Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

DSK-et-Anne-Sinclair_galleryphoto_paysage_std.jpg

 

 

A New York, retournement de situation. Du moins pour l'instant, et en apparence.

Et en France? Chez nous il y a trois semaines les ténors de la gauche, en pleine déroute apparente du DSK étaient ( semblaient du moins ) consternés. En pleine déconfiture, ses partisans au PS ne parlaient que de « présomption d'innocence ». Quelques-uns cependant dissimulaient mal, derrière des mines de circonstances, une satisfaction certaine. Moscovici ralliait François Hollande, le candidat « normal » du Français moyen comme il le laisse entendre avec une fausse modestie que son habileté maquignonne ne parvient pas à persuader aux électeurs avertis. Valls entrait en lice.

Ségolène, parlait avec trop de douceur de son « Dominique », pour réussir à dissimuler ses calculs pour le rebattage des cartes, et les perspectives nouvelles qu'il pouvait ouvrir à son ambition dévorante.

Aujourd'hui, et plus qu'hier encore, l'hypocrisie est de rigueur.

Et si « Dominique », avant la fin du mois, était de retour à Paris, au bras d'Anne Sinclair, plastronnant, ricanant plus qu'hier, et décidé à tenter sa chance, auréolé de la victoire sur une injustice au côté de laquelle celle jadis infligé au capitaine Dreyfus ne serait que du pipi de chat?

Je n'y crois guère. Je pense que le bon peuple de France, si tourneboulé qu'il soit par une intelligentsia pourrie, et qui tient 95% des médias, doit être troublé dans ses profondeurs par ce défenseur des masses laborieuses, qui, non content de trousser tous les jupons ( mais ce n'est le plus grave au pays d'Henri IV ) se paye les avocats les plus chers de New York, trouve pour être mis en liberté, avec une dérisoire facilité, et en quelques heures des cautions de cinq millions de dollars, deux cent mille dollars mensuels pour s'héberger dans Manhattan, et s'offre des petits plats dans les restos chics à mille dollars l'unité.

Il y a de quoi réfléchir et tendre l'oreille aux tirades des vieux communistes ( ceux qui y croyaient ), dont Mélanchon se fait aujourd'hui le porte parole. « Les bobos à la porte »!.

Oui, je déteste l'idéologie communiste, qui a massacré tant de dizaines de millions de pauvres humains au XX ème siècle.

Mais en tout cas je ne le méprise pas, ce que je pourrais pas dire en parlant de la déliquescence arrogante des bourgeois bohèmes.

A quelques chose malheur est bon. Car peut-être, sans y suffire totalement, tant le mal est profond, l'épisode DSK, qui n'est pas terminé, pourra contribuer à ouvrir les yeux de beaucoup, sur la gravité du mal dont est porteuse notre intelligentsia, et une part non négligeable de la classe politique, le virus ayant contaminé une partie, déjà non négligeable de « la droite ».

Dominique Strauss-Kahn est le Fukushima de l'idéologie post soixantuitarde qui étouffe la France et une partie du monde occidental.

Et de même que l'on s'interroge sur la possibilité d'avoir à reconsidérer le choix du nucléaire comme source d'énergie, peut-être est-il encore plus urgent d'appliquer le principe de précaution, et de s'attaquer à une idéologie qui ne s'en prend pas seulement aux corps, mais aux personnes humaines elles-mêmes en leurs âmes, en leurs raisons de vivre.

 

Marc Decap.

 

PS : On trouvera ci-dessous, quelques textes et liens, qui illustrent en partie ce que je viens de dire sur le Strauss...kisme !

 

 

 

( I ) Claude Ribbe vole au secours de Nafissatou Diallo.

 

Dans l'affaire DSK, M. Claude Ribbe vole au secours de la présumée victime de l'ancien président du FMI. C'est son droit. Malheureusement M. Ribbe n'agit pas simplement au nom de la justice, en se faisant le chevalier ( hum!) désintéressé, au service de la veuve et de l'orphelin. Ce qui l'intéresse en madame Diallo, c'est moins la pauvre femme, victime d'un richissime (malgré le côté cliché d'un tel principe de défense «  le gros contre le petit ». Le petit ayant nécessairement raison) que l'africaine, noire, et qui plus est musulmane.

Ainsi M. Ribbe se trouve-t-il ( malgré lui? ) un de ces esprits formatés par 40 années d'idéologie mortifère (socialo-soixantuitarde ), celle qui a, notamment engendré l'idéologie « antiraciste » mais d'un antiracisme à sens unique où les gens de race blanche, et d'origine spirituelle catholique ont toujours tort. Voici qu'aujourd'hui le PS ne contrôle plus ses Frankeinstein, et que les « monstres » se retournent contre lui. Ribbe lance une pétition pour Nafissatou Diallo, et donc contre DSK.

Pour un peu, on en rirait si la France était en suffisamment bonne santé pour se payer, sans risques, ce genre de spectacles. ( MD).

Strauss Kahn reste un violeur présumé

Par Claude Ribbe

 

 

Selon le New York Times, la crédibilité de l’accusatrice aurait été entamée par des faits relevés par deux enquêteurs dont l’identité n’a pas été révélée. Quels sont ces faits ? Après son agression, et donc après avoir déposé plainte, Nafissatou Diallo aurait eu une conversation avec un détenu accusé d’avoir été en possession de 200 kg de marijuana. Cet homme, avec des amis, aurait fait des dépôts sur des comptes ouverts au nom de Nafissatou Diallo, pour un montant de 100 000 dollars au cours des deux dernières années. Dans la conversation, enregistrée par la police, Nafissatou Diallo aurait évoqué les indemnités qu’elle pourrait obtenir à la suite de sa plainte. Qu’en conclure ? Si ces faits sont avérés (ce qui reste à démontrer) dans le pire des cas, Nafissatou aurait parmi ses amis un trafiquant de marijuana qui aurait déposé, en deux ans, 100 000 dollars sur des comptes à son nom. Nafissatou aurait gardé des relations avec cet ami, son « fiancé » peut-être, malgré son arrestation. Elle l’aurait appelé pour lui dire qu’elle avait été violée, ce qui n’est sans doute pas une révélation facile à faire. Elle lui aurait dit que le seul aspect positif de cette histoire, c’est qu’elle aurait peut-être droit à des dommages-intérêts. Si Nafissatou a parlé au téléphone sans penser qu’elle était écoutée, cela révèle de sa part une certaine naïveté qui plaide plutôt en sa faveur. A-t-elle profité de ces 100 000 dollars déposés sur des comptes à son nom ? Etait-elle informée des dépôts ? A-t-elle rendu service à son ami en connaissance de cause ? Autant de questions auxquelles elle pourra certainement apporter des réponses. Qu’en conclure ? Au pire que son petit ami, un petit trafiquant de shit peut-être, aurait pu être mieux choisi, qu’il l’a mise dans le pétrin en se servant d’elle pour blanchir de l’argent. Choisit-on toujours bien ceux qu’on aime ? Une question qu’il faudrait poser à Anne Sinclair, à supposer qu’elle agisse par amour. Du blanchiment d’argent : pas des millions de dollars. Cent mille dollars en deux ans ! Quelques journées d’argent de poche pour Dominique Strauss-Kahn. Si les comptes étaient à son nom, étrange que Nafissatou n’ait jamais été inquiétée pour complicité de blanchiment, alors que son petit ami, lui, est en prison. Etrange qu’une conversation téléphonique enregistrée par la police voici cinq semaines ne soit révélée que maintenant au procureur. Quant à avoir évoqué les possibles réparations pour le crime qu’elle affirme avoir subi, même avec un petit trafiquant incarcéré, où est le problème ? Comme Anne Sinclair, elle espérait peut-être avoir assez d’argent pour le faire sortir de prison. Avec cette différence qu’elle est noire, pauvre, et musulmane. De quoi Strauss Kahn, qui, lui, a demandé que la teneur de ses conversations téléphoniques précédant son arrestation, ne soient pas communiquées, peut-il bien parler, sinon de sexe, d’argent et de pouvoir ? Strauss-Kahn n’a certainement que des amis en règle. Aucun voyou, c’est sûr, dans ses relations. Et, bien entendu, il n’a jamais déposé d’argent liquide sur aucun de ses comptes. Le fait que son lieutenant François Pupponi règle ses frais de bouche avec la carte bleue de la SEM chaleur de Sarcelles n’est évidemment pas de nature à affaiblir ses dires...

 

lire la suite

 

 

( II ) « L'innocence » de Martine Aubry

 

Dans un meeting, Martine Aubry feint de croire que ceux qui redoutent la continuation d'une immigration sans mesure en France sont des racistes, ou des ploucs qui ont peur de l'autre, ( comme dirait Jean Raspail dans son beau roman Le camp des saints ), peur de la diversité ( sous entendu ceux qui préfèrent le monochrome au polychrome, le monotone au dynamique). Le problème est tout autre, et Le Scrutateur en a souvent parlé. Je ne le ferai pas aujourd'hui. Claude Ribbe lui renvoie la balle, d'une certaine façon ( voir ci-dessus) . Il aurait bien tort de se priver. ( MD).

 

Lien :  El'aubry.wmv

 

 

 

 

(III) Le développement du « racisme » en France, fruit de l'idéologie socialo-bobo-Straustkiste.

 

A) ACTION .

Tout cela devrait faire réfléchir. Le racisme est, quand il existe chez quelqu'un, un défaut d'ordre moral et, souvent, une marque de sous-information. Mai sous le nom d'antiracisme, se développe en Europe, et plus particulièrement en Franco une idéologie d'un racisme « anti-blanc », aux mains d'une subversion où l'on retrouve sou vent le parti communiste, qui cherche à remplacer l'ancienne lutte de classes (moteur d progrès historique, selon cette idéologie criminelle), qui bat de l'aile, par une idéologie de lutte de races et de cultures, dont les dangers sont énormes.

Bruno Gheerbrandt vient de publier (accessible sur Internet : www meantiblanc.bizland.com}, un ouvrage intéressant : "Le racisme anti-blanc". En exergue il place le texte d'une chanson du groupe Ministère Amer.

Voici ce texte, dans sa crudité :

"Quelle chance d'habiter la France / Dommage, mon petit, que ta mère ne : : rien dit de ce putain de pays / où 24 heures par jour et sept jours par semaine /j'ai envie de dégainer / sur des faces de craie. / Faces de craie / bien placées / qui m'empêchent à m'exprimer... ".

dans les dents /Je m'adresse à toi, petit blanc /Je baise ton gouvernement / Tu me diras / 'pourquoi tant de Haine ?' / avec la sale haleine /je te dirai : mère / ta sœur / cette chienne / kiffe l'Afrique / ma trique / ma Zig / logique / elle veut un négroïde... "

"De sa fille, il en a marre, veut la caser comme un jeu, avec un con euh -, um blond aux yeux bleus"

"Que va-t-il se passer au village des visages pâles, ti mal (sic). Je les fixe dans mon zoom zoom : Boum ! boum ! dans Pim et Pam et poum / les Goume Goume / anéantir... •

Ministère AMER.

 

B) REACTION :

 

Les chansons ( si l'on peut dire) du genre de celle qu'on vient de lire sont des milliers à être diffusées en France tous les jours, avec la bénédiction de ceux dont Jack Lang est le symbole.

Nulle autorité ne proteste. Et les particuliers qui le font, comme moi, sont désignés à la vindicte publique comme … « racistes ».

Mais la réalité résiste. Il y a un seuil où une population se révolte. Elle peut le faire maladroitement, comme on va entendre. Elle peut le faire avec des mots maladroits, regrettables. Mais la faute à qui quand les responsables n'assument plus leurs responsabilité, et se couchent devant des groupes de pression subversifs.

 

Ecoutez : LaFrancea._.pps

 

 

  ( IV ) Concluons cette chronique du lundi matin, 4 juillet 2011, par ce billet de Philippe Randa.

 

MADAME EDMOND DANTES, ÉPOUSE STRAUSS-KAHNChronique hebdomadaire de Philippe Randa



 

En titrant “DSK : saison 2”, le quotidien Libération a résumé tout ce qu’on peut légitimement penser de “l’affaire” Dominique Strauss-Kahn, ponctuée cette fin de semaine d’un deuxième “coup de tonnerre” (la levée de son assignation à résidence et des millions de dollars de sa caution), écho aussi médiatiquement assourdissant que fut le premier (son arrestation et son inculpation pour agressions sexuelles).
Et maintenant ?
On s’attend à l’annonce, lors de sa prochaine comparution le 18 juillet prochain, à l’abandon de toutes les charges contre lui. Ce ne serait donc pas un troisième “coup de tonnerre”, mais, vu les enjeux, les défenseurs de la présumée victime et le procureur Cyrus Vance, District Attorney qui jouera sa réélection en 2013, auront à cœur de ne pas perdre complètement la face, si cela leur est encore possible. Ils ont quinze jours pour trouver matière à ce qui serait alors, par le maintien de l’inculpation de viol, un troisième “coup de tonnerre” sinon judiciaire, du moins médiatique.
Mais s’il ne devait y avoir que deux “saisons” seulement made in USA, de prochaines se joueront forcément en France… où personne n’envisage que DSK ne s’imposent pas à nouveau comme un acteur incontournable de la vie politique. Sinon à celle de candidat à la primaire socialiste, puis, éventuellement, à la Présidence de la République française, du moins à celle d’un faiseur (ou d’un “défaiseur”) de Président(e)…
Quelle sera la conséquence dans les urnes du jugement des Français(es) sur l’ancien Président du FMI ?
Apparaîtra-t-il comme un Edmond Dantes moderne, Comte de Monte-Cristo exigeant réparations, ou au contraire, justice lui ayant été rendue, ses épreuves, aussi terribles furent-elles  n’ayant durées qu’un simple trimestre, l’image qu’ils conserveront finalement de lui restera-t-elle celle du mâle sautant sur tout ce qui bouge et qui n’a dû son salut, même si mérité, qu’a l’argent de sa moitié ?
En revanche, s’il y a une dame qui sort à l’évidence triomphante de ce feuilleton politico-judiciaire, c’est bien son épouse…
Femme bafouée pour la énième fois, elle aurait pu tourner le dos à son mari au fond du trou (au propre comme au figuré), jurer qu’elle ne s’imaginait pas quel psychopathe sexuel elle avait serré durant tant d’année contre sa divine poitrine… et rester abattue par un destin impitoyable afin de minimiser tant que faire se pouvait sa responsabilité dans les risques de dérapages sexuels de son époux qu’elle ne pouvait ignorer.
En apparaissant au contraire à ses côtés, aussi digne dans l’opprobre, que déterminée et amoureuse à son bras lors de sa comparution au tribunal, recherchant dans l’urgence un domicile conforme aux exigences de la Justice, tout en faisant appel aux avocats les plus retors du barreau américain, tout en abattant cash au bassinet de la justice américaine des millions de dollars de biens immobiliers pour sa caution et cela, à la seule fin d’éviter la cellule à son mari… Soit en faisant face sans hésitation à la meute le pourchassant, elle a empêché du même coup un halali que beaucoup estimaient inéluctable !
Elle aurait pû être la “femme cocue” la plus ridicule de ce début de siècle… Elle apparaît aujourd’hui comme une épouse à la dignité exemplaire autant qu’au tempérament redoutable.
Étrangement, les féministes professionnelles, chiennes de garde de la victimisation permanente de leur sexe, ne sont guère réceptives à cette image-là des femmes. Allez savoir pourquoi !

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Oupedisa 05/07/2011 18:34



Un Fukushima de la gauche. Et c'est aussi un retentissant " FUCK YOU CHIMÈRE "



renaud dourges 05/07/2011 01:41



signalons que philippe randa est le fils de Peter Randa qui fut un des auteurs les plus productis du Fleuve Noir, colelction espionnage, dans les années soixante.