Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Du beurre dans les épinards de Brice Hortefeux.

 

Bijoux-voles.jpg

 

Lassé de voir un nombre trop important de "juges"  ruiner par leur comportement la notion même de justice rendue, et de permettre à trop de hors-la-loi de faire la belle, et de.... récidiver, le gouvernement, par la bouche du ministre Brice Hortefeux a parlé, récemment, de réformer le mode de nomination des juges et évoqué la possibilité d'en faire élire, par le peuple un certain nombre.

Fureur et indignation du Syndicat de la magistrature, qui par la bouche de son porte-parole, ce midi, sur LCI se livrait à une violente attaque contre un "gouvernement réactionnaire" et... coupable de toutes les turpitudes. Rien d'étonnant à ce qui se passe. Il  y a, en effet plus de quarante ans que le même syndicat de la magistrature a été créé, avec l'intention avouée de révollutionner la justice française dans le cadre d'une philosophie alors ouvertement marxiste ( aujour'hui la tactique est plus feutrée, - les fruits en effet sont abondants - mais d'autant plus efficace).

L'article que je publie ci-dessous est exemplaire du tour dramatique ( quoique burlesque!) que prend la situation. Il a été publié par le journal Ouest-France.

Le Scrutateur. 

 

 

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-La-juge-de-Rennes-rend-les-bijoux-aux-voleurs_39382-1511460_actu.Htm

 

 

 

Le Mans

Les bijoux volés rendus aux voleurs

Faits divers mercredi 15 septembre 2010

Des bijoux volés que la justice rend aux voleurs. L’histoire ne manque pas de sel. En début de semaine, on annonce à deux couples de Sarthois qu’ils ne récupéreront pas leurs bagues de fiançailles : les enquêteurs expliquent qu’ils ont été obligés par la justice de les remettre aux cambrioleurs de leurs maisons.

Cette affaire au parfum d’absurde débute le 7 septembre dans le cabinet d’une vice-procureure de Rennes. Les gendarmes de Vern-sur-Seiche (35) interpellent deux jeunes filles de 14 et 15 ans originaires de Serbie.

Des bijoux dans les soutien-gorges

Dans les soutien-gorges, ils retrouvent des bijoux provenant du cambriolage de maisons à Bourgbarré (35). Dans la foulée, les enquêteurs de la Brigade de Recherche de Rennes récupèrent quatre autres complices présumés des mineurs qui sont interpellés à Laval. Dans le camping-car de la petite bande immatriculé en Italie, les gendarmes mettent la main sur un lot de bijoux. Et sur de l’argent en liquide.

Bingo, les découvertes fleurent bon le cambriolage en bande organisée ! La vice-procureure ne l’entend visiblement pas de cette oreille. Elle refuse d’ouvrir une information judiciaire et de confier le dossier à un juge d’instruction. Et pourtant…

Une quarantaine de cambriolages

Cela fait plus d’un mois que les gendarmes bossent sur ce groupe. Grâce à l’étude des portables, ils constatent que leurs téléphones se déclenchent dans des villes où se produisent des cambriolages aux cours desquels disparaissent toujours des bijoux.

Calvados, Loire-Atlantique, Sarthe, Maine-et-Loire, Ille-et-Vilaine, Mayenne, mais aussi Marne, Haute-Marne, Indre-et-Loire, Seine-Saint-Denis, Nord, Somme… : la petite bande sillonnerait la France. Les gendarmes pensent pouvoir les épingler pour une quarantaine de cambriolages.

Les bijoux rendus aux voleurs

Malgré ces indices solides, la vice-procureur se contente de renvoyer l’un des Serbes interpellé à Laval devant le tribunal pour détention de faux papiers. Jugé, vendredi dernier en comparution immédiate, l’homme écope de 4 mois de prison avec sursis. Il ressort libre et puisqu’il n’est pas poursuivi pour vol ou recel, les enquêteurs se voient obligés par la magistrate de lui remettre les bijoux et l’argent saisis dans le camping-car.

Quant aux deux jeunes filles, elles sont envoyées dans un foyer pour mineurs dont elles fuguent immédiatement.

La magistrate se défend

Entre-temps, les gendarmes ont fait des clichés des bijoux découverts dans le camping-car. Les photos ont été envoyées dans plusieurs départements où la bande aurait sévi. C’est là que des victimes reconnaissent leurs bijoux.

Contactée mardi après-midi, la vice-procureure a indiqué que « la procédure est toujours en cours » et assuré : « Ce n’est pas moi qui a organisé la restitution des bijoux. » Ce qu’une source proche de l’enquête confirme pourtant.

Igor BONNET.

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

toto de bahia 17/09/2010 21:45



Les deux cent vingt millions d'euros(220) de TAPIE c'est  autre chose...Mais comparaison n'est pas raison, je l'admets



Edouard Boulogne 17/09/2010 22:56



On peut penser qu'instiler u, pourcentage de juges élus par la population serait de nature à empêcher des anomalies ( par euphémisme comme celle à wqquoi vous faîres allusion concernant
M. Tapie "honnête" ( comme Iago!) cet ancien ministre d'un gouvernemùent socialiste sous le règne de M. Mitterrand ( François).


LS