.


Lire le Coran n'e'st certes pas un devoir, sauf si on se propose de réfléchir sur l'Islam.Il me semble que le père Boulad a raison dans la citation que vous lui attribuez, même s'il faut
être capable de juger par soi-même.


Je possède aussi la traduction Hamidullah, mais dans une trop belle édition pour être un outil de travail ' Elle m'avait été offerte par un oncle".


Plus pratique, est la traduction Kasimirski, présentée par Mohamed Arkoun, dans la collection Garnier-flammarion.


A ceux de nos lecteurs qui seraient tentés par une telle recherche, je conseillerais deux choses :



Ne pas oublier de lire et de travailler... la Bible. Car il y a aujourd'hui en france un snobisme qui pousse à s'interesser à toute religion ( de préférence orientale ou exotique)
plutôt qu'au christianisme qui pourtant n'est pas mal; really! Donc ne pas oublier nos racines spirituelles.


Se documenter sur L'islam, et pas seulement dans le ciel étoilé des idées pures, mais aussi d'un point de vue pratique, historique, politique. A cet égard on peut lire : 




Le dictionnaire amoureux de l'Islam de Malek Chebel ( dans la collection des dictionnaires amoureux;


Le Coran , de Régis Blachère dans la collection Que sais-je?


Vivre avec l'Islam? ( éditions St-Paul, Versailles).  Ouvrage collectif très  remarquable, sous la direction d'Annie Laurent.


Le Coran contre la république, de laurent Lagartempe ( éditions de Paris).


Le radeau de Mahomet, de Péroncel-Hugoz ( Flammarion, collection Champs) Très suggestif. 



Merci cher lecteur de votre collaboration


Edouard Boulogne