Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Couteau-entre-les-dents.jpg  (Le choix des illustrations  releve de la responsabilité du Scrutateur ! ). 

 

Rappelons que Le Scrutateur Guadeloupéen est totalement libre de tout parti politique.

C'est en toute indépendance que nous publions, ou pas, les communiqués qu'ils veulent bien nous adresser, surtout, quand nous adhérons, à leur contenu, comme pour celui-ci. LS.






FEDERATION PARTI RADICAL UDI GUADELOUPE

 

5, Résidence Morne Caruel , Ruelle Saint-Kitt's, 97139 ABYMES

Tél: 0690677234 / 0687788805 / é-mail: chris.gemeaux@voila.fr / Site : www.feguapar-udi.fr

 

 

COMMUNIQUE de PRESSE

INSECURITE en GUADELOUPE

 

 

L’insécurité a atteint un niveau jamais égalé en Guadeloupe ; depuis le début de l’année on

comptabilise 19 décès par actes criminels. Les guadeloupéens n’osent plus aller et venir librement et

en tous lieux du territoire, même en plein jour (hold-up dans des bijouteries à P-A-P et Centre

Commercial de Baie-Mahault en plein jour…).

Une radicalisation de la délinquance avec usage d’armes à feu et atteintes à l’intégrité physique des

personnes, conduit les medias à placer la Guadeloupe au premier rang des départements les plus

concernés par la violence et les incivilités, avant Marseille.

Un tel palmarès est inacceptable, alors même que le Gouvernement a annoncé avec force la création

de ZSP (Zones de Sécurité Prioritaires), dont la Guadeloupe serait dotée, mais dont les effets

tangibles et réels sont loin d’être concrétisés, notamment pour les forces de police républicaine et la

population.

Au-delà des constatations et des mots pour les stigmatiser, FEGUAPAR Parti Radical demande

à Mr. le Premier Ministre et aux membres de son gouvernement concernés, de mettre en place

les moyens en hommes et en matériels, pour engager une réelle lutte contre ces actes de grande

criminalité générés notamment par le laxisme au niveau du trafic et de la consommation de

stupéfiants. Drogue et violence forment un véritable cancer en Guadeloupe.

Il est urgent et indispensable de combattre ce fléau que sont drogue et violence pour permettre un

réel développement de la Guadeloupe, car il sera vain de parler d’investissements sans sérénité chez

les promoteurs, de tourisme avec la permanence de menaces et de faits de violence, de climat social

apaisé sans éradication de ces foyers permanents de bagarres et de réseaux divers interdits.

Plus que des mots de réconfort, plus que des mesures limitées à des conférences avec la prolifération

de sigles (VAMA, CAC, CORAT, CUCS)*, cette situation exige des prises de décisions fermes et avec

les moyens qui s’imposent. Elle réclame la présence d’instructeurs rompus à ces faits de violence,

pour assurer à tous ceux en charge de la sécurité des citoyens et qui sont sur le terrain, une bonne

prise en main et une réelle thérapie pour traiter en profondeur ce fléau social.

Une véritable politique de prévention (scolarité, éducation, formation et emploi…) pour

protéger la jeunesse guadeloupéenne et une sévère et réelle répression contre les délinquants.

Voilà ce que nous demandons au Gouvernement, M. le Premier Ministre, pour la Guadeloupe !

Pour La Présidente

Le Secrétaire Général

Harry OLIVIER

 

Port. 0690 56 51 20 

 

Taubira III

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Li-Fou Confucianus 28/06/2013 12:38


Voir une fois vautmieux qu'entendre cent fois (prov. chinois). La preuve est là, en image, que les plus hautes autorités de l'Etat - comme une bonne part de la fonciton publique - sont dévoyées.
Il paraît que cela s'appelle la démocratie (et que c'est la voloté du peuple). Et puis, quand la chasse a été tirée sur une équipe, celle qui lui succède instruit des procès en fécalité à
l'équipe sortante. Et le chiens aboient. Et la caravane passe. ET l'gumanité, immuable dans le péché origine poursuit sa longue marche tandis que ceux qui ne supportent pas la conditions humaine
cherchent qui accuser du mal être dont ils souffrent, et de l'incapacité qu'ils ont à bien se tenir.