Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Jerome-Cahuzac-ministre-du-budget.jpg

 

Si on applique aux socialos les raisonnements qui sont les leurs...

 

Le riche Jérôme Cahuzac vit dans un appartement - lui appartenant - de seulement 300 mètres carrés avenue de Breteuil (valeur aujourd'hui entre 3,750 et 4,5 millions d'euros au bas mot).

 

Cela en fait, de la place pour loger des sans-abris, madame Duflot !

 

Quid de l'ISF du de-cujus ?

 

Car malgré toutes les décotes, le logement (comme dit ce bon M. Ayrault) de Jérôme Cahuzac pèse en estimation plutôt basse pour au moins 2,1 millions d'euros (sur la base de 3 millions d'euros), ce qui constitue la base déclarative et... pompable..

 

Le frère de Jérôme Cahuzac, Antoine, actuel directeur général d'EDF Énergies nouvelles est l'ancien président du directoire d'HSBC Private Bank France

 

Cela en fait des présomptions de tuyaux de première main sur la manière de planquer son fric...

 

En 2007, Jérôme Cahuzac est condamné sans peine ni inscription au casier judiciaire, reconnu coupable d'avoir employé au noir une femme de ménage philippine sans papier et payée en liquide de juillet 2003 à novembre 2004 pour 40 heures mensuelles à raison de 250 € par mois. Son avocat reconnaît une négligence. Depuis, Cahuzac a réglé à l'URSSAF ce qu'il devait pour cet emploi clandestin.

 

Y'a pas plus réglo qu'un élu socialiste à plus forte raison quand celui-ci appartient aux premiers cercles du pouvoir exécutif.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christophe Doublier 27/01/2013 10:59


Une mesure minimale :


 


interdiction de représentation politique pour toute personne condamnée par la justice.


 


Il y aura toujours assez de candidats de valeur pour se soumettre aux suffrages.


Prétendre aux responsabilités en ayant été condamné. Soit il agit de malhonnêteté soit d'incapacité. Dans les 2 cas, que ces bougres aillent se faire pendre ailleurs. Qu'ils cessent de prétendre
vouloir s'occuper du bien général (n'est-ce pas une base à la politique?)


Un condamné a droit à l'oubli, mais qu'il ne la ramène pas sur le terrain des affaires publiques. En ce domaine, bannissement, définitif.


Ça couperait un peu le sifflet des piliers de bar et d'autres qui ressassent le « tous pourri » des politiques, voire votent fasciste pour cette raison.


 


Comment rester zen quand Pasqua fait la nique aux tribunaux depuis des années ? Il était « le premiers flic de France », Ministre de l’intérieur, gardien et garant de l'ordre et du
droit en somme. Ubu roi ne faisait pas mieux.


Chirac, Président de la République avec toutes les marques d'honneur , les protections et les avantages induits à été condamné après des années de pied de nez à la justice.


Oublions le sinistre Sarkozy. Jouissons de son éviction, provisoire malheureusement. Il tire encore les ficelles .


 


Comparons un loulou de banlieue qui se carapate devant une patrouille qui le poursuit pour un méfait (avéré ? parfois) et ces personnages cyniques. Le loulou a intérêt à échapper car il ne
sera manqué ni par les flics ni par la justice. Ces Môssieurs quant à eux se trémoussent, haussent le menton et le ton devant les caméras, narguent la population (populaire populace) et le droit
en toute garantie d'impunité. Comment ne pas sentir toute l'injustice dans cette différence de traitement. Comment ne pas céder à des pulsions de haine et de révolte ? Comment ne pas y voir
au moins un sujet de désordre public ?


 


Passons sur le cas du couple Ténardier, édiles de Levallois Perret. Pour des faits identiques un pauvre bougre pourrirait encore en prison et serait endetté jusqu'à la fin de sa vie . On
trouve ceux-là toujours à la tête de la ville.


Serge Dassault, marchand d'armes, fils à papa, milliardaire, premier assisté de l'état et premier corrupteur de la ville d'Essonne dont il tient la Mairie comme une moule son rocher.


Tapie, comme un culbuto avec une triste figure, toujours debout à narger le populo.


Et combien de repris de justice (on dit ça pour dénigrer les pauvres bougres qui se sont fait prendre, pas pour les autres qui sont sobrement qualifiés de condamnés quand ils ne parviennent pas
simplement à faire passer sous silence leurs méfaits, malgré le tohu bohu de leurs vie publique), pris la main dans le sac bénéficient toujours des avantages de la représentation publique ?


 


Pour leur bénéfice immédiat ou différé, ils ont volé ou souillé le droit. Qu'ils ne viennent pas nous chanter qu'ils veulent en être les rédacteurs. Qu'il prennent leur magot, leur couilles bien
ramassées entre les jambes (pardon mesdames de vous oublier) et au diable. C'est déjà assez bien pour eux en attendant d'affiner le sort qu'il nous leur faut réserver : la dégradation et la
pendaison.


 


Le compte en Suisse de monsieur Cahuzac importe peu. Ca ne tombe même pas sous le coup de la loi française. C'est ça le drame. Il n'a simplement rien à faire dans un gouvernement. On a eu Woerth
déjà. Ca suffit. Que le grand ménage commence.





Julien Lepauvre 07/12/2012 13:00


Que vous êtes dur, monsieur le Scrutateur ! mais vous avez sans doute raison : il faut savoir si on est pour l'ISF ou pas. À ce sujet, la transparence exigerait que tout élu à un mandat national
et tout membre du gouvernement rende public toutes ses feuilles d'imposition, et que ses mandants - autrement dit n'importe que pékin en tant que membre du peuple souverain - puisse en contester
les bases à partir d'éléments dont il a connaissance, dès lors qu'il ne s'agit pas de farfelitudes. Par ailleurs, en ce qui concerne les comptes étrangers, j'espère pour ce monsieur qu'il n'en a
jamais possédé. Sinon, la force de ses dénégations et la solidarité des gangs gouvernementaux et politiques mériterait que les présumés juges les condmanent aunom du peuple français pour se
foutre de sa gueule dans les grandes largeurs. Car ce sont les politiques français, qui ont "criminalisé" la richesse, la possession, et ladétention de comptes bancaires à l'étranger. Tout cela
par démagogie, et parce que pendant longtemps, ils ont été les seuls à pouvoir frauder en toute impunité. Si les langues se déliaient... Et ce ne sont pas les exploits "transparentiels" de
François Mitterrand dit françois le Fourbe qui pourraient plaider en faveur du contraire. Du reste tous les dignitaires nazis ont été des pillards, et tous les nomenklaturistes communistes du
monde ont été de grands détenteurs clandestins de biens - au nom des valeurs socialistes dont se sont réclamés et les nazis et les soviets. Maintenant, ôpur ce qui est de désigner ou de dénoncer
les autres, cezs pelés, ces gâleux d'où vient tout le mal, les socialos sont les premiers de la classe. AUssi, en ce qui concerne M. Cahuzac, il vaudrait mieux pour lui - et pour nous, malgré
tout - qu'il n'eût rien à voir avec les allégations de médiapart dont certaines caractèristiques fécales ne sont pas étrangères à son ADN. M. Cahuzac n'en est pas moin un homme de biens (le
pluriel ne réside-t-il pas dans la notionmême de gauche post mittérrandienne ?)